La cystite chez le chien This article is verified by a vet

Rédigé par Amelie Krause, la vétérinaire
Vétérinaire en train d'écouter la poitrine d'un chien blanc au stétoscope

La cystite chez le chien se manifeste souvent conjointement avec une inflammation de l’urètre. De ce fait, la cystite du chien n’est pas à traiter de manière isolée. L’urètre et la vessie sont communément désignées comme étant les voies basses urinaires.

Cystite du chien : quelles causes ?

Les bactéries sont les principales responsables de la cystite du chien. Celles-ci se trouvent sur la peau du chien, dans la zone des organes génitaux et peuvent se propager vers la vessie : on parle alors d’infection urinaire ascendante. Les chiens de tout âge et de tout sexe peuvent souffrir d'une cystite. En pratique, les chiennes sont le plus souvent victimes de cystites, du fait de leur urètre plus court que celui des mâles. De plus, les chiennes castrées dont les muscles de la vessie sont affaiblis sont particulièrement sensibles à l’infection, puisque les bactéries peuvent plus facilement migrer dans la vessie.

Les bactéries sont souvent des germes intestinaux comme l’Escherichia coli, l’entérocoque mais aussi la bactérie Proteus ou le staphylocoque. Dans certains cas plus rares, il peut s’agir de Pseudomonades ou d’autres agents pathogènes. En général, un seul germe est à l’origine de l’infection. Dans 25% des cas de cystite, la présence de deux germes voire plus a été détectée.

Les cristaux urinaires ou les calculs urinaires peuvent également être à la cause d’une cystite. Les cristaux et calculs irritent les muqueuses de la vessie et de l’urètre du chien et perturbent leur mécanisme de défense. De plus, une modification de l’anatomie du chien, comme le mauvais alignement des organes excréteurs d’urine peut mener à des inflammations.

Si votre chien est atteint de diabète sucré ou d’un hyperadrénocorticisme (production excessive de cortisol), son système de défense est également perturbé et les caractéristiques antibactériennes de la vessie diminuent, laissant plus de chances aux infections de se développer.

Cystite chez le chien : quels symptômes ?

Le principal symptôme d’une cystite des voies basses urinaires est une envie fréquente d’uriner, qui se manifeste par de très faibles quantités d’urine, voire une absence d’urine. La miction des chiens peut être douloureuse. Le chien manifeste sa douleur et courbe son dos.

Parfois, vous remarquerez un changement d’odeur et de couleur de l’urine de votre chien. Elle peut être trouble ou contenir du sang. La plupart du temps, l’infection présente des conséquences sur le bien-être du chien. Dans les cas les plus graves, les chiens qui souffrent de cystite peuvent avoir de la fièvre.

Comment diagnostiquer une cystite ?

L’auscultation du chien par votre vétérinaire ainsi que les remarques et constatations que vous exposerez à ce dernier donnent des indications concernant une inflammation des voies urinaires. Après une analyse des urines, dans l’idéal par prélèvement stérile, le diagnostic préliminaire peut être confirmé. Pour ce faire, le vétérinaire ponctionne l’urine dans la vessie sous contrôle échographique, n’ayant pas encore été contaminée par les germes des organes génitaux. A l’aide de sticks urinaires, l’urine est alors inspectée au microscope, afin de détecter les cellules, bactéries et cristaux.

Une analyse bactériologique des urines peut également avoir lieu. De plus, la vessie pourra être examinée par échographie, afin de rechercher toute éventuelle anomalie comme une altération des muqueuses de la vessie ou des signes indiquant la présence de cristaux ou de calculs urinaires. Enfin, une radiologie peut être nécessaire, sachant que les calculs rénaux n’apparaissent pas toujours à l’échographie. Dans le cas de suites compliquées d’une infection des voies urinaires, des examens médicaux plus poussés sont nécessaires afin de détecter d’éventuelles autres infections.

