Thaï

chaton Thaï

Les chats Thaï appartiennent à la même famille que les chats Siamois. Alors que l’élevage des chats Siamois tendait à se développer vers un type davantage élégant, le type initial et robuste fut reconnu en tant que race à part entière. C’est ainsi que la race « Thaï » vit le jour.

Apparence du chat Thaï

Ce n’est pas étonnant que l’on confonde les chats Thaï et les chats Siamois ! Les chats Thaï ont vu le jour dans les élevages des chats Siamois. Les chats Thaï sont souvent appelés « Chats Siamois Ancien type » : ils ressemblent aux Siamois mais sont moins robustes et moins rondelets que les Siamois modernes.

Les chats Thaï sont des chats à poils courts de type oriental. Ils ont un corps athlétique mais pas aussi mince que celui des Siamois. Leur corps musclé et leur cou robuste leur donnent une allure harmonieuse. La tête ronde des Thaï est très typique, avec leur long front plat et leur museau bien proportionné. Le menton et le museau forment une ligne droite et les oreilles sont assez écartées l’une de l’autre, placées assez hautes sur la tête. Leur tête et leurs oreilles sont les parties du corps qui les distinguent des Siamois. Le pelage du Thaï est très adapté au climat sud asiatique : avec peu de sous poils, le pelage est doux et soyeux. Les poils sont courts mais ne sont cependant pas près du corps.

Les chats Thaï ne peuvent effectivement pas renier leurs liens de parenté avec les Siamois. Ce n’est pas pour rien qu’on les appelle les « chats Siamois traditionnels » ! Comme les chats Siamois, les chats Thaï ont des « colorpoints ». Les extrémités du corps sont foncées, ce que l’on appelle le « point », alors que le reste du corps du chat est de couleur claire. Cette couleur claire est d’ailleurs la couleur principale du standard racial. Cependant le colorpoint n’est pas la seule caractéristique type des chats Thaï. D’après le standard racial des chats Siamois et des chats Thaï, leurs yeux en forme d’amande sont clairs et lumineux et c’est pourquoi ils paraissent d’un bleu si profond.

Robes du chat Thaï

Les chats Thaï sont des « chats à masque » ou des « chats à colorpoint ». La raison de cette particularité est connue aujourd’hui : il s’agit d’une mutation qui mène à une insuffisance du fonctionnement de l’enzyme tyrosinase et qui agit sur la production du pigment principal de la mélanine. Ce phénomène mène donc à un « albinisme partiel ». D’après les bases génétiques, toutes les couleurs de pelage peuvent devenir des colorpoints. Les Siamois et les Thaïs ne sont pas les seuls chats à colorpoint. Les chats Burmese, Ragdoll et Neva Masquerade ont des couleurs de pelage similaires.

D’après le standard racial, la couleur de pelage la plus fréquente chez le chat Thaï est le blanc, mais le plus important reste l’uniformité du colorpoint. Il y a jusqu’à 100 combinaisons de couleurs différentes : les plus connues sont les colorpoints noirs et rouges, avec comme dilutions le «blue » et le « creme » ainsi que le « chocolate » et le « cinnamon » ou encore le « lilac » et le « fawn ».

Les chats Siamois et Thaï sont désignés par couleur de base :

Seal-point : les chats Thaïs Seal-point ont une couleur de base noire. Le reste du corps est plus clair.

Blue-point : la couleur de base noire est diluée au « bleu ».

Chocolate-point : les chats Thaï avec un chocolate-point ont une couleur de base marron, visible uniquement sur leurs extrémités.

Cinnamom-point : désigne une couleur de base rouge, visible seulement sur les extrémités.

Fawn-point : la couleur de base « cinnamom » est dilué au « fawn ».

Lilac-point : le « lilac » est la dilution du brun, visible uniquement sur les extrémités.

Red-point : les chats Siamois et Thaïs ont une couleur de base rouge.

