Acariens chez le cheval : comment s’en débarrasser ? This article is verified by a vet

acarien chevaux

Vous vous rendez à l’écurie et constatez que votre animal est particulièrement agité et tape des pattes au sol. Peut-être même que votre cheval se contorsionne de façon presque acrobatique pour se gratter ? Dans ce cas, des acariens pourraient être la cause de ce comportement. Votre cheval souffre peut-être d’allergies ou de troubles respiratoires suite à une infestation d’acariens, vérifiez son état de santé.

Acariens : qu’est-ce que c’est ?

Les acariens sont des arachnides qui parasitent l’homme et diverses espèces animales. Chez le cheval aussi, on trouve toujours un certain nombre d’acariens sur la peau et le pelage.

La plupart des espèces d’acariens aiment l’humidité et la chaleur. Il n’est donc pas étonnant qu’ils se multiplient rapidement, surtout par temps humide (automne, passage de l’hiver au printemps).

Si le système immunitaire du cheval est affaibli par une mue ou autre et que la barrière cutanée est en outre endommagée par l’humidité, les acariens ont beau jeu.

Les chevaux concernés souffrent alors de démangeaisons presque insupportables.

Selon la partie du corps concernée, le cheval se frotte ou mordille les endroits qui le démangent. Il en résulte rapidement une perte de poils et des infections secondaires par des bactéries. Votre animal peut également souffrir d’allergies respiratoires, de toux et de réactions allergiques.

acarien cheval
L’humidité favorise la prolifération des acariens.

Quels sont les différents type d’acariens chez le cheval ?

Il existe de nombreux types d’acariens et tous ne se trouvent évidemment pas chez le cheval. Mais tous les acariens peuvent provoquer la gale chez les chevaux. Celle-ci peut être identifiée en fonction de son étendue et de la partie du corps concernée.

Les chorioptes (Chorioptes bovis)

Les chorioptes sont particulièrement fréquents chez le cheval et provoquent ce que l’on appelle la « gale des pattes ». La gale des pattes commence généralement au niveau du pli du paturon du cheval et, si elle n’est pas traitée, peut s’étendre à l’ensemble des pattes avant et au tronc.

Les symptômes types sont l’apparition de pellicules et d’eczéma sous forme de croûtes au niveau du pli du paturon, s’apparentant de prime abord à des picots. En outre, des croûtes et des poils se détachent sur de grandes surfaces lors du toilettage. Par la suite, la peau s’épaissit et des dépôts graisseux apparaissent.

Puisque ces acariens aiment également l’humidité et la chaleur, les chevaux à sang froid, avec leur long pelage, sont particulièrement touchés. Mais les chevaux à sang chaud ne sont pas non plus épargnés par ces parasites.

Ces acariens (et les types de gale correspondants) sont les plus fréquents chez le cheval :

Les sarcoptes (Sarcoptes scabiei var. equi)

Cette espèce d’acarien creuse des galeries dans les couches supérieures de la peau du cheval et y dépose ses œufs. Puisque les acariens préfèrent les parties du corps peu poilues, les premières lésions cutanées apparaissent généralement sur la tête. Voilà pourquoi une infestation par des sarcoptes est également appelée « gale de la tête ». Par la suite, la maladie s’étend aux côtés du cou, au garrot et, dans le pire des cas, à l’ensemble du corps.

Les pellicules, les pustules et la perte de poils sont des symptômes classiques, en plus des démangeaisons intenses. Les infections secondaires et les lésions cutanées sur de grandes surfaces affaiblissent de plus en plus le cheval. En outre, les sarcoptes sont transmissibles à l’homme (zoonose) et provoquent alors la pseudo-gale (pseudo-scabiose).

Les psoroptes (Psoroptes equi)

Dans un premier temps, les Psoroptes equi colonisent surtout les endroits très poilus comme la crinière et la base de la queue. Mais à partir de là, ils se propagent rapidement à tout le tronc du cheval. Plus tard, le bas-ventre et l’intérieur des cuisses sont également touchés. Voilà pourquoi on parle ici de « gale du corps ».

