L’occlusion intestinale chez le chat This article is verified by a vet

vétérinaire examinant un chat souffrant d'occlusion intestinale

En cas de suspicion d'occlusion intestinale, le chat doit être emmené le plus rapidement possible chez le vétérinaire.

Quel danger représente l’occlusion intestinale chez le chat ?

L’occlusion intestinale (iléus) peut survenir chez les chats de toutes races et de tous âges et est dangereuse pour leur santé. Si l’iléus n’est pas détecté à temps, il entraîne rapidement des symptômes de choc graves et la mort du chat. Voilà pourquoi il est important de le dépister à temps, afin que le vétérinaire puisse commencer un traitement sans tarder.

Causes : comment survient ce problème ?

En cas d’occlusion intestinale, le vétérinaire distingue l’occlusion incomplète (subiléus) et l’occlusion complète (iléus). Chez les chats, les causes sont notamment l’ingestion de corps étrangers tels que des fils ou des jouets, un retournement de l’intestin (invagination) suite à une inflammation intestinale ou une torsion de certaines parties de l’intestin (volvulus).

Pour une meilleure vue d’ensemble, les pathologies sont classées en fonction de leur cause respective :

  • Iléus mécanique : des obstacles mécaniques rétrécissent partiellement la lumière intestinale (couche interne de la paroi intestinale) à tel point que le passage du contenu de l’intestin n’est plus possible. L’occlusion résulte soit d’une obstruction (par exemple par une tumeur externe), soit d’une obturation de la lumière intestinale (par exemple par un fécalome ou des corps étrangers), soit d’une strangulation (par exemple par une invagination intestinale ou une torsion de l’intestin).
  • Iléus paralytique : une paralysie de la musculature intestinale perturbe l’activité musculaire (péristaltisme) de l’intestin. Les causes les plus fréquentes sont des inflammations dans la cavité abdominale, par exemple dans le cadre d’une pancréatite ou suite à une opération. Il faut également prendre en compte les intoxications et les troubles du métabolisme.

Symptômes : comment pouvez-vous dépister un iléus ?

En cas d’occlusion intestinale chez le chat, la nourriture n’est plus transportée, ce qui entraîne la formation d’un bouchon. Ce bouchon provoque généralement des vomissements et, en raison de la formation de gaz, une dilatation de l’estomac. En outre, selon la gravité et le type d’occlusion intestinale, des vaisseaux importants sont souvent comprimés par la suite.

Si, par exemple, l’écoulement veineux est empêché tout en maintenant l’afflux sanguin artériel, il s’ensuit rapidement des pertes fonctionnelles importantes et un syndrome de défaillance multiviscérale. Le manque de sang dans les autres parties du corps provoque en outre un choc hypovolémique (par manque de volume) : le chat est alors en danger de mort.

Toutes les occlusions intestinales ne provoquent pas soudainement de fortes douleurs chez le chat. Ainsi, un intestin complètement fermé provoque plus rapidement des symptômes qu’un intestin pas complètement fermé.

Les signes suivants sont particulièrement fréquents en cas d’occlusion intestinale chez le chat :

  • Dégradation de l’état général, difficulté à se mouvoir et agitation.
  • Le chat bave plus et a des nausées, il vomit le cas échéant et refuse de manger.
  • Si l’intestin n’est pas complètement fermé, les chats ont parfois des selles normales. En revanche, si l’intestin est totalement fermé, le chat peut ne plus faire ses besoins.
  • La paroi abdominale est fortement tendue et de nombreux chats réagissent de manière agitée ou agressive et ressentent des douleurs lors de la palpation.
  • Certains chats miaulent de plus en plus.
  • Des pattes froides et des tremblements, une forte apathie, une perte de connaissance et des muqueuses pâles sont des signes d’alerte importants d’un choc hypovolémique. Dans ce cas, il convient de consulter immédiatement un vétérinaire, car il s’agit d’une situation potentiellement mortelle.
© Tom Wang / stock.adobe.com
Les nausées et vomissements peuvent être des symptômes d’occlusion intestinale chez le chat.

Diagnostic : quels sont les examens réalisés chez le vétérinaire ?

Si votre chat présente un ou plusieurs des symptômes susmentionnés, il ne faut pas trop attendre avant de consulter un vétérinaire. Outre une occlusion intestinale, il peut s’agir par exemple d’une dangereuse intoxication ou d’une autre maladie grave. En cas de changement de position de l’intestin, la règle est donc la suivante : plus tôt la cause est identifiée, meilleur est le pronostic.

Dans le cadre de l’anamnèse, le vétérinaire examine l’état général et les paramètres vitaux de votre animal (comme la fréquence respiratoire et cardiaque, la température interne du corps ou l’état des muqueuses).

Ces valeurs sont très importantes pour la planification de l’anesthésie en cas d’intervention chirurgicale nécessaire. Si le chat a déjà des problèmes de circulation, le vétérinaire stabilise d’abord la circulation au moyen de perfusions, d’oxygène ou de médicaments.

En cas de doute quant à la présence d’une occlusion intestinale, le vétérinaire procède ensuite à une échographie ou à une radiographie. Il peut ainsi localiser plus précisément la cause et mieux évaluer l’ampleur de l’iléus et, par conséquent, les mesures nécessaires à prendre.

Si des mesures chirurgicales sont par exemple nécessaires, les informations recueillies aident à préparer et à planifier l’opération.

Traitement : quels sont les traitements possibles ?

Le traitement d’une occlusion intestinale dépend toujours de sa cause et de sa localisation. S’il s’agit d’une urgence, comme par exemple un étranglement, des mesures chirurgicales sont généralement nécessaires.

