Adopter un chien : 10 conseils indispensables

adoption chien

Un coup de foudre pour un chiot ou un gentil chien abandonné à adopter dans un refuge et on voit tout de suite la vie en rose. Mais si les animaux de compagnie apportent beaucoup de joie au quotidien, il est aussi important de se familiariser avec les aspects contraignants qu’implique toute cohabitation avec un chien avant de commencer une nouvelle vie avec lui.

  • L’adoption d’un chien est une décision qui vous engage sur plusieurs années

Les refuges qui affichent complet mettent un triste fait en évidence : de nombreuses personnes n’ont pas suffisamment conscience de ce qu’implique la vie avec un animal avant d’en prendre un.

Adopter un chien revient en effet à assumer la responsabilité d’un être pendant une décennie.

Les grands chiens peuvent vivre jusqu’à 12 ans ou plus, et les races de chiens petites ont même une espérance de vie plus longue. Prenez le temps de vous demander si vous pouvez supporter les frais occasionnés par la possession d’un animal et si vous avez suffisamment de temps à lui consacrer pendant cette longue période. La vie réserve bien sûr des surprises : personne n’est à l’abri d’événements imprévus comme une rupture amoureuse ou une maladie qui obligent à se séparer de son animal. Mais avant de s’engager sur le long terme, il est important de prendre en compte tout ce qui est prévisible.

Chaque année, et a fortiori durant l’été, on recense de nombreux abandons d’animaux de compagnie.

  • Avez-vous le budget nécessaire ?

Plus d’un amateur de chiens se dira que les croquettes pour chien ne doivent pas coûter trop cher, avant d’acheter un chiot. Mais il vaut mieux confronter son idée à la réalité et faire les comptes avant de s’engager. Ne vous arrêtez pas aux seules dépenses occasionnées par l’équipement de base et l’acquisition de l’animal. Si vous achetez un chien auprès d’un professionnel digne de confiance – dans un refuge ou chez un éleveur -, vous en aurez au minimum pour quelques centaines d’euros.

Pour nourrir un chien de grande taille avec des aliments de qualité supérieure, riches en protéines, il vous faudra débourser chaque mois une belle somme. Commencez par regarder les dosages recommandés par le fabricant de croquettes pour calculer le coût approximatif de la nourriture.

Les visites chez le vétérinaire, l’assurance de responsabilité civile font également partie intégrante de la vie avec un chien. Dans les premiers temps, il est conseillé de faire suivre à votre jeune chien des cours de dressage pour chiot afin de le rendre sociable et obéissant – notamment s’il est dominant - et de l’éduquer en le confiant à une école d’éducation canine, ce qui représente des milliers d’euros.

Un dernier point à prendre en compte, mais pas le moindre pour estimer votre budget : il faut que vous disposiez de réserves financières pour le cas où votre compagnon tomberait malade. Les frais vétérinaires peuvent vite grimper – que ce soit pour le traitement de maladies chroniques ou aiguës. L’amour des animaux a beau ne pas être une question d’argent, avoir la responsabilité d’un animal impose de planifier ses finances.

  • Locataire ou propriétaire, pensez aux voisins

Si vous êtes locataire, vous aurez besoin de l’autorisation écrite de votre bailleur pour pouvoir accueillir un chien. En l’absence de cet accord, votre propriétaire est en droit d’exiger que votre animal quitte le logement. Si vous ne répondez pas à cette injonction, vous risquez une résiliation de votre bail. De nombreux contrats de location incluent la condition selon laquelle le chien ne doit pas importuner les autres résidents.

Gardez cette clause à l’esprit : ne laissez pas votre animal uriner dans la résidence, tenez-le systématiquement en laisse dans la cage d’escalier ainsi que dans les autres parties communes et veillez à ce qu’il ne se transforme pas en roquet.

Vous éviterez de cette façon les potentielles sources de conflits et établirez des rapports de voisinage décontractés. Les propriétaires doivent eux aussi accepter le fait que tous les voisins n’aiment pas forcément les chiens. Montrez-vous prévenant avec eux de manière à rendre la vie en communauté agréable pour tous.

adoption d'un chien
  • Adopter un chien selon vos préférences

Avant d’accueillir un jeune chien chez vous, prenez le temps de vous demander quelle race ou quel type de chien vous convient le mieux et pourra facilement s’adapter à votre mode de vie. Un Border Collie est certes merveilleux, mais vous ne devriez pas opter pour cette race si vous n’avez pas de troupeau de moutons à faire garder ou si vous avez peu de temps à consacrer à votre animal. À l’inverse, si vous avez envie de longues randonnées, il est sûrement plus raisonnable de ne pas prendre un carlin. De nombreuses races de chiens ont un pelage qui nécessite beaucoup d’entretien – c’est notamment le cas du berger anglais ancestral. Les chiens d’arrêt comme le petit épagneul de Münster ou le braque de Weimar se sentiront mieux en compagnie de chasseurs – une vie comme simple chien de famille semble inconcevable dans leur cas. Certaines races de chiens se prêtent mieux que d’autres à une première expérience de cohabitation. Prenez le temps de bien vous informer et ne négligez pas le besoin d’activité et d’occupation des chiens d’utilité.

