Démodécie chez le chien This article is verified by a vet

chien souffrant de démodécie

Les zones squameuses et dépourvues de poils sont le signe d’une infestation par les acariens Demodex.

Vous remarquez des zones dégarnies sur le pelage de votre chien mais il ne présente aucun autre symptôme ? Il pourrait être infesté par des acariens Demodex canis. Ces petits parasites colonisent le pelage canin et, en cas de forte prolifération, déclenchent une démodécie. Lisez l’article suivant pour savoir comment venir à bout de ces parasites qui affectent la santé de votre chien.

Les acariens Demodex sont-ils dangereux pour les chiens ?

Les acariens Demodex canis (ou acariens des follicules pileux) font partie de la flore commensale de la peau du chien. Les mères les transmettent à leurs chiots lors des premiers contacts.

Chez jusqu’à 50 % des chiens en bonne santé, ces acariens sont détectables dans les follicules pileux et les glandes sébacées et urinaires. Ils ne provoquent pas de démangeaisons, n’entraînent pas de symptômes de démodécie et ne sont généralement pas contagieux.

Quels sont les principaux symptômes de la démodécie chez le chien ?

Si les acariens Demodex se multiplient de manière incontrôlée, on parle alors de démodécie. Chez le chien, elle se manifeste sous différentes formes avec des symptômes variables. Il existe six variantes au total :

Variante 1 : une affection localisée et spontanée

Toutes les races de chien peuvent être touchées par cette forme de la maladie, qui se déclenche généralement à l’adolescence.

Dans la forme localisée, on observe jusqu’à cinq zones touchées : la peau y est sèche et partiellement ou totalement dépourvue de poils. S’il y a plus de cinq lésions alopéciques, il s’agit alors de la forme généralisée. La peau y est rouge et squameuse mais le chien ne ressent souvent aucune démangeaison. Chez les canidés, ces irritations se situent au niveau de la tête, du cou, des membres et du poitrail.

Il n’est pas rare que la maladie ne soit pas détectée, ou soit découverte par hasard. En outre, dans plus de 90 % des cas de démodécie localisée, le chien guérit naturellement.

Variante 2 : un affaiblissement local du système immunitaire

Cette forme de la démodécie est déclenchée par un affaiblissement local du système immunitaire suite à une injection à base de cortisone à libération prolongée ou à l’application locale d’un corticoïde par exemple. En général, seule la zone traitée est touchée par la démodécie.

Les symptômes cutanés sont les mêmes que dans la forme localisée et spontanée : une alopécie totale ou partielle, des rougeurs, une sécheresse cutanée et des squames, qui persistent parfois longtemps en raison de l’effet de la libération prolongée de la solution injectée. En outre, la peau est souvent très fine au niveau de la zone irritée. Si aucune complication (inflammatoire par exemple) n’apparait, vous pouvez attendre que la démodécie guérisse d’elle-même.

Variante 3 : la démodécie héréditaire généralisée

La démodécie peut aussi être due à un déficit immunitaire héréditaire, combiné à un immunosuppresseur. Elle apparaît chez les jeunes chiens jusqu’à l’âge d’un an et demi à deux ans, selon la race.

Au début, les symptômes apparaissent souvent sur des zones isolées (généralement la tête et les membres antérieurs) et sont similaires à ceux de la forme localisée. Toutefois, ils s’étendent rapidement au reste du corps (généralisation).

Cette forme de la démodécie s’aggrave généralement avec des infections bactériennes qui provoquent des démangeaisons. Le chien va alors gratter les plaques de peau, entraînant des lésions cutanées : fistules, éruptions, œdèmes, papules et pustules. Il présentera aussi des troubles généraux, tels que de la fièvre ou le gonflement des ganglions lymphatiques.

Variante 4 : un affaiblissement général du système immunitaire

Les chiens âgés peuvent également être atteints d’une forme généralisée de démodécie, indépendamment de leur race.

Cette maladie peut être iatrogène, c’est-à-dire due à l’administration de médicaments immunosuppresseurs comme la cortisone, mais elle peut aussi résulter d’une maladie sous-jacente, comme une tumeur ou une maladie métabolique (syndrome de Cushing, diabète, hyperthyroïdie, etc.) qui peuvent causer la prolifération excessive d’acariens Demodex. Les chiens souffrant de réactions allergiques sont particulièrement vulnérables à cette forme de la maladie.

