Incontinence chez le chien This article is verified by a vet

chiot chihuahua sur un tapis de propreté

L’incontinence est un fardeau pour le propriétaire et pour le chien.

Votre chien se lève après sa sieste et vous voyez une tache dans son panier ? Ou vous trouvez des petites flaques sur le sol ? Il se peut alors que votre chien souffre d’incontinence. Dans l’article suivant, vous découvrirez tout ce qu’il y a à savoir sur cette affection qui impacte la santé de votre chien.

L’incontinence est-elle dangereuse pour la santé du chien ?

L’incontinence urinaire n’est pas dangereuse en soi. Toutefois, c’est une affection pénible voire angoissante, autant pour le chien que pour son propriétaire. Selon la cause, elle peut être le symptôme d’une maladie grave. Faites examiner votre compagnon à poils par un vétérinaire, c’est indispensable !

Causes : pourquoi certains chiens sont-ils incontinents ?

Le mot « incontinence », du latin incontinentia, signifie littéralement « ne pas se retenir » ou « ne pas se maîtriser ». L’incontinence urinaire, également appelée « faiblesse de la vessie » dans le langage courant, est bien plus fréquente chez le chien que l’incontinence fécale. Pour comprendre les causes de cette affection, voici un petit rappel sur l’anatomie canine :

Anatomie de l’appareil urinaire

La vessie se compose du dôme vésical et du col vésical. Les uretères s’ouvrent latéralement dans le col vésical et transportent les urines excrétées par les reins vers la vessie. Lors de la miction, l’urine s’écoule par l’urètre.

Le stockage et l’élimination de l’urine sont régulés par la contraction et le relâchement de différents muscles : les muscles vésicaux et les sphincters vésicaux interne et externe. Ils sont coordonnés pas les systèmes nerveux sympathique et parasympathique. En somme, le premier assure la tension des sphincters, donc la continence, tandis que le deuxième est responsable de l’évacuation des urines. Les muscles vésicaux se contractent, les sphincters se relâchent.

L’incontinence urinaire primaire

Les chiens âgés, et particulièrement les femelles, souffrent souvent d’une faiblesse du sphincter vésical après la castration. En raison de l’ablation des ovaires, la chienne manque d’œstrogènes, ce qui entraîne un affaiblissement du tissu conjonctif et des muscles. De plus, l’urètre d’un chien femelle est nettement plus court et droit que celui du mâle, c’est pourquoi, après une castration, la faiblesse de la vessie est plus fréquente chez les femelles que chez les mâles.

Une autre cause fréquente d’incontinence primaire chez le chien est ce que l’on appelle un uretère ectopique, c’est-à-dire un uretère mal placé qui débouche au mauvais endroit de la vessie, voire en dehors de cette dernière (directement dans l’urètre par exemple). Plus l’orifice de l’uretère est situé profondément dans l’urètre, plus l’un ou les deux sphincters sont contournés et plus l’incontinence est prononcée. Les labradors retrievers, les golden retrievers et les boxers sont particulièrement touchés par cette malformation congénitale.

L’incontinence urinaire secondaire

Différentes maladies peuvent, au cours de leur évolution, provoquer une incontinence urinaire chez le chien :

  • Tumeurs, qui soit rétrécissent directement la vessie, soit endommagent le système nerveux
  • Infection urinaire (cystite)
  • Calculs de la vessie (lithiase urinaire)
  • Maladies rénales (néphropathies)
  • Diabète sucré
  • Lésions nerveuses à la suite d’une hernie discale ou d’un accident
  • Effets secondaires de médicaments (diurétiques, corticoïdes)

Il n’est pas rare que l’incontinence chez le chien soit également la conséquence d’une démence. Le chien n’a plus conscience du besoin d’uriner ou le remarque trop tard. Résultat : la vessie déborde.

L’âge contribue encore à ce phénomène. En effet, l’incontinence touche particulièrement les vieux chiens souffrant d’arthrose et dont les muscles sont affaiblis.

chien incontinent qui urine dans l'herbe
Les mâles sont moins sujets à l’incontinence que les femelles.