Mais si le chat n’a avalé qu’un petit corps étranger qui peut passer dans l’intestin ou s’il y a une paralysie de la musculature intestinale, des mesures conservatrices sont souvent utiles.

Ces mesurent comprennent par exemple :

  • la privation temporaire de nourriture et d’eau ;
  • des perfusions de liquides, si nécessaire avec des électrolytes ;
  • une sonde gastrique permettant d’éliminer la nourriture retenue ;
  • des médicaments contre les nausées, les vomissements et les douleurs abdominales, permettant de stimuler le péristaltisme (activité musculaire de différents organes creux).

Existe-t-il des remèdes maison pour ce problème ?

Contrairement à la constipation, il ne faut surtout pas recourir à des remèdes de grand-mère en cas d’occlusion intestinale chez le chat.

Il faut toujours consulter un vétérinaire pour savoir si un traitement purement médicamenteux de l’occlusion est possible. Dans le cas contraire, vous pourriez mettre la vie de votre chat en danger.

Pronostic : quelles sont les chances de guérison ?

Une occlusion intestinale ne présente pas toujours de risques vitaux pour le chat. Néanmoins, en cas de doute, vous devez immédiatement consulter un vétérinaire, car un traitement administré à temps améliore considérablement le pronostic.

Prophylaxie : comment prévenir une occlusion intestinale ?

Les chats peuvent souffrir d’une occlusion intestinale de différentes manières. Voilà pourquoi il est difficile de mettre en place des mesures préventives générales.

Vous pouvez toutefois réduire la probabilité d’un iléus, par exemple en faisant attention aux objets exposés dans votre intérieur, tels que les fils ou les petits objets informes. Veillez à ce que votre chat ait suffisamment de jouets à sa disposition pour qu’il ne se mette pas en quête d’alternatives.

Lorsque vous choisissez des plantes pour votre balcon ou votre jardin, renseignez-vous sur leur toxicité. Par exemple, le laurier-rose et l’if entraînent une paralysie de l’intestin (et donc un iléus paralytique) ainsi que d’autres troubles intestinaux et digestifs tels que des problèmes liés au transit intestinal ou au tube digestif. 

Fiche pratique sur les occlusions intestinales

Définition : L’occlusion intestinale est caractérisée par l’interruption du transit digestif du chat. L’obstruction peut être totale ou partielle et porte le nom d’iléus ou d’occlusion intestinale.
Symptômes : le chat montre immédiatement des signes de douleur atroce. Les symptômes sont les suivants
  • dégradation de l’état général, apathie et agitation
  • salivation abondante et sensation d’étouffement
  • vomissements et refus de s’alimenter
  • si l’intestin est complètement obstrué, l’évacuation peut être totalement entravée
  • paroi abdominale tendue
  • agitation et agressivité, douleur au toucher
  • pattes froides, tremblements, apathie manifeste, inconscience et pâleur des muqueuses (possibilité de choc hypovolémique, grave danger de mort pour le chat).

Causes : Les causes diffèrent selon le type d’obstruction dont souffre le chat.

Iléus mécanique : il s’agit d’une véritable obstruction, qui bouche la lumière intestinale et empêche le passage du contenu.

Iléus paralytique : paralysie de la musculature intestinale, qui peut entraver l’activité musculaire (péristaltisme), généralement causée par une inflammation abdominale, une pancréatite, des complications postopératoires, un empoisonnement ou des troubles métaboliques.

Diagnostic : En général, le vétérinaire procède à une anamnèse approfondie, examine le chat et prescrit des médicaments ou des tests de diagnostic, en fonction de ce qu’il pense être la cause de l’obstruction.
Opération chirurgicale : Oui, dans les cas les plus urgents
Traitement :
  • suspension temporaire de l’alimentation et de la prise de liquide
  • perfusion de liquides, si nécessaire avec des électrolytes
  • élimination des résidus accumulés à l’aide d’une sonde gastrique
  • médicaments anti-nauséeux, antiémétiques et analgésiques, ainsi que des médicaments stimulant le péristaltisme (activité musculaire de divers organes).

Vaccin : Non
Prognostic : Plus tôt l’occlusion intestinale est prise en charge, plus il y a de chances que le chat survive et se rétablisse complètement.
Prévention : Éviter d’exposer votre chat à des situations potentiellement dangereuses telles que l’ingestion de corps étrangers (par exemple des petits jouets inadaptés aux chats) ou les plantes toxiques.


Franziska G., Vétérinaire
Profilbild von Tierärztin Franziska Gütgeman mit Hund

À l'université Justus-Liebig de Gießen, j'ai suivi une formation de vétérinaire où j'ai pu acquérir une certaine expérience dans divers domaines, tels que la médecine dédiée aux petits et grands animaux, la médecine exotique, la pharmacologie, la pathologie et l'hygiène alimentaire. Depuis, je n'ai pas seulement travaillé en tant qu'auteur vétérinaire. J’ai également travaillé sur ma thèse qui a été influencée scientifiquement. Mon objectif est de mieux protéger les animaux contre les agents pathogènes bactériens à l'avenir. En plus de mes connaissances, je partage mes propres expériences en tant que propriétaire de chien et je peux ainsi comprendre et apaiser les craintes et les problèmes, ainsi que d'autres questions concernant la santé animale.


Articles les plus utiles
8 min

Les chaleurs chez le chat

Les chaleurs chez le chat sont un des sujets les plus fréquemment abordés lors des consultations vétérinaires. Cet article résume ce que vous devez savoir lorsque votre chatte est en chaleur.