Arthrose du cheval : causes, symptômes et traitements This article is verified by a vet

L'arthrose du cheval est une maladie articulaire chronique

Des gonflements et des douleurs peuvent être signe d’arthrose chez le cheval.

Une maladie chronique des articulations telle que l’arthrose représente une forte contrainte pour l’animal et son propriétaire. Cet article vous explique quelles sont les causes de l’arthrose et comment apaiser les symptômes qui affectent le bien-être de votre cheval.

Quelle est la dangerosité de l’arthrose pour un cheval ?

L’arthrose est une maladie dégénérative des articulations ; en d’autres termes, une destruction irréversible du cartilage articulaire. Un traitement est généralement suivi à vie.

Un diagnostic établi dès l’apparition des premiers signes est primordial afin de pouvoir commencer le traitement aussi tôt que possible. Cela permet en outre de ralentir l’évolution de la maladie et éviter que d’autres parties de l’appareil locomoteur ne soient touchées.

Symptômes : quels sont les signes de l’arthrose chez les chevaux ?

Un cheval souffrant d’arthrose présente des troubles de la locomotion accompagnés de boiteries et de douleurs. Au début, les symptômes sont souvent difficiles à interpréter car ils se développent de manière insidieuse. D’ailleurs, les douleurs et des boiteries peuvent aussi être signe d’une autre affection, touchant le sabot (comme la fourchette pourrie du cheval) ou le paturon (la gale de boue du cheval par exemple).

Vous trouverez ci-dessous les principaux symptômes de l’arthrose chez le cheval :

  • Boiterie prononcée, surtout après une phase de repos ou au début d’un effort. La boiterie s’améliore après quelques mouvements.
  • Démarche raide et pataude
  • Réticence à se déplacer
  • Articulation gonflée et chaude, sensible à la pression
  • Douleurs parfois intenses
  • Difficulté à se lever et à s’allonger
  • Trébuchements
  • Réticence à effectuer certains mouvements
  • Tensions musculaires dans le dos

Ces symptômes s’aggravent lorsque qu’il fait froid et humide.

Quand faut-il consulter un vétérinaire ?

Si vous remarquez certains de ces symptômes ou si votre cheval présente une blessure aigüe, faites appel à un vétérinaire sans tarder afin que ce dernier puisse rapidement mettre en place un traitement approprié.

Le trot permet de vérifier si votre cheval souffre d'arthrose © Nigel Baker / stock.adobe.com
Le trot fait partie de l’examen général pour détecter une éventuelle arthrose.

Diagnostic : comment déceler cette pathologie articulaire ?

Pour établir le diagnostic, le vétérinaire procède à un examen général pour identifier les symptômes propres à l’arthrose et détecter les facteurs à risque (tels qu’une mauvaise position des articulations ou un faux mouvement). Un bilan sanguin peut également être effectué afin de détecter un éventuel surpoids, une carence en nutriments ou des troubles métaboliques qui pourraient favoriser l’apparition de l’arthrose.

Pendant l’examen, le vétérinaire palpe délicatement les articulations, les tendons et les ligaments afin d’évaluer leur état et de déterminer s’ils sont chauds, gonflés ou douloureux.

Examen de la boiterie

Pour établir le diagnostic, un examen approfondi de la boiterie est nécessaire. Le vétérinaire observe alors le cheval évoluer sur différents terrains et à différentes allures afin de déterminer quelles articulations sont touchées.

Ensuite, il procède au test de flexion : il fléchit le membre du cheval pendant un court laps de temps. Ensuite, il met l’animal au trot pour révéler des altérations dans ses mouvements ou d’éventuels signes de douleur.

Anesthésie locale

Un autre examen possible est l’anesthésie diagnostique, au cours de laquelle certaines zones du membre du cheval ou certaines articulations sont anesthésiées les unes après les autres. Ainsi, une boiterie disparaissant à la suite de l’anesthésie permet au vétérinaire de déterminer la zone touchée par l’arthrose.

Procédure d’imagerie

Pour visualiser les signes d’usure des articulations et évaluer le stade de la progression de l’arthrose, le vétérinaire procède à des examens d’imagerie (radio, IRM, scanner ou scintigraphie).

L’arthroscopie, une intervention chirurgicale invasive, permet d’examiner l’articulation de l’intérieur.

Traitements : comment soigner cette maladie chronique ?

Le traitement est généralement suivi à vie. En outre, n’oubliez pas que de nombreux facteurs favorisent l’arthrose. Ainsi, certaines approches très larges permettent de soulager les symptômes et de freiner l’évolution de la maladie.

Médicaments et thérapies alternatives

Lorsque les douleurs sont aigües, le vétérinaire peut prescrire des produits analgésiques ainsi que des antiinflammatoires (tolérés par l’organisme de l’animal et idéalement sans effets secondaires).

L’infiltration (injection d’un médicament directement dans l’articulation) est également une méthode utilisée depuis quelques années.

Compléments alimentaires et thérapies alternatives

Certains traitements naturels tels que la phytothérapie ou les compléments alimentaires renforcent la fonction naturelle des articulations et du cartilage. Par exemple, le gingembre, l’herpagophytum (ou griffe du diable) et l’écorce de saule ont un effet antiinflammatoire et analgésique. Ces plantes, appliquées sur l’articulation sous forme de baume, permettraient également d’apaiser les douleurs et les tensions musculaires.

