22 août 2019

Les acariens chez le chien

Diagnostic de la gale auriculaire par un veterinaire

Les pénibles parasites que sont les acariens attendent leur hôte, votre chien, à de nombreux endroits. Selon le type d'acarien, les voies de transmission et les symptômes peuvent varier. Bien que les acariens chez le chien ne transmettent pas de maladies comme les tiques, ils peuvent quand même causer des symptômes graves.

Types d'acariens chez le chien

L'aoûtat (Trombicula autumnalis)

L'aoûtat est un acarien de la taille d'une tête d'épingle, particulièrement remarquable par sa couleur rouge orangé. Il est présent dans les zones endémiques, surtout en été et en automne. Caché dans l'herbe, il attend son hôte. Le parasite se développe à partir de l'œuf, puis devient larve, puis nymphe pour enfin devenir acarien adulte. L'acarien adulte se nourrit de matières végétales, mais la larve a besoin de la lymphe de son hôte pour survivre.

Chez le chien, les larves d'acariens se trouvent surtout sur les pattes entre les orteils, sur le ventre et la tête. La morsure de la larve peut provoquer des réactions allergiques avec de fortes démangeaisons jusqu'à des irritations cutanées très conséquentes, surtout chez les animaux sensibles. Ces symptômes peuvent persister même après l'élimination des parasites. Une larve d'acarien est reconnaissable à son indubitable couleur orange-rouge directement sur la zone affectée, ou au microscope comme une pellicule.

Gale auriculaire (Otodectes cynotis)

Les acariens de la gale auriculaire (les otodectes cynotis) préfèrent s'attaquer au conduit auditif externe, et parfois également à la peau autour de l'oreille. Le développement des œufs aux larves et des nymphes aux acariens adultes a entièrement lieu dans le conduit auditif. Tous les stades de développement parasitent, c'est-à-dire qu'ils se nourrissent des liquides des tissus superficiels et des cellules de peau morte du chien.

Les acariens chez le chien sont transmis par contact direct avec des animaux infestés, dans la plupart des cas chez les chiots. Les animaux adultes ne sont que rarement touchés.  De fortes démangeaisons accompagnées d'une inflammation dans les oreilles et une sécrétion de pellicules brun-noir qui rappelle le marc de café est typique d'une gale auriculaire causée par les acariens chez le chien. Les acariens sont parfois visibles lorsqu'ils sont en mouvement dans le conduit auditif. Les acariens de la gale auriculaire peuvent être diagnostiqués de manière fiable par un frottis cutané dans les oreilles.

Cheylétiella (famille des mesostigmates)

Les cheylétiella ne sont pas spécifiques à un hôte et sont très contagieux. Les chiens, les chats, les lapins et même les humains peuvent être touchés. Tout cycle de développement de l'acarien se déroule sur l'animal, tous les stades de développement (larve, nymphe et acarien adulte) peuvent parasiter. La transmission se produit par contact direct avec un animal infesté, mais aussi par l'environnement ou les objets contaminés, car les acariens femelles adultes peuvent notamment survivre dans l'environnement.

Les cheylétiella vivent à la surface de la peau, se déplacent entre les poils et se nourrissent de liquides tissulaires. L'acarien provoque des démangeaisons chez le chien d’intensité variable. De petites pellicules sèches sont caractéristiques de ces parasites, qui eux-mêmes ressemblent beaucoup à des écailles. Ces pellicules se trouvent habituellement sur le dos du chien. Les cheylétiella peuvent être diagnostiquées par un frottis cutané ou par prélèvement sur ruban adhésif analysé au microscope.

Acariens de la gale du chien ou sarcoptes (Sarkoptes scabei var. canis)

Le sarcopte est très spécifique à l'hôte, il se présente principalement chez le chien mais aussi chez le renard et la martre. La transmission se fait par contact avec d'autres animaux infestés ou indirectement par l'environnement. La gale du chien, causée par les sarcoptes, est extrêmement contagieuse. La probabilité qu'un chien ne soit pas contaminé lorsqu'il entre en contact avec un chien infesté est très faible. Comme son nom l'indique, la femelle creuse un tunnel dans l’épiderme de la peau et y dépose ses œufs et ses excréments. Quand elle creuse, elle absorbe les cellules mortes de la peau et les tissus liquides pour se nourrir.