Traitement de la cystite du chien : différentes méthodes

Une analyse bactériologique permet de déterminer le germe à l’origine de l’infection et de l’inflammation des voies urinaires. Ce germe doit être spécifiquement traité à l’aide d’un antibiotique. Des antalgiques peuvent également aider votre chien. Cependant, si votre chien présente des calculs rénaux, ils devront être retirés par intervention chirurgicale. Les cristaux peuvent être dissous en adoptant un régime alimentaire spécifique. Si votre chien est touché par d’autres infections en parallèle, favorisant l’apparition d’une cystite, elles doivent également être traitées, afin que l’infection des voies urinaires puisse guérir totalement.

Comment prévenir une cystite infectieuse ?

Votre chien est-il fréquemment sujet aux cystites ? Par temps froid et humide, il est judicieux de ne pas le laisser trempé. Votre chien sensible ne devrait pas non plus se coucher sur un sol froid. De plus, en cas de diarrhée, un nettoyage soigneux de la région anale de votre chien peut prévenir une éventuelle inflammation de la vessie. Par ailleurs, votre chien devrait toujours avoir suffisamment d’eau à sa disposition et ne jamais devoir attendre des heures avant de pouvoir sortir faire ses besoin. Vous pouvez essayer faire consommer des cranberries à votre chien sensible en guise de traitement préventif, et renforcer ses muqueuses avec des compléments alimentaires pour chien.

Sur votre boutique zooplus, retrouvez des aliments médicalisés et spécifiques pour chien ainsi que des aliments thérapeutiques destinés aux compagnons sensibles ou sujets à certaines pathologies.

Articles les plus utiles

La toux du chien

Comme chez l'homme, la toux du chien n'est pas une maladie à part entière, mais un symptôme d'une maladie du système respiratoire ou d'autres organes. La toux peut aussi être un réflexe pour protéger l'organisme contre diverses substances, comme les corps étrangers ou irritants. Parfois, on peut confondre la toux du chien avec des tentatives de vomissement ou de régurgitation, des éternuements inversés, des étouffements ou des halètements forts. On distingue la toux sèche sans expectoration (toux non productive) et la toux grasse avec expectoration (toux productive). Les deux types peuvent survenir de façon aiguë ou chronique.

La gale auriculaire du chien (Otodectes cynotis)

Le parasite Otodectes cynotis appartient à la famille des Psoroptidae et habite les canaux auriculaires des animaux mangeurs de viande. C'est l'acarien de la gale le plus commun chez ces animaux. L'acarien Otodectes cynotis se développe en environ 3 semaines, passant d'un œuf au stade larvaire, puis à deux stades nymphaux, le proto- et deutonymph, puis devient un acarien adulte. L'intégralité du développement des acariens a lieu dans le conduit auditif externe du chien. Les acariens femelles collent leurs œufs sur la peau du conduit auditif. Tous les stades de développement de l'acarien se nourrissent du liquide tissulaire et des cellules cutanées du chien. Les acariens adultes ont une durée de vie d'environ 2 mois. Ils se transmettent par contact direct avec des animaux infestés, généralement de mères infectées à leurs chiots ou de chiot à chiot. Les acariens peuvent également parfois être transmis par le cérumen et les croûtes de l'oreille lorsque le chien se secoue. Les animaux adultes sont moins fréquemment touchés. L'Otodectes cynotis est présent dans le monde entier et n'est pas spécifique de l'hôte, ce qui signifie qu'il peut également être transféré d'une espèce à l'autre, par exemple du chat au chien. L'acarien de l'oreille est particulièrement fréquent dans les endroits où de nombreux animaux vivent ensemble, comme les refuges pour animaux, les élevages ou les fermes.

La giardiose chez le chien

La giardiose chez le chien se manifeste par une diarrhée et des vomissements. Le parasite giardia touche principalement les chiots et les chiens au système immunitaire fragile.