Creme-point : ces chats Thaïs ont un point de couleur crème.

Mais ce n’est pas fini ! Avec la modification de chaque couleur, il en résulte beaucoup d’autres tout aussi intéressantes. Cependant, chaque association d’élevage décide de la reconnaissance de ces couleurs. Voici quelques exemples :

Siver : pour les chats « Silver », la modification d’un gène rompt complètement la coloration de chaque poil en supprimant la formation du pigment. Ainsi, seulement la partie supérieure des poils est colorée. Le pelage des chats silver parait argenté.

Tortie : il s’agit d’une combinaison avec du rouge, en forme d’écaille de tortue.

Tabby : Les extrémités du corps peuvent même avoir des rayures ! Ce « colorpoint lynx » est autorisé dans l’élevage des Thaïs s’il y a un bon contraste entre la couleur de base et le colorpoint.

White : comme pour les chats Siamois, il existe chez les chats Thaïs cette couleur blanche appelée « Foreign White ». La couleur blanche du pelage des Foreign White est due à un gène spécifique. S’il n’y a pas de colorpoint, alors ces chats sont uniquement blancs.

Bicolore et tricolore : le pelage peut être recouvert partiellement ou totalement de blanc. Ce sont des chats Thaïs de deux couleurs et le colorpoint est alors mélangé au blanc. Les chats Thaïs à trois couleurs ont une combinaison de colorpoint, de Tortie et de panachure blanche.

Caractère du chat Thaï

Ce n’est pas seulement l’apparence du chat Thaï qui est unique. A l’image des Siamois, les chats Thaï sont des chats extrêmement gentils, ouverts et proches de l’homme. Les portées sont au-dessus de la moyenne puisque 4 à 6 chatons naissent. C’est sûrement ce qui explique la grande sociabilité des Thaïs. Ces animaux intelligents et actifs suivent les humains partout et se mêlent même à leurs discussions. Les admirateurs de chats Thaï rapportent que vivre avec un Thaï au quotidien, c’est comme vivre avec un petit enfant. De plus, les chats Thaï sont aussi curieux que les Siamois. Ils aiment tout tester !

Ces chats sociables ont besoin de contact quotidien afin de ne pas se sentir seuls. Ils aiment faire de petits jeux avec d’autres chats et les câliner. Les chats Thaï sont plutôt dominants. Vous devrez donc bien réfléchir avant de choisir un compagnon pour votre chat Thaï. Un chat calme sera plus adapté comme compagnon de jeu. Sinon, vous avez la possibilité d’adopter un chat de sa portée. Ils sont habitués l’un à l’autre et ont un caractère similaire, ce qui en fait de parfaits partenaires de jeux.

Histoire de la race Thaï

Alors que l’élevage moderne des chat Siamois de type mince et élancé a toujours été favorisé, la demande des « chat Siamois Ancien type » commençait à augmenter. Beaucoup d’éleveurs et d’admirateurs préféraient le type plus rond et plus robuste de la race et c’est ainsi que les chats Thaï sont nés. Le but était de préserver le type d’origine de ces chats de Thaïlande. Cette race appelée en anglais « Old Style Siamesen » a été reconnue depuis 2007 par l’organisation TICA, The International Cat Association, sous le nom de « Thaï ». Pour information, en Thaïlande, le chat Thaï est connu sous le nom de « Wichienmaat » !