  • Prendre soin de son animal : poil et hygiène

Un chiot tout ébouriffé est sans aucun doute très mignon, mais un bon nombre de maîtres tombent des nues quand ils constatent la quantité de poils que leur animal perd. Les poils fins se retrouvent sur les vêtements, le canapé et le tapis. Certains propriétaires de chiens tirent d’office une croix sur leurs vêtements noirs en velours ou en velours côtelé. Procurez-vous de bonnes brosses anti-peluches et un aspirateur doté d’une fonction spéciale pour les poils d’animaux.

Pendant la période de mue, brossez votre ami à quatre pattes chaque jour pour limiter la quantité de poils dans le logement – même si vous devrez vous faire à l’idée d’en avoir toujours chez vous à l’avenir.

Vous échapperez en partie à ce fléau si vous partagez votre habitation avec des caniches ou d’autres chiens qui perdent très peu de poils, mais le constat suivant vaut pour toutes les races de chiens : ils apportent plus de saletés entre quatre murs. Si vous êtes très à cheval sur la propreté, vous devriez sérieusement vous demander si vous pouvez vous accommoder de cette caractéristique à long terme.

  • Pensez en amont aux vacances

Partir à Paris pour le week-end sur un coup de tête ou entamer un circuit de 3 semaines aux USA ?  Si vous avez un chien, il vous faudra arranger quelques détails avant de vous lancer dans ce type de voyage. Vous pouvez vous estimer heureux si vous avez des proches près de chez vous qui connaissent votre animal et peuvent facilement l’héberger. Pour bien des maîtres, le recours à une pension s’avère souvent nécessaire. Non seulement cela peut revenir cher, mais beaucoup de propriétaires ont en plus mauvaise conscience pendant leurs vacances quand ils pensent à leur toutou qui reste dans son chenil alors qu’ils sirotent un cocktail sur la plage.

N’attendez par conséquent pas d’adopter un chien pour envisager les options de garde qui s’offrent à vous pendant les vacances.

Astuce : avant de partir, négociez un séjour d’essai avec la pension qui doit l’accueillir pour voir si votre compagnon se sent à l’aise dans son nouvel hébergement. Même si aucune réduction de prix n’est généralement proposée pour ce type de séjour, il est préférable de savoir votre protégé entre de bonnes mains. Certains maîtres veulent emmener leur chien avec eux en vacances. Les voyages en camping-car ou en caravane se prêtent particulièrement bien à ce type de projet. Mais de nombreux hôtels se font aussi un plaisir d’accueillir les chiens bien éduqués.

  • Nouveau chien et sociabilisation

Les chiens sont des animaux de meute, qui n’apprécient donc pas la solitude. Un chien adulte peut rester seul pendant un certain temps si vous l’y habituez progressivement, mais il ne devrait pas être livré à lui-même plus de 4 à 5 h par jour. Si vous êtes étudiant, à la recherche d’un emploi ou en congé parental, vous devriez anticiper le changement de votre mode de vie si vous prévoyez de travailler plus qu’à temps partiel par la suite.

Une pension pour chien ou des proches qui résident près de chez vous et que votre compagnon connaît déjà peuvent être une option de garde alternative. Rares sont les employeurs qui tolèrent les chiens sur le lieu de travail.

Adopter un nouveau chien
  • Votre chien va grandir : pensez-y en avance

Tous les maîtres devraient a priori savoir que leur chiot va un jour ou l’autre devenir un grand chien. Et pourtant, cela ne semble pas toujours être le cas. La seule explication plausible à cette inconscience est que certains maîtres se laissent submerger par leur enthousiasme quand le petit chiot affectueux les accueille en leur sautant au cou.

Quelques mois plus tard, le petit chien de 4 kg pèsera 5 fois plus lourd et continuera à bondir par amitié sur la première personne qui vient à sa rencontre avec ses pattes pleines de boue – ce qui fera déjà beaucoup moins plaisir.

