Bouvier des Flandres

Rédigé par Natalie Decker
bouvier des flandres

Le Bouvier des Flandres : un grand chien au corps compact.

Le Bouvier des Flandres, répondant également au nom de « Vlaamse Koehund », est un chien de berger originaire des Flandres, tant belges que françaises. Autrefois, sa mission principale consistait à rassembler les vaches et les chevaux. De nos jours, cette race de chien loyale, au caractère équilibré, est surtout appréciée pour ses qualités de chien de garde et de famille. Ses maîtres doivent cependant relever un défi de taille :  son poil long et rude nécessite un entretien particulièrement important et régulier.

Aperçu des caractéristiques du Bouvier des Flandres

En bref : Le Bouvier des Flandres est un chien de berger puissant, au corps compact, dont la mission principale consistait autrefois à garder les chevaux et les vaches. Son caractère tranquille fait de lui un compagnon idéal pour les familles.
Hauteur au garrot : Mâle : 62–68 cm, femelle : 59–65 cm
Poids : Mâle : 35–40 kg, femelle : 27–35 kg
Espérance de vie moyenne : 10-12 ans, plus rarement 15 ans
Prix : à partir de 1 300 Euros
Caractère : intelligent, amical, centré sur la famille, doux, patient, raisonné
Poil : long et rêche
Couleur du poil : gris, noir, brun gris, bringé ou charbonné
Degré d’exigence pour l’éducation : moyen
Niveau d’entretien : élevé
Besoin d’exercice : élevé
Origine : Flandres (belges et françaises)

Apparence du Bouvier des Flandres : un chien barbu

Le Bouvier des Flandres est un chien grand et puissant au corps compact. L’impression générale qu’il dégage est celle d’un chien costaud et trapu, mais sans lourdeur.

La hauteur au garrot des mâles se situe entre 62 et 68 cm, celle des femelles entre 59 et 65 cm. Le poids de ce chien de race oscille entre 27 et 40 kg.

À quel moment ce chien atteint-il l’âge adulte ?

Le Bouvier des Flandres met du temps à se développer. Ce n’est qu’aux alentours de 3 ans qu’il a fini sa croissance physique et mentale. On reconnaît ce chien à la barbe caractéristique qu’il porte au menton et à la moustache qui recouvre sa lèvre supérieure.

En Belgique, ce trait distinctif lui a valu le surnom affectueux de « Vuilbaard », l’équivalent de « barbe sale ».

Un pelage long, rêche et sombre

Le poil long du Bouvier des Flandres est rêche, rugueux et sec au toucher. Il a une couleur grise, charbonnée ou bringée. Une robe d’un noir profond ainsi qu’une étoile blanche au poitrail sont tolérées. Le standard de la race stipule que les robes plus claires ne sont pas admises.

Les oreilles du Bouvier des Flandres sont de taille moyenne et pendantes par nature. Sa queue est relativment haute. Autrefois, ces deux parties du corps étaient souvent amputées, une pratique aujourd’hui interdite dans un grand nombre de pays.

Bouvier des Flandres dans un jardin
La barbe ornant son menton est un signe distinctif auquel on reconnaît aisément le Bouvier des Flandres.

Caractère et aptitudes : un chien de famille rêvé

Le Bouvier des Flandres fait partie du groupe des chiens de berger et des bouviers.  Sa mission principale consistait autrefois à conduire les troupeaux de gros bétail, notamment les chevaux et les vaches, et à les surveiller. C’est à ce rôle que renvoie son nom néerlandais « Vlaamse Koehund », que l’on pourrait traduire par « chien de vaches flamand ».

Pour pouvoir remplir sa fonction de chien d’utilité avec assurance, ce chien a développé un caractère calme et équilibré, que l’on pourrait presque qualifier de stoïque. Comme sa mission originelle de gardien de troupeau induit de prendre sans cesse des décisions, il est également intelligent, courageux – parfois aussi têtu.

Un chien employé par la police et comme chien de garde

Les caractéristiques de la race font du Bouvier des Flandres un excellent chien de police et de protection. Ses grandes qualités olfactives et son intelligence vive permettent également de l’utiliser comme chien de garde et de pistage.

Ce chien puissant fait aussi bonne figure en tant que chien de famille.  Patient, il s’entend généralement bien avec les enfants et accepte la présence d’autres chiens ou animaux domestiques, à condition d’avoir été bien socialisé.