La naissance des chats Thaï a eu lieu au sein d’un élevage de Siamois. Les deux races viennent de Siam, l’actuelle Thaïlande. Là-bas, depuis plus de 700 ans, les Wichienmaat au colorpoint voyant et aux yeux bleu vif sont des animaux domestiques. A la fin du 18eme siècle, les premiers Siamois ont été importés en Angleterre puis aux États-Unis par des marins et des colons. Ils avaient alors fait sensation surtout lors de la présentation du chat Siamois au Crystal Palace en 1871. C’est lorsque le roi du Siam Chulalongkorn offra au consul général britannique en 1884 un couple Siamois, que l’on commença l’élevage moderne de chat Siamois en Europe. « Pho » et « Mia » furent les premiers parents de la race. En 1892, le premier standard racial « Royal Cat of Siam » fut créé. En 1901, ce fut la création du « Siamese Cat Club » en Angleterre. En raison de leur faible nombre dans les élevages, les Siamois avaient un coefficient de consanguinité élevé, qui a créé un défaut génétique encore présent aujourd’hui.

La mondialisation a facilité l’importation des animaux d’Asie : depuis le milieu des années 20, les Siamois ont été élevés à grande échelle. De plus, des couleurs particulières ont été ciblées, puis par la suite élevées. En même temps commença la poursuite d’un type de Siamois encore plus gracieux et plus élancé. En effet, les Siamois des années 50 étaient en moyenne plus élancés et plus minces que les chats importés de Thaïlande. Alors que beaucoup d’admirateurs préféraient le nouveau type, d’autres regrettaient l’aspect robuste de cette race. On croisa encore quelques Siamois traditionnels dans les années 60, mais plus tard, ils furent même exclus des concours pour chat. Dans les années 80 sont apparus les premières associations d’élevage qui se consacrèrent au type traditionnel des Siamois. En 1990, ce type fut reconnu sous le nom de « Thaï » par la World Cat Federation. Les éleveurs de chat Thaï ont par la suite commencé à exporter d’autres animaux de Thaïlande afin d’élargir le patrimoine génétique de la race et de préserver l’aspect d’origine de ces chats. En 2009, les chats Thaï ont été reconnus par la TICA en tant que race à part entière. Aujourd’hui, ils sont élevés de manière indépendante ou sont accouplés avec des chats Siamois.

Soins et santé des chats Thaï

Les Thaï sont des chats intelligents et actifs. Ils ont donc besoin d’être stimulés en permanence ! Il n’est pas très adapté pour eux de vivre uniquement en intérieur. Un balcon ou un espace sécurisé avec des jouets pour chat leur donne la possibilité de se défouler et de laisser libre cours à leur imagination. Cachez des friandises pour chat dans la maison, votre Thaï se fera un plaisir de les retrouver !

Ces chats sociables dépérissent s’ils sont seuls. Les chats Thaï aiment jouer avec les humains, leur faire des câlins et s’impliquer dans de longues discussions ! Si vous accordez assez d’importance à votre chat et si vous vous assurez qu’il ne s’ennuie pas, alors vous lui offrez les meilleures conditions pour une vie en pleine santé. Mettez-lui à disposition des arbres à chat et des griffoirs et il sera ravi !

En raison des problèmes de consanguinité d’autrefois dans les élevages des Siamois, les chats Thaï sont sujets à des maladies et des malformations génétiques, comme la déformation génétique de la queue ainsi que l’hydrocéphalie. Les chats Thaïs touchés par l’hydrocéphalie meurent en règle générale peu après la naissance. La raison de cette malformation est jusqu’à maintenant inconnue mais nous savons qu’il s’agit une transmission récessive. En d’autres termes, même les chats qui ne sont pas touchés par ces caractéristiques peuvent la transmettre. Si les deux parents ont la maladie, alors le chaton sera touché également.

Les chats Thaï sont sujets à l’atrophie rétinienne. Cette maladie aussi connue chez les Abyssins détruit la rétine de l’œil à cause des troubles du métabolisme au niveau du tissu. En règle générale, ces troubles visuels apparaissent à partir de 2 ans, le premier signe est l’héméralopie.

L’albinisme partiel est probablement la raison pour laquelle le strabisme est aussi fréquent chez les Thaïs et les Siamois.

La fibroélastose endomyocardique se caractérise chez les chats Thaï par un épaississement des parois cardiaques. Cela peut s’étendre sur les valves cardiaques et mener à une insuffisance cardiaque. Exactement comme pour le canal artériel, la raison reste inconnue.