Variante 5 : la démodécie des pattes (ou pododermatite)

Cette forme de la démodécie touche les pattes des chiens, sur lesquelles apparaissent des inflammations cutanées. Elles deviennent alors enflées et douloureuses.

La pododermatite touche généralement les dogues, les bobtails et autres grandes races, mais aussi les West Highland White Terriers, les carlins, les bouledogues français et anglais et enfin les Shar Pei. Cette forme peut apparaître de manière isolée ou s’ajouter à une forme généralisée.

Variante 6 : une affection causée par d’autres acariens

Il existe d’autres formes de démodécie, causées par d’autres espèces d’acariens que les Demodex canis mentionnés jusqu’ici. Toutefois, les spécialistes n’ont pas encore pu déterminer si ces espèces sont contagieuses.

Les Demodex cornei causent des rougeurs cutanées, des desquamations, et contrairement aux autres acariens Demodex, des démangeaisons évidentes. Les Demodex injai semblent vivre dans les glandes sébacées. Les symptômes de leur infestation sont : une séborrhée et un pelage clairsemé, surtout sur le dos.

Comment la démodécie est-elle diagnostiquée ?

Afin de poser le diagnostic de la démodécie, le vétérinaire dermatologue effectuera des raclages cutanés profonds permettant de déterminer la présence des acariens responsables de la maladie. Une analyse des racines des poils peut aussi être effectuée.

Parfois, les inflammations entraînent un épaississement chronique de la peau, rendant les raclages impossibles. C’est pourquoi, en cas de forte suspicion de la présence d’acariens Demodex, le vétérinaire procède à une biopsie de la peau du chien.

acariens de démodécie du chien au microscope © Степан Хаджи /stock.adobe.com
Les acariens Demodex sont visibles au microscope.

Traitement : comment soigner un chien atteint de démodécie ?

Le vétérinaire détermine le traitement à prescrire selon la sévérité et les symptômes de la maladie.

Les pipettes et les shampoings sont efficaces contre les acariens Demodex chez le chien. Toutefois, en cas d’infection secondaire, l’administration d’antibiotiques peut être nécessaire. Des produits renforçant le système immunitaire peuvent aussi se révéler bénéfiques à la guérison de votre fidèle compagnon.

Pronostic : quelles sont les chances de rétablissement ?

Le pronostic varie selon la forme de démodécie dont le chien est atteint. Si les formes localisées guérissent parfois même sans traitement, soigner les formes généralisées peut être très difficile. De nombreux cycles de traitement sont souvent nécessaires.

Dans le cas d’une démodécie généralisée due à une immunosuppression, le vétérinaire doit avant tout traiter la ou les maladies sous-jacentes.

Comment prévenir le développement de cette maladie parasitaire ?

Comme les acariens Demodex font naturellement partie de la flore cutanée des chiens, une prévention médicamenteuse n’est pas envisageable. Toutefois, il est conseillé de renforcer le système immunitaire pour prévenir la forme localisée et spontanée de la maladie.

Une prédisposition à la démodécie existe chez les races à museau et poils courts, comme le bouledogue (anglais ou français) et le carlin, mais aussi chez le shar pei, le doberman, le berger allemand, le teckel et certaines races de terriers. Cette prédisposition étant héréditaire, les chiens atteints de démodécie généralisée ne devraient pas être destinés à l’élevage.


Franziska Pantelic, Vétérinaire
Profilbild von Tierärztin Franziska Pantelic

Je soutiens le magazine zooplus depuis plusieurs années grâce à ma grande expertise. J'ai obtenu mon diplôme de vétérinaire en 2009 et je dirige actuellement un cabinet mobile pour petits animaux dans la région métropolitaine de Munich.


Articles les plus utiles
5 min

Chien qui tousse : symptômes, causes et traitements

Comme chez l'homme, la toux du chien n'est pas une maladie à part entière, mais un symptôme d'un problème de santé touchant le système respiratoire ou d'autres organes. La toux peut aussi être un réflexe pour protéger l'organisme contre diverses substances, comme les corps étrangers ou irritants. Parfois, on peut confondre la toux du chien avec des tentatives de vomissement ou de régurgitation, des éternuements inversés, des étouffements ou des halètements forts. On distingue la toux sèche sans expectoration (toux non productive) et la toux grasse avec expectoration (toux productive). Les deux types peuvent survenir de façon aiguë ou chronique.

7 min

La giardiose chez le chien

La giardiose chez le chien se manifeste par une diarrhée et des vomissements. Le parasite giardia touche principalement les chiots et les chiens au système immunitaire fragile.