L’utilisation de sangsues pourrait également être utile pour lutter contre l’arthrose. En effet, la salive de ces petites créatures contient des substances antiinflammatoires et analgésiques. La saignée favorise quant à elle la circulation sanguine.

Mesures supplémentaires pour une santé de fer

Une musculature saine et renforcée soulage les articulations et permet d’éviter que de mauvaises postures s’installent. Une activité physique légère mais régulière favorise le bien-être du cheval et la production suffisante de liquide synovial (qui préserve les articulations de l’usure).

Veillez à ne pas surmener les articulations de votre cheval et gare au surpoids, qui causerait une charge supplémentaire pour ses articulations.

Les bons réflexes pour des articulations solides

Pour préserver les articulations de votre cheval, promenez-le régulièrement et doucement. Ne le gardez pas exclusivement au box : permettez-lui de sortir au pré ou au paddock, en le couvrant lorsqu’il fait froid et humide. En outre, échauffez toujours longuement votre monture et bandez-lui les membres pour le protéger. Les départs et arrêts rapides sont à proscrire !

Enfin, la physiothérapie, l’ostéopathie et la thérapie d’ondes de choc permettent de soulager les tensions musculaires d’un cheval qui aurait déjà adopté de mauvaises postures à cause de l’arthrose.

Soins réguliers

L’entretien des sabots de votre cheval est primordial, surtout s’il souffre d’arthrose. En outre, si votre équidé souffre d’une malformation congénitale du sabot, vous pouvez l’équiper d’un fer à cheval médical.

À combien s’élève le coût les traitements ?

Les coûts dépendent fortement de la médication et du traitement suivi. Ils peuvent s’élever à quelques centaines d’euros par mois.

Causes : qu’est-ce qui provoque l’arthrose chez les équidés ?

L’arthrose est une maladie chronique articulaire qui détruit progressivement le cartilage qui recouvre les extrémités des os et sert d’amortisseur.

Cette absence de tampon cartilagineux cause une inflammation articulaire et affecte l’os situé sous le cartilage.

Le danger d’un repos forcé

L’arthrose du cheval peut s’aggraver au point où l’affection d’une seule articulation se répercute sur l’ensemble de l’appareil locomoteur. Si l’articulation est très douloureuse lors de certains mouvements, le cheval essaiera de la ménager et rechignera à se déplacer.

Cette position de repos entraîne un déséquilibre dans les mouvements de l’équidé et surcharge les autres articulations. En outre, l’articulation affectée pâtit également de ce repos car le cartilage existant n’est plus suffisamment alimenté en nutriments. Cette carence cause alors une détérioration des tissus et accélère encore la destruction du cartilage.

Facteurs favorisant l’apparition d’arthrose chez le cheval

  • Une charge déséquilibrée ou trop importante, en particulier lors de la croissance
  • Usure avancée des articulations due à un surpoids
  • Traumatismes, tels que des blessures touchant les muscles, les tendons ou les os
  • Inflammations articulaires non traitées (arthrites)
  • Malformation des membres
  • Prédisposition génétique
  • Manque d’exercice physique
  • Mauvaise alimentation et carence en nutriments
  • Troubles du métabolisme
  • Usure naturelle due à l’âge

Prévention : comment éviter l’arthrose chez votre monture ?

L’arthrose peut être la conséquence d’une inflammation articulaire non guérie. Ainsi, il est primordial que vous fassiez examiner votre cheval par un vétérinaire lorsqu’il semble blessé, afin qu’un traitement approprié puisse être rapidement mis en place.

Quel est le rôle de l’alimentation dans l’apparition d’arthrose du cheval ?

Un surpoids entraîne une surcharge pour les articulations et représente donc un facteur à risque pour le développement de l’arthrose. Ainsi, gardez un œil sur le poids de votre cheval et assurez-vous que son alimentation est équilibrée. En cas de doute, demandez conseil à votre vétérinaire, qui établira un plan nutritionnel adapté aux besoins de votre cheval.


Dr Julia Striegl, Vétérinaire
autorenbild julia striegl mit hund

En 2012, j’ai décroché un doctorat en médecine vétérinaire à l’université de Munich. Par la suite, j’ai travaillé en tant que vétérinaire et conseillère scientifique. Pour moi, les progrès en termes de bien-être animal et de soins médicaux pour les animaux de la ferme sont primordiaux. Ma plus grande préoccupation a toujours été de prodiguer des soins optimaux à mes patients à quatre pattes. En plus de mes compétences vétérinaires, j’aime partager mon expérience de cavalière, de propriétaire de chien expérimentée, et de pratiquante de sports canins.


Articles les plus utiles
5 min

Gale de boue chez le cheval

La gale de boue, ou dermatophilose du cheval, est une infection cutanée pouvant être douloureuse et, dans le cas d’infections secondaires, s’aggraver rapidement. Lisez l’article suivant pour découvrir comment prévenir cette maladie et quels facteurs peuvent favoriser son apparition. Sur le Magazine zooplus, retrouvez de nombreux articles pour contribuer à la santé de votre cheval.