Un grand chien comme le Bouvier des Flandres, qui dispose d’un fort instinct de protection, devrait dans l’idéal vivre à la campagne. Une maison ou un appartement assez grand avec jardin devraient lui offrir suffisamment d’espace et lui permettre d’exercer sa fonction de chien de garde.

Ce chien entreprenant et désireux d’apprendre a besoin de se dépenser physiquement et mentalement. En plus des promenades quotidiennes, il lui faut une mission à accomplir – en tant que chien de pistage aguerri, par exemple.

Le Bouvier des Flandres et les sports de traction

Les sports canins, et notamment ceux de traction, sont une bonne manière d’occuper pleinement ce chien avide d’activités. Par le passé, cette race de chien était en effet employée pour déplacer les lourdes barattes de beurre. Utilisé comme « chien de halage », le Bouvier des Flandres tractait des barques sur l’eau depuis la rive.

La capacité à déplacer des charges lourdes est restée un signe distinctif de la race : ces animaux dotés d’une grande force peuvent tirer une charge huit fois plus lourde que leur poids. Les activités comme l’agility ou l’apprentissage de l’obéissance permettent toutefois elles aussi d’occuper pleinement ce chien à la fois docile et athlétique.

Une éducation qui requiert de la cohérence et de la patience

Pour dresser cet animal robuste originaire des Flandres, une certaine expérience des chiens est requise. Si ce chien aime nouer une relation étroite avec son maître, l’indépendance spécifique à la race fait qu’il se soumet moins volontiers à lui que d’autres congénères.

Si vous voulez travailler avec lui, il vous faudra vous armer de patience, faire preuve de cohérence et d’empathie. Il est important de l’habituer très tôt à revenir quand vous le lui demandez en l’y entraînant. Vous courez autrement le risque de le voir fuguer à l’occasion d’une promenade.

bouvier des flandres et son chiot
Les bouviers ont besoin d’une éducation conséquente dès leur plus jeune âge pour atténuer leur besoin d’indépendance marqué.

Le poil long et foisonnant du Bouvier des Flandres requiert un entretien soigneux. Votre animal devrait être toiletté de manière à ce que son poil fasse 6 cm de long environ. Un brossage quotidien et en profondeur de son pelage s’avère indispensable. Prêtez une attention particulière à la barbe et à la moustache pour éviter que des restes de nourriture ne se logent dedans. En période de mue, le sous-poil particulièrement dense doit faire l’objet de soins intensifs, car il a davantage tendance à feutrer ou à s’emmêler.

Le Bouvier des Flandres perd très peu de poils

Un examen des pattes de votre chien s’impose de temps à autre pour retirer délicatement à l’aide de ciseaux les éventuels nœuds qui peuvent se former entre les coussinets. Les oreilles pendantes de cette race de chien sont particulièrement vulnérables aux inflammations et doivent donc elles aussi faire l’objet de contrôles réguliers.

Bon à savoir : même si l’entretien du pelage de cette race est exigeant, ce chien perd très peu de poils si vous le brossez régulièrement et son pelage est peu odorant.

Ce chien grand et puissant a besoin d’une alimentation riche en minéraux et en vitamines. Le mieux est de lui donner plusieurs petites portions de nourriture par jour pour prévenir le risque d’une torsion d’estomac pouvant s’avérer fatale.

Un grand nombre de ces chiens apprécieront une alimentation BARF, c’est-à-dire à base de « nourriture crue biologiquement appropriée ».  Si vous décidez d’expérimenter ce régime alimentaire particulier, veillez à composer des repas équilibrés pour votre animal, et demandez conseil à votre vétérinaire en cas de doute.

Un chien qui présente quelques fragilités

Comme beaucoup d’autres races de grande taille, le Bouvier des Flandres peut présenter une dysplasie de la hanche. Il s’agit d’une malformation congénitale de la hanche qui engendre des douleurs et réduit la mobilité de l’animal. Cette race de chien tend également plus que d’autres à souffrir de problèmes oculaires, notamment de la cataracte.

D’une manière générale, le Bouvier des Flandres reste cependant une race authentique plutôt robuste.

Quelle espérance de vie pour ce chien des Flandres ?