Quels sont les symptômes de l’incontinence ?

L’incontinence chez le chien se manifeste par des mictions totalement involontaires : il urine de petites gouttes ou de grand flux sans même s’en apercevoir. Si l’âge ou la castration en sont la cause, elle se produit souvent pendant le sommeil.

Si la cause est inflammatoire, le chien présente généralement d’autres symptômes. Parmi les plus fréquents, on compte de fortes douleurs, un affaiblissement général, un manque d’appétit et de la fièvre. Un autre signe classique est la miction douloureuse (strangurie).

Les jeunes animaux atteints d’une maladie congénitale présentent généralement une miction ininterrompue et indolore.

Comment le diagnostic est-il posé ?

Une recherche approfondie des causes est essentielle pour trouver traiter l’incontinence chez le chien. Pour ce faire, le vétérinaire vous posera quelques questions au sujet de la durée et fréquence des symptômes, ainsi que sur l’état de santé globale de votre fidèle compagnon. Ensuite, il procèdera à un examen général et enfin à un examen spécifique de l’appareil urinaire. Pour l’analyse d’urines stériles, le vétérinaire se munit d’une seringue et d’un appareil à ultrasons. Parallèlement, il cherche d’éventuelles anomalies dans la vessie et les organes voisins.

Une observation au microscope permet de détecter des calculs urinaires ou la présence de bactéries. En outre, le poids spécifique (densité) de l’urine donne des indications sur une éventuelle affection rénale. Par exemple, un poids spécifique bas peut indiquer un diabète insipide tandis qu’un poids spécifique élevé peut être signe d’une déshydratation et de diverses maladies du foie.
Enfin, la radiographie permet d’exclure les tumeurs et les défauts de l’élasticité de la paroi vésicale.

Traitement : comment soigner un chien incontinent ?

Les causes de l’incontinence chez le chien étant très diverses, le traitement dépend de la maladie à l’origine de cette faiblesse de la vessie. En règle générale, les malformations et les tumeurs font l’objet d’une chirurgie, mais la chimiothérapie et la radiothérapie sont d’autres possibilités de traitement (en cas de tumeurs uniquement).

Les calculs urinaires (généralement des calculs de struvite) sont soit extraits chirurgicalement, soit dissouts grâce à un régime spécial. En cas d’infection urinaire, le vétérinaire administre des antiinflammatoires ou des antibiotiques.

Si des maladies hormonales sont à l’origine de l’incontinence, le vétérinaire pallie la carence d’une certaine hormone par des préparations de substitutions. Toutefois, un traitement à base d’œstrogènes s’accompagne souvent d’effets secondaires. C’est pourquoi tout chien sous traitement doit faire l’objet d’un suivi.

Enfin, les troubles d’une faiblesse vésicale liés à une castration peuvent être atténués ou même évités chez le chien grâce à l’acuponcture, la thérapie neurale, des médicaments (appelés sympathomimétiques) ou une chirurgie. Le choix du traitement dépend toujours de l’état général et de l’âge de l’animal.

Existe-t-il des remèdes maison contre l’incontinence chez le chien ?

Il existe nombre de traitements naturels contribuant au bon fonctionnement de la vessie et qui permettent de soutenir les effets d’un traitement. Les remèdes à base de plantes peuvent aussi être un bon complément au traitement de la médecine traditionnelle. Comme chez l’humain, la canneberge et les graines de courge ont un effet antibactérien et permettent aussi de renforcer les muscles. Des herbes telles que la verge d’or (solidago), l’ortie et l’écorce de saule ont également fait leurs preuves.

Dans tous les cas, il faut impérativement que le vétérinaire établisse le diagnostic de la cause de l’incontinence de votre chien.

Quelles sont les chances de rétablissement de mon animal ?

La guérison de votre chien dépend de la cause et de la gravité de l’incontinence. Par exemple, si le système nerveux est irrémédiablement endommagé par un accident, un rétablissement est peu probable. En revanche, une infection urinaire ou des calculs vésicaux peuvent être facilement traités.

Comment prévenir cette affection chez les chiens ?

