La grossesse nerveuse chez la chienne

Rédigé par la vétérinaire Amelie Krause
La grossesse nerveuse chez la chienne

Les chiennes non stérilisées peuvent souffrir de grossesse nerveuse quelques semaines après leurs chaleurs. Durant une grossesse nerveuse ou « fausse grossesse », les chiennes se comportent alors comme si elles étaient pleines ou venaient de donner naissance à de jeunes chiots.

Causes d’une grossesse nerveuse

Alors qu'après l’accouplement, la progestérone sécrétée par la femelle permet de féconder son ovule, après les chaleurs de la chienne, le taux de progestérone diminue. La chute du niveau de progestérone fait croire à une grossesse au corps de la femelle, entrainant une augmentation du taux de prolactine. Cette hormone stimule la production de lait dans les glandes mammaires. Cependant, toutes les chiennes ne souffrent pas de grossesse nerveuse après leurs chaleurs. On estime que l’association de la chute rapide de la progestérone et la concentration importante de prolactine peut provoquer une grossesse nerveuse. De plus, les chiennes semblent être très sensibles à la concentration en prolactine. Chez certaines chiennes, une légère augmentation du taux de prolactine suffit à déclencher une grossesse nerveuse, alors que d’autres chiennes ne manifesteront aucun symptôme sans des taux importants de cette hormone.

Symptômes d’une grossesse nerveuse

Une grossesse nerveuse chez la chienne peut s’exprimer de diverses manières. Elle survient environ trois à douze semaines après les chaleurs et peut perdurer pensant plusieurs semaines. Certaines femelles ne présentent aucun symptôme de grossesse nerveuse, d’autres se montreront plus lentes qu’à leur habitude. Cependant, chez la plupart des femelles, la grossesse nerveuse se manifeste exclusivement par un gonflement des mamelles et par une montée de lait. Certaines chiennes faisant l’expérience d’une grossesse nerveuse manifestent un changement de comportement. En effet, elles peuvent construire un abri et se montrer très affectueuses. Certaines chiennes choisissent alors de petits objets tels que des jouets ou des chaussons par exemple, qu’elles déplacent jusque dans leur panier, comme s’il s’agissait de jeunes chiots à materner. Elles défendent même leurs présupposés chiots et peuvent présenter un comportement agressif envers leur entourage. Enfin, certaines chiennes semblent dépressives, apathiques et peuvent manquer d’appétit.

Grossesse nerveuse : comment la diagnostiquer ?

La relation temporelle avec les chaleurs, les symptômes typiques et les résultats d’examens vétérinaires peuvent vous indiquer une grossesse nerveuse. La plupart du temps, les mamelles des chiennes sont enflées et contiennent parfois du lait. De plus, par le biais d’un examen à ultrason ou d’une radiographie, votre vétérinaire pourra déterminer s’il s’agit d’une grossesse réelle ou d’une grossesse nerveuse.

Traitement d’une grossesse nerveuse chez la chienne

Selon les manifestations de la grossesse nerveuse, un traitement peut être nécessaire. Une consultation chez le vétérinaire est nécessaire uniquement dans les cas les plus extrêmes. En cas de léger changement de comportement, repos et attention suffisent. Rangez les jouets et objets chapardés par votre chienne et promenez-vous plus souvent avec elle. Votre chienne ne devrait pas lécher ses mamelles, sachant que ce geste encourage davantage la production de lait. Si même en étant distraite, elle ne peut pas s’empêcher de se lécher, faites-lui porter un T-Shirt pour l’en dissuader. Le port d’une collerette peut être judicieux dans certains cas. N’essayez pas non plus de traiter les montées de lait avec des baumes rafraichissants, en touchant ses mamelles ou en les enveloppant avec des tissus frais. Ces gestes-là encouragent davantage la sécrétion de lait. Dans les cas de grossesse nerveuse présentant des symptômes plus marqués, comme un changement important de comportement, une agressivité marquée ou un léchage à répétition, un traitement est nécessaire. Le vétérinaire prescrira donc des médicaments à votre chienne, freinant la production de prolactine, afin de réduire ses symptômes. Ces médicaments doivent encore être consommés deux jours après la disparition des derniers symptômes, afin d’éviter toute rechute.

Grossesse nerveuse : comment l’éviter ?

Dans le cas de symptômes légers, il suffit en général de mettre votre chienne au repos et de bien vous occuper d’elle. A la fin de la période de chaleurs de votre chienne, tenez hors de sa portée les objets et jouets qu’elle pourrait éventuellement vouloir ramener dans son panier.

Si une grossesse nerveuse accompagnée de forts symptômes a eu lieu, il faut vous attendre à une réaction similaire après les prochaines chaleurs. Dans ces cas-là, une stérilisation doit être envisagée. Une stérilisation doit cependant être effectuée hors période d’ovulation et jamais pendant la manifestation d’une grossesse nerveuse. Après la stérilisation, le risque de grossesse nerveuse est réduit à zéro. Par conséquent, dans les cas de grossesse nerveuse les plus graves, la stérilisation peut être considérée comme une solution judicieuse. Pour davantage d’informations, demandez conseil à votre vétérinaire.

Sur votre boutique en ligne zooplus, retrouvez tous les accessoires nécessaires pour le bien-être de vos compagnons à quatre pattes, des paniers et coussins confortables jusqu'aux accessoires de toilettage et d'hygiène.

Articles les plus lus

La contraception du chien et de la chienne

Contraception du chien et de la chienne : quels moyens existent pour éviter une gestation ? Quels sont les moyens de contraception pour chien mâle ? Votre magazine zooplus vous donne ses conseils.

Les maladies infectieuses chez le chien

Elles sont minuscules et se trouvent partout autour de nous : les bactéries ! Bien que certaines bactéries soient sans danger, d'autres peuvent provoquer de graves maladies infectieuses chez le chien

La giardiose chez le chien

La giardiose chez le chien se manifeste par une diarrhée et des vomissements. Le parasite giardia touche principalement les chiots et les chiens au système immunitaire fragile.