Les animaux issus d’un élevage sérieux et qui disposent de soins adaptés à leurs besoins peuvent atteindre l’âge de 15 ans.

Le nom de cette race indique d’emblée son origine : la région flamande. C’est dans cette contrée à cheval entre la France et la Belgique que ce chien trapu et téméraire était autrefois employé pour conduire les troupeaux, et même pour faire fuir les loups et les ours.

L’origine de la race remonte probablement aux chiens de défense que les Espagnols ont emmenés avec eux dans les Flandres à l’occasion de la guerre de Quatre-Vingts Ans au 16ème siècle, lorsque les Pays-Bas ont voulu s’émanciper de la monarchie espagnole. Ces animaux imposants ont probablement donné par la suite naissance au Bouvier des Flandres, un chien de troupeau robuste et endurant, doté d’un grand courage.

Une race sur le point de disparaître, sauvée in extremis

Le Bouvier des Flandres a obtenu une reconnaissance officielle en 1910, mais la race fut sur le point de s’éteindre pendant la Première Guerre mondiale. En 1922, des standards furent établis pour uniformiser les caractéristiques de la race, qui put finalement être sauvée grâce à des croisements ciblés.

Acquisition : un chien à se procurer auprès d’un éleveur

Bien que cette race de chien compte un certain nombre d’adeptes, elle ne fait pas partie des chiens à la mode et reste de ce fait peu répandue. Il y a donc peu de chances que vous trouviez un Bouvier des Flandres dans un refuge.

A quel prix peut-on se procurer ce chien ?

Si vous souhaitez acheter un chiot de cette race, le mieux est de vous mettre à la recherche d’un éleveur. Il vous faudra prévoir de débourser entre 1300 et 1900 euros pour un chiot en bonne santé issu d’un élevage sérieux.

Gardez à l’esprit que les animaux issus des lignées de chiens de protection néerlandais se montrent particulièrement méfiants envers les inconnus.  Ils passent à l’attaque et adoptent une position défensive dès qu’un inconnu s’aventure sur leur terrain. Dans certains élevages à l’étranger, cette méfiance prend à l’inverse la forme d’une anxiété exacerbée.

Conclusion : un compagnon charmant pour les familles

Si vous offrez au Bouvier des Flandres un logement adapté à ses besoins, où il pourra se dépenser à sa guise et satisfaire son besoin d’occupation avec des activités exigeantes, vous n’aurez aucun mal à gagner son amitié et à faire de lui un compagnon fidèle. Son caractère doux, amical et son intelligence font de cet ancien chien de ferme et de berger un compagnon charmant pour les familles actives.


Natalie Decker
Profilbild Natalie Decker (mit Pferd)

« Une vie sans chiot est possible, mais dénuée de sens », disait l’artiste Loriot. Je suis entièrement d’accord avec lui, et j’ajouterai même : « Tout comme une vie sans cheval, chat et lapin ! ». Les petits et grands animaux me passionnent, et j’ai la chance de pouvoir écrire à leur sujet en tant qu’auteur freelance. Avec mes articles, je cherche à sensibiliser les lecteurs à la condition animale et à donner des conseils utiles aux amoureux des animaux.


Articles similaires
Articles les plus utiles
11 min

Spitz nain (loulou de Poméranie)

Si ce n’est pas par sa taille que le Spitz nain impressionne, c’est sans aucun doute par son caractère amical, son assurance et son énergie. Pas étonnant qu'il soit de plus en plus apprécié !
12 min

Cavalier King Charles spaniel

Le Cavalier King Charles spaniel se distingue du King Charles spaniel par un élément facilement repérable : la longueur de son museau. Les deux races tiennent leurs noms des rois Charles Ier et Charles II, qui appréciaient beaucoup ces chiens. Le King Charles est aujourd’hui toujours aussi apprécié qu’à l’origine.
11 min

American Staffordshire terrier

L’American Staffordshire terrier, également connu sous le nom d'« amstaff » est une race de chien qui attire beaucoup l'attention. Alors qu’il est considéré comme un « chien d’attaque dangereux », et que sa détention est conditionnée voire interdite dans certains pays européens, il est appelé « Nanny Dog » (chien nourrice) en Grande-Bretagne. Derrière les préjugés se cache un compagnon intelligent, dynamique et toujours fidèle.