L'irritation causée par les parasites et une réaction allergique provoquent une démangeaison chez le chien presque insatiable et insupportable. Les premiers signes visibles sont des taches rouges sur le ventre et les coudes, suivies d'une perte de poils, de l'apparition de petites pellicules et un épaississement de la peau des oreilles puis sur tout le corps. On peut reconnaître les acariens chez le chien comme des pellicules. Cependant, comme même un très petit nombre d'acariens peut causer de sévères démangeaisons chez le chien, il n'est pas toujours possible de les détecter. Dans ce cas, un traitement diagnostique peut être effectué.

Acariens des follicules pileux (Demodex canis)

Le demodex est un acarien commun de la flore cutanée chez les mammifères poilus. Il vit et se reproduit dans les follicules pileux et les glandes sébacées. Il ne survit pas dans tout autre environnement. Cet acarien se nourrit également de déchets cellulaires et de liquide tissulaire. Afin d'éviter une réaction immunologique et allergique du chien, il stocke ses excréments dans ses propres cellules. Le transfert des acariens de la mère aux chiots a lieu immédiatement après la naissance pendant l'allaitement. Une prolifération excessive d'acariens du demodex peut causer la démodécie. Une prédisposition au développement de la démodécie existe chez les races brachycéphales à poil court telles que le bouledogue anglais ou français, le carlin, le Shar-Pei ainsi que le doberman, le berger allemand, le teckel et certaines races de terrier. Cette condition étant héréditaire, il est fortement déconseillé d'élever des chiens atteints de démodésie généralisée.

Il existe plusieurs formes de démodécie

1. Démodécie sèche localisée

Les chiens de toutes races peuvent attraper cette forme de démodécie. Les chiens en bas âge sont les plus affectés. Dans la forme localisée, jusqu'à cinq zones circonscrites de la peau avec peu ou pas de poils apparaissent généralement sans démangeaisons. On peut y voir des rougeurs et des pellicules. Ces symptômes sont souvent visibles sur la tête, le cou, les membres et le torse. La maladie est souvent découverte par hasard, ou même pas du tout. La démodécie localisée guérit spontanément dans plus de 90 % des cas.

2. Démodécie sèche disséminée

La démodécie disséminée est une autre forme de démodécie sèche. Elle peut être causée par une immunosuppression locale, par exemple lors d'une injection de cortisone ou d'une application locale de crème à la cortisone, quel que soit l'âge et la race du chien. Dans la plupart des cas, seule la zone de la peau où l'injection ou l'application de la pommade a eu lieu est affectée. Les symptômes sur la peau sont semblables à la forme localisée avec la perte locale de poils, la peau rougie et les pellicules. Souvent la peau est aussi très fine. Ils peuvent persister longtemps en raison de l'effet du produit à la cortisone. S'il n'y a pas de complications, une guérison sans traitement est possible.

3. Démodécie généralisée héréditaire

Dans cette forme, il est question d'une immunodéficience héréditaire combinée à une immunosuppression. Elle survient chez les jeunes chiens selon la race jusqu'à l'âge de 1,5 à 2 ans. Les symptômes cutanés commencent souvent par des taches individuelles semblables à la forme localisée avec des pellicules, des rougeurs de la peau et une perte de poils. Ces taches se propagent rapidement (généralisation). La tête et les membres antérieurs sont souvent les premiers touchés, mais les symptômes s'étendent ensuite sur toute la surface cutanée. Sous cette forme, des infections bactériennes secondaires se développent généralement et provoquent des démangeaisons chez le chien et des symptômes cutanés importants tels que des fistules, des œdèmes ou de la cellulite, mais aussi des troubles généraux sévères tels que de la fièvre, une enflure des ganglions lymphatiques et plus encore.

