Mon chien est-il en surpoids ? Causes et conséquences

chien en surpoids

Le surpoids chez le chien doit être considéré comme une maladie et expose votre animal à de sérieux problèmes de santé.

Le surpoids et l’obésité constituent des problèmes de santé majeurs pour le chien. Non seulement ils nuisent à la qualité de vie de vos compagnons, mais ils diminuent également leur espérance de vie et augmentent le risque de maladies comme les troubles cardiaques, le diabète ou les douleurs articulaires. Apprenez dans cet article à reconnaître les signes d’un surpoids chez votre chien.

Quand mon chien est-il en surpoids ?

Le standard de la race sert le plus souvent de repère pour déterminer le poids idéal d’un chien. Mais cela n’est pas toujours possible, notamment dans le cas d’un croisement de races. Il peut dans ce cas s’avérer utile de se référer au poids de votre animal à la fin de son premier anniversaire.

Si le poids se situe 5 % à 20 % au-dessus du poids idéal, on parle de surpoids. Un chien souffre d’obésité si son poids excède son poids normal de 20 % ou plus.

Comment savoir si mon chien pèse trop lourd ?

La première chose à faire est naturellement de peser votre chien régulièrement. Si votre balance indique à chaque fois un poids en augmentation, il est fort probable que votre animal grossisse lentement mais sûrement. Seuls les jeunes chiens en pleine croissance représentent une exception en la matière.

La méthode la plus couramment utilisée – et la plus objective – pour une première estimation consiste à évaluer l’état nutritionnel à l’aide de l’indice de masse corporelle, qui mise sur une appréciation visuelle et sur la palpation de la graisse corporelle au niveau de la poitrine, de la taille et de la colonne vertébrale. À partir de ces observations, on classe l’animal dans l’une des neuf catégories de l’indice.

En règle générale, un chien est considéré comme trop gros lorsqu’il est impossible de sentir ses côtes au toucher et qu’on ne reconnaît plus la taille. De plus, vue de profil, la ligne abdominale inférieure, qui va des côtes aux hanches, doit être légèrement ascendante, et non (quasiment) parallèle au sol. Des bourrelets de graisse à la base de la queue sont un autre signe de surpoids chez le chien.

Quelle est l’origine de la prise de poids chez le chien ?

Il n’est pas rare que le chien suive la voie menant au surpoids dès son plus jeune âge : une alimentation trop riche en calories favorise en effet l’apparition d’un nombre plus élevé de cellules graisseuses que chez un chiot recevant une alimentation normale. Comme la quantité de cellules ne varie plus avec l’âge, le risque d’obésité augmente chez l’adulte.

Mais il ne s’agit évidemment pas de la seule cause de surpoids chez le chien.

Un apport en énergie trop élevé

La cause de surpoids la plus répandue est un apport énergétique trop important. Le chien peut difficilement compenser ce surplus d’énergie par une activité physique puisqu’il ne consomme qu’environ 10 % de son énergie quotidienne pour se déplacer.

Les causes possibles d’un surplus d’énergie sont souvent une quantité de nourriture trop importante, un accès illimité aux aliments, ou parfois également une nourriture dont la densité énergétique est trop élevée.

Quand il s’agit d’alimentation, certains maîtres ont malheureusement tendance à oublier que les friandises contiennent aussi beaucoup de calories qui doivent être prises en compte dans le calcul de la portion journalière.

Les propriétaires de chiens doivent aussi veiller à toujours tenir compte de la taille de leur animal : pour un chien pesant 25 kilos, une oreille de porc séchée couvrira par exemple 20 % des besoins en énergie quotidiens. Pour un chien de dix kilos, cette même oreille signifie en revanche déjà un apport de 40 % de la quantité globale journalière de calories.

Une alimentation très riche en graisses, notamment à base de restes d’aliments consommés à table, mène également à une prise de poids importante à long terme. Les matières grasses contiennent en effet deux fois plus de calories que les protéines ou les glucides. Cette richesse énergétique entraîne rapidement un excès de poids chez le chien.

Un besoin en énergie moindre

En plus d’un apport énergétique trop élevé, il existe d’autres raisons qui expliquent le fait qu’un chien a besoin de moins d’énergie que d’autres congénères du même âge et de la même race.

Un chien castré tend par exemple à avoir un plus gros appétit, une activité physique plus limitée, les besoins énergétiques du chien diminuent de ce fait de 30 % après une castration. Si la quantité de nourriture n’est pas réduite, les chiens castrés auront un risque deux fois plus élevé d’être en surpoids que les chiens non castrés.

Par ailleurs, certaines races ont davantage tendance à prendre du poids lorsqu’elles consomment des aliments contenant la même quantité d’énergie que celle d’autres races. De par leur héritage génétique, le Labrador Retriever et le Cocker Spaniel anglais ont une prédisposition à avoir un pourcentage de graisse corporelle élevé. Comme la graisse consomme moins d’énergie que la masse musculaire, ces races doivent être nourries avec une nourriture moins calorique.