Vous devriez aborder avec votre compagnon d’autres sujets comme « dormir dans le lit », « quémander à table », « aboyer » ou « rester seul » de manière ciblée et cohérente et l’éduquer tant qu’il est encore chiot pour éviter d’éventuelles dérives. Si vous vivez dans un logement multifamilial, il faut veiller à ce que tous adoptent la même ligne de conduite avec lui.

  • En route pour l’extérieur – par tous les temps !

Se promener avec son chien fait toujours plaisir quand le soleil est au rendez-vous. Mais le futur membre de votre famille se soucie peu de la météo. À partir du moment où vous avez un chien à la maison, les sorties quotidiennes deviennent incontournables - qu’il vente, qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il gèle. Si certaines races se montrent réticentes à sortir par mauvais temps, la plupart insistent pour faire de longues promenades. À la maison aussi, cela représente du travail supplémentaire : avant que votre animal puisse s’installer à vos côtés sur le canapé douillet, il faut le sécher. Et les promenades matinales restent bien entendu à l’ordre du jour le week-end : vous devrez souvent quitter votre lit douillet pour marcher péniblement au gré du vent et des intempéries. Mais il faut aussi voir le côté positif des choses : vous passerez de nombreux et beaux moments dans la nature que vous n’auriez pas vécus autrement.

  • Le quotidien des déjections canines

En parlant d’« extérieur » : c’est l’endroit où votre compagnon va se soulager. S’il le fait sur des chemins ou dans des espaces verts publics, vous avez l’obligation de ramasser ses déjections. Beaucoup de villes mettent des distributeurs de sacs à excréments à disposition – ayez toujours un petit sac à portée de main si vous vous déplacez sur la voie publique. Les champs, les prairies ou les bas-côtés ne devraient pas non plus se transformer en des terrains minés sur lesquels il devient dangereux de s’aventurer. Dans les champs notamment, les déjections canines risquent de provoquer des dommages considérables. Elles peuvent par exemple atterrir dans le foin destiné aux chevaux, qui refuseront dans ce cas de s’alimenter. Prenez l’habitude de ramasser systématiquement les excréments de votre compagnon, quel que soit l’endroit.

Vous l’aurez compris : vivre avec un chien suppose de fournir certains efforts. Mais si vous savez prendre la pleine mesure de ce qu’ils représentent en amont, vous aurez un merveilleux compagnon qui enrichira votre vie d’une manière inestimable !

Articles les plus utiles
6 min

10 signes que votre chien vous aime

Voici dix signes qui montrent sans aucun doute que le cœur de votre chien bat et sa queue s'agite pour vous. Avant tout, il est important que vous réalisiez que votre instinct est un facteur clé dans la compréhension du langage de votre chien. Tout comme nos chiens se fient entièrement à leurs instincts, nos instincts sont aussi un guide fiable lorsqu'il s'agit de comprendre leur langue. Pour cette raison, la liste qui suit ne prétend pas être exhaustive. Peut-être votre chien trouvera-t-il d'autres moyens que ceux mentionnés ici pour vous montrer son amour pour vous. Plus votre relation avec lui sera bonne, plus facilement vous pourrez interpréter les signes de son affection pour vous.
4 min

10 signes qui prouvent que votre chien est heureux

« Comment savoir si mon chien va bien ? » « Comment puis-je savoir si je m’occupe bien mon chien et s'il est heureux de la vie qu'il mène avec moi ? » Ce sont des questions auxquelles de nombreux maîtres de chiens sont confrontés. Si votre chien est bien occupé, il est probablement heureux. Une bonne façon de le garder occupé est de passer beaucoup de temps avec lui, notamment en jouant. De plus, et nous n'insisterons jamais assez sur ce point, une alimentation de qualité issue du commerce spécialisé est déterminante pour la bonne santé physique et mentale de votre chien, et donc pour qu'il se sente bien. Comme tous les chiens descendent du loup, ils ont tous un langage très similaire. Le chien communique par le langage corporel et les sons. Tous les chiens, qu'ils aient un museau court ou long, une queue courte ou longue, s'expriment de la même façon. Cependant, il faut noter que certaines races de chiens n'arrivent plus à bien se faire comprendre par les autres chiens lorsque leur apparence est altérée, notamment lorsque leur queue est écourtée.
5 min

Dormir avec son chien : bon ou mauvais ?

Comme pour beaucoup de sujets, les opinions sur la question « Peut-on dormir avec son chien dans le lit ? » sont très diverses. Les contre-arguments peuvent peser plus lourd que Médor sur votre couette. Voici quelques avantages et inconvénients pour vous aider à décider si vous souhaitez laisser dormir votre chien dans le lit ou non. De toute façon, votre chien s'adaptera à votre opinion, car au final, vous êtes le chef.