4. Démodécie généralisée par immunosuppression

Les chiens plus âgés peuvent également développer une forme généralisée de démodécie, quelle que soit la race. Le développement de cette forme peut être iatrogène, c'est-à-dire causée par l'administration de médicaments immunosuppresseurs comme la cortisone, ainsi que par des maladies sous-jacentes existantes comme les tumeurs et les maladies métaboliques (cushing, diabète, hypothyroïdie, etc).

5. Podo-démodécie

Dans cette forme de démodécie, des symptômes inflammatoires de la peau sont localisées sur la patte. Les pattes sont gonflées et douloureuses. Les races les plus touchées sont notamment les dogues allemands, les bobtails et d'autres grandes races, mais aussi les west highland white terriers, les carlins, les bouledogues français et anglais et les Shar-Pei. Cette forme peut se produire en plus de la forme généralisée ou seule.

6. Démodécie de forme D. cornei et D. injai

D'autres formes de démodécies causées par d'autres espèces d'acariens que les D. canis mentionnées précédemment sont déjà connues. Toutefois, il n'a pas encore été précisé si ces espèces sont transmises par les chiens affectés à des chiens en bonne santé. Le demodex cornei est associé à des rougeurs de la peau, des pellicules et, contrairement à D. canis, à des démangeaisons notables. Le D. injai vit apparemment dans les glandes sébacées et entraîne une peau grasse, une mauvaise qualité du pelage et un pelage dégarni, surtout sur le dos.

Toutes les formes de démodécie sont diagnostiquées de la même manière : à l'aide d'un frottis cutané profond. Selon l'emplacement des démangeaisons chez le chien, le diagnostic peut être complété par une analyse au microscope par préparation broyée ou par analyse des racines de poils prélevés sur un ruban adhésif. Parfois, en cas d'épaississement chronique de la peau dû à une inflammation, aucun diagnostic ne peut être posé à l'aide des méthodes ci-dessus. Dans ce cas, une biopsie cutanée doit être effectuée s'il y a une forte suspicion de présence d'acariens du demodex.

Symptômes des acariens chez le chien

Les morsures d'aoûtats et de leurs larves peuvent provoquer des réactions allergiques chez les chiens sensibles. Ces réactions provoquent des démangeaisons chez le chien d'intensité variable, qui peuvent entraîner le chien à se lécher et à se gratter les zones affectées et donc des lésions cutanées. Les larves d'acariens chez le chien sont principalement situées entre les orteils, sur les membres, la tête et le ventre (au niveau des mamelles).

Les acariens provoquent de fortes démangeaisons chez le chien dans les oreilles, de sorte que les chiens se grattent en partie l'intérieur du pavillon jusqu'au sang. Ils provoquent ainsi une inflammation des oreilles qui se caractérise par une sécrétion de pellicules brun-noir rappelant le marc de café.

Les acariens cheyletiella, responsables de la cheyletiellose, causent des démangeaisons chez le chien plus ou moins intenses, de légères à sévères. Un symptome typique de cet acarien est la formation de pellicules, surtout au niveau du dos, des épaules et de l'extérieur du pavillon de l'oreille. Les acariens eux-mêmes ressemblent à de grandes pellicules, on les surnomme d'ailleurs aussi « pellicules ambulantes ».

La caractéristique typique d'une infestation de sarcoptes est une démangeaison chez le chien aiguë avec un schéma de distribution caractéristique. Les coudes, les pavillons d'oreilles et le ventre, ainsi que la tête et le dos sont les plus sévèrement touchés. Cela se traduit tout d'abord par un rougissement de la peau. Puis les démangeaisons et égratignures provoquent une perte de poils, des pellicules, un épaississement et une hyperpigmentation de la peau.