Un chien à poil long sera moins sensible au froid qu’un chien à poil très court ou sans poil de couverture. Le premier aura de ce fait également des besoins en énergie moins élevés, tout comme un chien vivant dans un environnement chaud. Pour déterminer les besoins en énergie journaliers du chien, il faut par ailleurs prendre en compte les sorties quotidiennes, l’âge et le caractère individuel spécifiques à chaque animal.

chien et surpoids
La principale cause du surpoids chez le chien est une surabondance de nourriture et de friandises.

Les maladies à l’origine d’une prise de poids

Des maladies peuvent aussi expliquer l’excès de poids dont souffre votre chien. Consultez votre vétérinaire pour savoir si une maladie préexistante peut avoir provoqué une prise de poids.

  • L’hypothéroïdie (hypothyréose) engendre une faible production d’hormones thyroïdiennes. Ces dernières assurent le bon fonctionnement des cellules, et par là-même du métabolisme du chien. En raison du manque ou de la quantité réduite d’hormones, les cellules se mettent à travailler trop lentement et ne consomment plus autant d’énergie. Le chien malade devient souvent amorphe et se déplace nettement moins, si sa ration alimentaire demeure inchangée, il ne cesse de prendre du poids.
  • Une maladie qui fait souvent paraître le chien gros est la maladie de Cushing (hyperadrénocorticisme). Il s’agit d’une maladie du cortex surrénal. La glande surrénale se met à produire durablement trop de cortisol, ce qui entraîne un appétit accru ainsi qu’une perte d’entrain associée à une certaine apathie chez le chien. Ces deux derniers symptômes engendrent des dépôts de graisse, en particulier au niveau du ventre. Les chiens sont sujets à une « obésité abdominale » : leur abdomen est épais et tombant, alors que le reste de leur corps est souvent très svelte.

En plus des maladies hormonales, il existe d’autres pathologies qui peuvent entraîner une prise de poids, car elles empêchent le chien d’avoir une activité physique suffisante. Comme ces maladies peuvent malheureusement être elles-mêmes favorisées par une surcharge pondérale, le chien se trouve alors pris dans un cercle vicieux. Les problèmes cardio-vasculaires et les affections des voies respiratoires provoquent notamment de la fatigue et une baisse des performances.

Dans le cas d’une prédisposition à l’arthrose ou à l’arthrite, le chien se montrera peu enclin à bouger en raison des douleurs ressenties.

Les médicaments

Le traitement de certaines maladies nécessite la prise de médicaments qui peuvent augmenter l’appétit du chien, et donc, une prise de poids. Il s’agit avant tout d’antiépileptiques et des glucocorticoïdes.

Chien en surpoids : les conséquences

Le surpoids est avant tout à considérer comme une maladie qui apportent d’autres pathologies. Les chiens souffrant de surcharge pondérale vivent en moyenne 2 ans de moins que des chiens de la même race ayant un poids normal.

Douleurs articulaires et troubles du mouvement

Le surpoids entraîne chez les chiens des problèmes au niveau de l’appareil locomoteur. Chez les animaux en pleine croissance, le surpoids et un apport en énergie excessif peuvent provoquer des dommages orthopédiques irréparables.

Chez les chiens adultes en surpoids, la charge pondérale trop élevée entraîne une surexploitation des articulations et des ligaments. Les conséquences possibles sont des arthrites, des arthroses, des hernies discales et des ruptures du ligament croisé.

Si un chien est en surpoids, son corps produit en outre davantage de médiateurs inflammatoires qui peuvent à leur tour contribuer à la progression des arthrites. Ces douleurs articulaires ont pour conséquence une baisse de l’activité physique, et par là même une consommation d’énergie moindre entraînant une prise de poids supplémentaire.

chien en surpoids
Des maladies comme les problèmes respiratoires peuvent également être à l’origine du surpoids.

Problèmes pulmonaires

La masse corporelle plus imposante des chiens en surpoids augmente leurs besoins en oxygène et favorise l’accumulation de graisse au niveau de la poitrine. L’espace réduit pour respirer et le besoin en oxygène plus élevé engendrent des problèmes respiratoires et de l’essoufflement : les chiens manquent d’endurance et se fatiguent plus vite.

Le chien se montre moins enclin à bouger et continue de prendre du poids en dépensant peu de calories.

Problèmes cardio-vasculaires

Le surpoids chez le chien participe à l’apparition, ou du moins à la progression, de maladies cardiaques. L’hypertension fait notamment partie des incidences négatives. Si le chien se met en revanche à perdre de nouveau du poids, il est possible de réduire certaines des restrictions mises en place.