L’incontinence liée à la castration est l’une des causes les plus fréquentes de l’incontinence chez le chien. Les races de grands chiens, tels que les dobermans, les rottweilers, les boxers ou les schnauzers géants présentent un risque plus élevé. Il faudra alors bien peser le pour et le contre de la castration. N’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire.

La prévention des calculs urinaires et des maladies inflammatoires passe par une bonne hydratation et une alimentation équilibrée.

Pour finir, n’oubliez pas :
Ne punissez jamais votre chien pour les éventuels accidents liés à son incontinence. Cette affection est certainement aussi pénible pour lui que pour vous et les punitions ne feraient qu’augmenter sa détresse. Équiper votre compagnon à quatre pattes de couches adaptées est une bonne solution pour limiter les dégâts (notamment s’il lui arrive d’uriner en dormant).


Franziska G., Vétérinaire
Profilbild von Tierärztin Franziska Gütgeman mit Hund

À l'université Justus-Liebig de Gießen, j'ai suivi une formation de vétérinaire où j'ai pu acquérir une certaine expérience dans divers domaines, tels que la médecine dédiée aux petits et grands animaux, la médecine exotique, la pharmacologie, la pathologie et l'hygiène alimentaire. Depuis, je n'ai pas seulement travaillé en tant qu'auteur vétérinaire. J’ai également travaillé sur ma thèse qui a été influencée scientifiquement. Mon objectif est de mieux protéger les animaux contre les agents pathogènes bactériens à l'avenir. En plus de mes connaissances, je partage mes propres expériences en tant que propriétaire de chien et je peux ainsi comprendre et apaiser les craintes et les problèmes, ainsi que d'autres questions concernant la santé animale.


Articles les plus utiles
5 min

Chien qui tousse : symptômes, causes et traitements

Comme chez l'homme, la toux du chien n'est pas une maladie à part entière, mais un symptôme d'un problème de santé touchant le système respiratoire ou d'autres organes. La toux peut aussi être un réflexe pour protéger l'organisme contre diverses substances, comme les corps étrangers ou irritants. Parfois, on peut confondre la toux du chien avec des tentatives de vomissement ou de régurgitation, des éternuements inversés, des étouffements ou des halètements forts. On distingue la toux sèche sans expectoration (toux non productive) et la toux grasse avec expectoration (toux productive). Les deux types peuvent survenir de façon aiguë ou chronique.
4 min

La gale auriculaire du chien (Otodectes cynotis)

Le parasite Otodectes cynotis (gale des oreilles du chien) appartient à la famille des Psoroptidae et habite les canaux auriculaires des animaux mangeurs de viande. C'est l'acarien de la gale le plus commun chez ces animaux. L'acarien Otodectes cynotis se développe en environ 3 semaines, passant d'un œuf au stade larvaire, puis à deux stades nymphaux, le proto- et deutonymph, puis devient un acarien adulte. L'intégralité du développement des acariens a lieu dans le conduit auditif externe du chien. Les acariens femelles collent leurs œufs sur la peau du conduit auditif. Tous les stades de développement de l'acarien se nourrissent du liquide tissulaire et des cellules cutanées du chien. Les acariens adultes ont une durée de vie d'environ 2 mois. Ils se transmettent par contact direct avec des animaux infestés, généralement de mères infectées à leurs chiots ou de chiot à chiot. Les acariens peuvent également parfois être transmis par le cérumen et les croûtes de l'oreille lorsque le chien se secoue. Les animaux adultes sont moins fréquemment touchés. L'Otodectes cynotis est présent dans le monde entier et n'est pas spécifique de l'hôte, ce qui signifie qu'il peut également être transféré d'une espèce à l'autre, par exemple du chat au chien. L'acarien de l'oreille est particulièrement fréquent dans les endroits où de nombreux animaux vivent ensemble, comme les refuges pour animaux, les élevages ou les fermes.
5 min

La giardiose chez le chien

La giardiose chez le chien se manifeste par une diarrhée et des vomissements. Le parasite giardia touche principalement les chiots et les chiens au système immunitaire fragile.