Des dépôts semblables à de l’écorce se forment. Les acariens se trouvent en dessous et se nourrissent de sang et de liquides tissulaires.

Les Psoroptes cuniculi sont une autre espèce de psoroptes que l’on trouve dans les conduits auditifs du cheval. Les chevaux atteints se frottent intensément les oreilles et secouent la tête. La gale des oreilles n’est toutefois que rarement observée chez les chevaux.

Les aoûtats (Neotrombicula autumnalis)

Ici, ce ne sont pas les acariens eux-mêmes qui infestent le cheval, mais leurs larves. Ces larves affectent aussi bien l’animal que l’homme, surtout à la fin de l’été.

Elles s’agglutinent dans les endroits à la pilosité fine comme l’intérieur des cuisses, le chanfrein ou la base des oreilles. Il en résulte des surfaces cutanées marquées de rougeurs.

Les larves de l’aoûtat se nourrissent de cellules cutanées. Après un à cinq jours, les larves tombent d’elles-mêmes. Voilà pourquoi aucun traitement n’est généralement nécessaire.

Diagnostic : comment savoir si mon cheval a des acariens ?

Les fortes démangeaisons sont le premier signe important d’une infestation d’acariens. La plupart du temps, les lésions cutanées sur les parties du corps les plus touchées indiquent également déjà le type d’acariens sur le cheval.

Afin d’exclure d’autres causes (comme une dermite estivale) et de déterminer le type d’acariens présents, le vétérinaire prélève un échantillon de peau par grattage sur les surfaces cutanées lésées. Pour ce faire, il gratte délicatement la peau du cheval à l’aide d’une lame de scalpel. Il examine ensuite l’échantillon prélevé au microscope.

Une fois le parasite identifié, le vétérinaire prescrit à votre cheval le traitement approprié.

Traitement : comment traiter les acariens ?

Le traitement des acariens chez le cheval consiste généralement à la fois en un traitement externe et en un traitement interne.

Pour le traitement local, le vétérinaire utilise des solutions et des shampooings spéciaux. Le traitement est répété à intervalles réguliers. Si les zones cutanées concernées comportent des poils particulièrement longs ou denses, il convient de couper ou de tondre les poils au préalable. Ce n’est qu’ainsi que les médicaments atteignent les acariens de manière sûre.

Puisqu’un traitement purement local ne fait généralement qu’atténuer les symptômes sans éliminer complètement les acariens, le vétérinaire administre généralement de l’ivermectine en complément. Cela se fait soit par la bouche, soit par injection. Ce traitement est également répété plusieurs fois.

Par ailleurs, vous devez également traiter l’environnement du cheval avec des produits appropriés. Cela ne concerne pas seulement l’écurie, mais aussi tous les autres objets avec lesquels le cheval a été en contact.

Malheureusement, les acariens se propagent incroyablement vite aux autres chevaux. Voilà pourquoi, par mesure de sécurité, il convient de traiter tous les chevaux de l’écurie.

Combien de temps faut-il pour faire disparaître ces parasites ?

Si votre cheval est atteint de gale, vous devez vous préparer à un traitement plus long. Selon le degré de gravité, il n’est pas rare que le traitement s’étende sur des semaines, voire des mois. En effet, les œufs d’acariens peuvent survivre jusqu’à plusieurs mois dans l’environnement.

C’est aussi pour cette raison qu’un traitement complet du cheval, de son environnement et des autres animaux de l’écurie est si important pour que le traitement réussisse.

Existe-t-il des remèdes de grand-mère contre les acariens ?

Quel que soit le type de gale dont souffre le cheval, il n’est pas possible de guérir la maladie avec des remèdes de grand-mère. Vous pouvez toutefois utiliser de l’huile essentielle d’arbre à thé ou de l’huile de coco en complément du traitement. Les pommades à base de zinc favorisent la cicatrisation en cas d’infection bactérienne secondaire.