Chez un chien en surpoids, l’énergie superflue est stockée sous forme de graisse dans tout le corps. Cette matière grasse se dépose également dans des organes comme le cœur ou le foie : le cœur se trouve entravé et doit alimenter une plus grande masse corporelle en sang et travailler contre une pression plus élevée dans les vaisseaux. Ces effets engendrent sur le long terme une détérioration du cœur et une insuffisance cardiaque.

Le diabetes mellitus

Il se peut que l’adiposité favorise le développement d’un diabetes mellitus. Il s’agit ici d’un diabète de type 2 causé par une résistance à l’insuline. Le corps a beau produire suffisamment d’insuline, cette dernière n’a plus d’effet sur le métabolisme.

Les chiens diabétiques ont souvent un appétit vorace tout en se montrant fatigués et apathiques. Cet état favorise encore une fois la prise de poids. Un régime alimentaire strict et la réduction du poids peuvent aider à traiter un diabète mellitus de type 2.

Une consommation accrue de médicaments anesthésiques et une mauvaise cicatrisation des plaies

Comme le tissu adipeux stocke les anesthésiques, il en faut une plus grande quantité lors des opérations chirurgicales. En même temps, la dégradation des médicaments dans le foie et leur élimination par les reins se trouvent altérées. En raison d’une fonction pulmonaire souvent limitée et des troubles cardio-vasculaires qu’il présente, un chien en surpoids est donc à considérer comme un patient à risque.

Une circulation sanguine réduite dans l’ensemble des tissus de l’organisme augmente de plus le risque d’infection des blessures et de troubles de la cicatrisation en cas d’opération.

Infections et autres difficultés

Lorsqu’un chien est en surpoids, ses défenses immunitaires se trouvent amoindries, il est plus vulnérable aux infections et aux autres maladies.

Un excès de poids limite la fonction reproductrice et chez la chienne, la  gestation comporte davantage de risques et le rétrécissement du canal de naissance résultant des dépôts de graisse rend l’accouchement plus difficile.

Les dépôts de graisse qui s’infiltrent dans le foie donnent lieu à un « foie gras », et par conséquent à une fonction hépatique altérée. Un chien en surpoids sera également plus sensible à la chaleur, plus irritable et peu mobile.

Si vous recherchez la nourriture la mieux adaptée à votre compagnon, nos articles « Alimentation adaptée pour chien en surpoids » et « Alimentation adaptée pour chien adulte » peuvent vous intéresser.

Retrouvez également de nombreux autres articles du magazine, rubrique Chien, comme par exemple le choix d'un bon couchage pour le confort de votre compagnon.

Articles les plus utiles
6 min

La toux du chien

Comme chez l'homme, la toux du chien n'est pas une maladie à part entière, mais un symptôme d'une maladie du système respiratoire ou d'autres organes. La toux peut aussi être un réflexe pour protéger l'organisme contre diverses substances, comme les corps étrangers ou irritants. Parfois, on peut confondre la toux du chien avec des tentatives de vomissement ou de régurgitation, des éternuements inversés, des étouffements ou des halètements forts. On distingue la toux sèche sans expectoration (toux non productive) et la toux grasse avec expectoration (toux productive). Les deux types peuvent survenir de façon aiguë ou chronique.
4 min

La gale auriculaire du chien (Otodectes cynotis)

Le parasite Otodectes cynotis (gale des oreilles du chien) appartient à la famille des Psoroptidae et habite les canaux auriculaires des animaux mangeurs de viande. C'est l'acarien de la gale le plus commun chez ces animaux. L'acarien Otodectes cynotis se développe en environ 3 semaines, passant d'un œuf au stade larvaire, puis à deux stades nymphaux, le proto- et deutonymph, puis devient un acarien adulte. L'intégralité du développement des acariens a lieu dans le conduit auditif externe du chien. Les acariens femelles collent leurs œufs sur la peau du conduit auditif. Tous les stades de développement de l'acarien se nourrissent du liquide tissulaire et des cellules cutanées du chien. Les acariens adultes ont une durée de vie d'environ 2 mois. Ils se transmettent par contact direct avec des animaux infestés, généralement de mères infectées à leurs chiots ou de chiot à chiot. Les acariens peuvent également parfois être transmis par le cérumen et les croûtes de l'oreille lorsque le chien se secoue. Les animaux adultes sont moins fréquemment touchés. L'Otodectes cynotis est présent dans le monde entier et n'est pas spécifique de l'hôte, ce qui signifie qu'il peut également être transféré d'une espèce à l'autre, par exemple du chat au chien. L'acarien de l'oreille est particulièrement fréquent dans les endroits où de nombreux animaux vivent ensemble, comme les refuges pour animaux, les élevages ou les fermes.
6 min

La giardiose chez le chien

La giardiose chez le chien se manifeste par une diarrhée et des vomissements. Le parasite giardia touche principalement les chiots et les chiens au système immunitaire fragile.