Contrairement aux autres types d'acariens, le demodex ne provoque pas de démangeaisons chez le chien ou seulement dans des cas exceptionnels et sous les nouvelles formes. Des zones de peau avec peu ou pas de poils où l'on peut voir des rougeurs et des pellicules se développent. Selon la forme de démodécie, les zones de la peau où les changements se produisent diffèrent.

Cependant, toute forme d'infestation d'acariens chez le chien peut entraîner une infection secondaire de la peau par des bactéries et des champignons à levures, ce qui peut compliquer le traitement et retarder la guérison. Cela peut se manifester par de l'eczéma, de la pyodermie, un épaississement de la peau et d'autres lésions cutanées.

Diagnostic des acariens chez le chien

Pour la plupart des espèces d'acariens, un frottis cutané ou un prélèvement sur un ruban adhésif convient pour le diagnostic. En cas de gale auriculaire, un frottis des oreilles est également nécessaire. Les différentes formes de démodécie peuvent être diagnostiquées par un frottis cutané profond, un prélèvement broyé ou sur bande adhésive ou en examinant les racines des poils qui sont tombés.

Traitement des acariens chez le chien

Dans le cas de certaines espèces d'acariens (cheyletiella, sarcoptes, otodectes ou demodex), en raison du risque élevé d'infection et de transmission, il est recommandé de soigner le chien malade et tous les autres animaux sensibles dans la maison. Par ailleurs, un traitement de l'environnement devrait également être envisagé. Le traitement doit être répété plusieurs fois afin de tuer tous les stades de développement des acariens. Chez les chiens à poils très denses ou longs, il peut être nécessaire de tondre les poils pour que le traitement soit efficace.

Pour le traitement des acariens chez le chien, différents médicaments existent : des principes actifs acaricides sous forme de shampoing, de comprimés et de crèmes. En cas d'infections plus graves par les acariens et d'infections secondaires de la peau qui en découlent, il faut également les traiter avec des shampooings antibactériens ou même des antibiotiques pour apaiser la peau. Dans la forme généralisée de démodécie causée par immunosuppression, le traitement de la maladie sous-jacente est la condition préalable au succès du traitement. Le traitement doit toujours être effectué par un vétérinaire.

En outre, renforcer le système immunitaire est utile pour la guérir les désagréments causés par les acariens chez le chien. Pour le traitement de l'environnement, vous pouvez utiliser un insecticide de contact en plus d'aspirer et de nettoyer manuellement. Par conséquent, toute votre habitation, mais aussi la voiture, l'endroit de couchage du chien, la cage ou le panier de transport et les accessoires de soins (peignes, brosses, etc.) doivent être traités avec rigueur et minutie pendant toute la durée du traitement.

Prévention des acariens chez le chien

Une infestation d'acariens chez le chien peut être évitée par un traitement médicamenteux contenant des principes actifs acaricides. Les crèmes locales et les médicaments sous forme de comprimés conviennent particulièrement bien dans ce cas. Le contact avec des animaux infestés doit être évité. Comme l'acarien demodex appartient à la flore cutanée normale du chien, une prophylaxie médicamenteuse n'est pas possible dans ce cas. Afin de ne pas transmettre la démodécie héréditaire généralisée, les chiens atteints ne devraient pas être utilisés pour l'élevage. Afin de prévenir la forme sèche localisée, il est conseillé de soutenir et de renforcer le système immunitaire.

Articles les plus lus

La contraception du chien et de la chienne

Contraception du chien et de la chienne : quels moyens existent pour éviter une gestation ? Quels sont les moyens de contraception pour chien mâle ? Votre magazine zooplus vous donne ses conseils.

Les maladies infectieuses chez le chien

Elles sont minuscules et se trouvent partout autour de nous : les bactéries ! Bien que certaines bactéries soient sans danger, d'autres peuvent provoquer de graves maladies infectieuses chez le chien

La giardiose chez le chien

La giardiose chez le chien se manifeste par une diarrhée et des vomissements. Le parasite giardia touche principalement les chiots et les chiens au système immunitaire fragile.