Les Thaïs et Siamois sont touchés par diverses maladies cancéreuses, des maladies du sang, des troubles du métabolisme ainsi que par un stockage excessif de produits métaboliques comme par exemple les acides aminés ou les polysaccharides. A cause de l’accumulation de gangliosides dans le cerveau, les animaux souffrent dès le plus jeune âge d’une lésion cérébrale croissante et de lésions du système nerveux central.

Même si les chats Siamois traditionnels sont sujets à des maladies génétiques cela ne veut pas dire que votre chat Thaï va automatiquement développer ces maladies. Des tests génétiques permettent de déceler ces maladies le plus tôt possible. Ces maladies génétiquement transmissibles peuvent être évitées par l’exclusion des animaux malades des élevages.

Élevage du Thaï

Il est primordial que ces animaux soient élevés de manière responsable et réfléchie. Pour les éleveurs professionnels, la santé de leurs petits protégés est primordiale. Ils font des tests au préalable pour éviter les maladies génétiques et accompagnent les mères porteuses tout au long de la gestation. C’est seulement lors de la naissance des petits que le travail intense des éleveurs commence. Car les chatons doivent être nourris, socialisés et encadrés jour et nuit ! Il est donc essentiel de leur fournir de la nourriture pour chat équilibrée et de les emmener régulièrement chez le vétérinaire. Les éleveurs professionnels conseillent les futurs acheteurs sur l’alimentation spécifique de ces carnivores. Parce qu’ils veulent le meilleur pour leurs chatons !

Sans grande surprise, cet investissement a naturellement un prix. Vous pourrez acquérir un chat Siamois traditionnel à partir de 500 euros en général. Veuillez ne pas faire confiance à ces annonces qui offrent des « chats de race à bas prix ». S’ils vous offrent des chats de race à prix avantageux c’est qu’ils ont dû faire des économies quelque part, souvent au détriment du bien-être des animaux. Ils ignorent souvent les besoins nécessaires des animaux, ils ne font pas de tests génétiques et accouplent leurs animaux selon les disponibilités. Les mères porteuses sont rarement en repos après la naissance. Si les chattes sont malades ou mal nourries lors de la grossesse, cela a bien évidemment un impact sur la santé des chatons. Il en résulte des chats atteints de maladies génétiques et non socialisés.

Adopter un chat Thaï

Si vous souhaitez acquérir un chat Thaï, la meilleure solution reste d’aller chez un éleveur professionnel qui appartient à une association d’élevage. Vous avez aussi la possibilité de visiter un refuge pour animaux. Là-bas de nombreux chats de race attendent un nouveau foyer !

Nous vous souhaitons de bons moments avec votre chat Thaï !

Vous êtes à la recherche d’une alimentation saine et de qualité pour votre chat ? Découvrez une large sélection de croquettes et boîtes pour chats ainsi que les gammes spécialisées sans céréalesbioBARF ou light

Articles les plus lus

Canari

Les canaris sont des oiseaux très facile à vivre : ils se soignent eux-mêmes lorsque vous leur mettez à disposition une petite baignoire, quelques perchoirs de tailles différentes et un os de seiche.

Diamant mandarin

Si vous avez chez vous un couple de diamants mandarins, vous avez sûrement remarqué qu’il ne vous aura pas fallu attendre longtemps pour voir naître des oisillons. En effet, le diamant mandarin est un oiseau qui se reproduit assez facilement et rapidement. Il vous faudra réfléchir en temps voulu si vous avez assez de place et de temps à offrir à tous ces petits oiseaux.

Inséparables ou agapornidés

Du fait de leur petit gabarit, les inséparables sont souvent placés dans des cage bien trop étroites. Ces petites boules d’énergie ont besoin d’un espace suffisamment spacieux pour pouvoir se défouler.