Prévention : comment éviter la présence d’acarien ?

Si votre cheval possède un système immunitaire fort, les acariens ne peuvent généralement pas lui porter atteinte. Veillez donc toujours à ce que son alimentation soit équilibrée. Un apport suffisant en vitamines et en minéraux est indispensable pour la santé de votre cheval, surtout pendant la période de mue.

Les conditions de vie du cheval ont également une influence décisive sur sa santé. Maintenir une bonne hygiène dans l’écurie et nettoyer régulièrement les couvertures, le matériel d’entretien et la sellerie relève de l’évidence.

Enfin, un bon entretien du pelage permet d’éviter que les acariens ne se multiplient trop vite. Par temps humide, il est en outre préférable de raccourcir les longs fanons.


Franziska G., Vétérinaire
Profilbild von Tierärztin Franziska Gütgeman mit Hund

À l'université Justus-Liebig de Gießen, j'ai suivi une formation de vétérinaire où j'ai pu acquérir une certaine expérience dans divers domaines, tels que la médecine dédiée aux petits et grands animaux, la médecine exotique, la pharmacologie, la pathologie et l'hygiène alimentaire. Depuis, je n'ai pas seulement travaillé en tant qu'auteur vétérinaire. J’ai également travaillé sur ma thèse qui a été influencée scientifiquement. Mon objectif est de mieux protéger les animaux contre les agents pathogènes bactériens à l'avenir. En plus de mes connaissances, je partage mes propres expériences en tant que propriétaire de chien et je peux ainsi comprendre et apaiser les craintes et les problèmes, ainsi que d'autres questions concernant la santé animale.


Articles les plus utiles
5 min

Gale de boue chez le cheval

La gale de boue, ou dermatophilose du cheval, est une infection cutanée pouvant être douloureuse et, dans le cas d’infections secondaires, s’aggraver rapidement. Lisez l’article suivant pour découvrir comment prévenir cette maladie et quels facteurs peuvent favoriser son apparition. Sur le Magazine zooplus, retrouvez de nombreux articles pour contribuer à la santé de votre cheval.
8 min

Cheval qui tousse : que faire ?

Elle est redoutée par de nombreux propriétaires de chevaux : la toux. En effet, les maladies respiratoires comptent, avec les boiteries, parmi les pathologies les plus fréquentes chez le cheval. Mais que faire pour venir en aide à un cheval qui tousse ? Lisez l’article suivant pour découvrir toutes les informations importantes sur cette affection, qui impacte le bien-être de votre cheval.
6 min

Acariens chez le cheval : comment s’en débarrasser ?

Vous vous rendez à l’écurie et constatez que votre animal est particulièrement agité et tape des pattes au sol. Peut-être même que votre cheval se contorsionne de façon presque acrobatique pour se gratter ? Dans ce cas, des acariens pourraient être la cause de ce comportement. Votre cheval souffre peut-être d’allergies ou de troubles respiratoires suite à une infestation d’acariens, vérifiez son état de santé.

Acariens : qu'est-ce que c'est ?

Les acariens sont des arachnides qui parasitent l’homme et diverses espèces animales. Chez le cheval aussi, on trouve toujours un certain nombre d’acariens sur la peau et le pelage. La plupart des espèces d’acariens aiment l’humidité et la chaleur. Il n’est donc pas étonnant qu’ils se multiplient rapidement, surtout par temps humide (automne, passage de l’hiver au printemps). Si le système immunitaire du cheval est affaibli par une mue ou autre et que la barrière cutanée est en outre endommagée par l’humidité, les acariens ont beau jeu. Les chevaux concernés souffrent alors de démangeaisons presque insupportables. Selon la partie du corps concernée, le cheval se frotte ou mordille les endroits qui le démangent. Il en résulte rapidement une perte de poils et des infections secondaires par des bactéries. Votre animal peut également souffrir d’allergies respiratoires, de toux et de réactions allergiques.