Bobtail japonais

Rédigé par Natalie Decker
Bobtail japonais

Le bobtail japonais fait partie des races de chat à la queue courte tant controversée.

La queue courte et douce de ce chat est sa particularité. Les chats de cette race sont réputés pour bien s’entendre avec les enfants ainsi que pour être gentils et joueurs. En raison de sa queue courte, il est toutefois controversé : des problèmes de santé ne peuvent pas être totalement exclus.

Apparence du bobtail japonais

La caractéristique la plus frappante de ce chat est sa queue courte. Elle ne mesure généralement que cinq à huit centimètres de long.

Cet animal à queue courte tient son nom du terme « bobbed tail » qui signifie « queue écourtée » en anglais. Sa queue possède une ou plusieurs vertèbres caudales. Les vertèbres peuvent être plus ou moins soudées. La queue est recourbée ou enroulée sur elle-même.

Ce félin japonais est élevé dans deux variétés différentes : celle à poil long et celle à poil court. On distingue donc le bobtail japonais à poil long de celui à poil court. Toutefois, dans les deux cas, la queue courte est recouverte de poils longs et denses.

Le saviez-vous ?
Les poils de la queue de ce chat rebiquent dans tous les sens et rappellent des pétales de fleurs. C’est ce qui a valu à cette race le surnom de « chat chrysanthème ».

Quelles sont les variantes de couleur ?

Le pelage soyeux et dense de cet animal peut avoir de nombreuses couleurs. Conformément au standard de la race, toutes les couleurs de robe sont autorisées, à l’exception du lilas, du chocolat et du colourpoint.

La variante tricolore de ce félin japonais à queue courte est particulièrement recherchée. Celui-ci est appelé « maneki-neko » dans son pays d’origine, le Japon, où il est considéré comme un porte-bonheur.

Les yeux de ce chat de race sont en forme d’amande et peuvent être bleus, verts, dorés ou de différentes couleurs.

bobtail japonais chat de race
Le chat bobtail japonais tricolore est considéré comme un porte-bonheur dans son pays d’origine, le Japon.

Queue écourtée, démarche clopinante

Comme les races orientales, cet animal est svelte et élancé. Il a toutefois une morphologie légèrement plus musclée.

Comme ses pattes arrière sont plus longues que ses pattes avant, la posture de ce chat semble légèrement courbée. Sa démarche est clopinante. Comme d’autres races de chat à queue courte ou sans queue, ce félin n’a pas de longue queue qui l’aide à maintenir son équilibre.

Le problème des pratiques d’élevage cruelles

Les races à queue courte comme le bobtail japonais font l’objet de critiques. L’écourtement délibéré de la colonne vertébrale de la queue dans les élevages a pour effet de former une queue courte qui ne peut pas assumer toutes les fonctions d’une queue de longueur normale.

Les animaux concernés ne peuvent souvent pas courir, sauter ou grimper correctement, car il leur manque le « balancier » nécessaire. De plus, la communication avec leurs congénères est perturbée. En effet, les chats utilisent également leur queue pour exprimer leur humeur.

Une queue courte préoccupante

La présence d’une queue courte ou l’absence de queue chez le chat peut être inquiétant pour les conditions d’élevage de ces animaux.

S’agissant du bobtail japonais, cela signifie que l’élevage de cette race est pour le moins préoccupant du point de vue du bien-être animal. Mais il n’est pas fondamentalement interdit. Il est possible d’élever légalement ces animaux et de les acheter.

Exigence : un élevage avec uniquement des animaux en bonne santé

Dans tous les cas, les éleveurs de cette race doivent faire examiner leurs chats par un vétérinaire et ne faire de l’élevage qu’avec des animaux en bonne santé. C’est ce que demande par exemple la fondation Erna Graff pour la protection des animaux.

Au Japon, cette race de chat s’appelle « Kazoku-neko ». On pourrait le traduire par « chat de famille ». Cela décrit très bien son caractère. Il est considéré comme extrêmement proche de l’homme, joueur et gentil.

Si des enfants vivent dans le foyer, il a besoin d’une courte phase d’adaptation, comme la plupart des chats. Mais ensuite, il participe volontiers à la vie de la famille, se montrant ouvert et affectueux.

Un animal bavard

Le bobtail japonais miaule relativement beaucoup. D’une voix douce, il « discute » et « chante » à tout va. Il a une personnalité bien marquée et demande beaucoup d’attention à son maître.

En raison de sa curiosité et de son intelligence, ce chat est tout à fait disposé à apprendre des petits tours tels que rapporter des objets et donner la patte. Les jeux d’intelligence sont une bonne manière d’occuper cet animal vif et intelligent.

Cette race n’a pas un besoin particulièrement prononcé de se dépenser. Il lui est donc en principe possible de vivre en appartement. Toutefois, cet animal a également besoin de suffisamment d’endroits où grimper et se retirer pour se sentir vraiment à l’aise.

Il apprécie beaucoup avoir accès à un balcon ou un jardin sécurisé. Comme il est très proche de l’homme, ses maîtres ne doivent pas le laisser seul trop longtemps.

Bon à savoir : le chat bobtail japonais fait partie des seules races de chat qui ne craignent pas l’eau. De nombreux animaux de cette race sont véritablement fascinés par l’eau et aiment jouer avec leur fontaine.

Une entente relative avec les chats et les chiens

En raison de leur queue courte, ces animaux peuvent avoir des difficultés à communiquer avec les autres chats. Cela peut rendre la cohabitation avec leurs congénères plus difficile.

Néanmoins, un bobtail japonais bien socialisé ne doit pas être seul. Il est donc recommandé d’adopter au moins deux chats de cette race. Il est généralement bien accepté par les chiens, mais ne témoigne que peu d’intérêt à leur égard.

Comme il est souvent un peu plus sédentaire que les autres chats et qu’il ne fait pas beaucoup d’exercice, cet animal a des besoins énergétiques relativement faibles.

Il doit recevoir une alimentation de qualité, riche en viande. Ses maîtres doivent également veiller à ce qu’il ne soit pas en surpoids.

L’entretien du pelage de ce félin japonais

Le pelage de cette race de chat ne possède pas de sous-poil, ce qui rend son entretien particulièrement facile. Un brossage hebdomadaire est généralement suffisant.

Pour les chats à poil long ou lors de la mue, le brossage doit être plus fréquent. De nombreux chats apprécient ce moment « bien-être » prodigué par leur maître et se laissent volontiers brosser.

Bien que le bobtail japonais fasse partie des races à queue courte tant controversées, il semble avoir une santé plus robuste que les autres chats présentant cette caractéristique. Aucune maladie héréditaire n’est connue.

 

Combien de temps peut vivre ce chat de race ?

 

S’il reçoit des soins appropriés, cet animal peut vivre en moyenne entre dix et treize ans.

 

Moins de problèmes de santé que chez le Manx

 

Contrairement au Manx qui n’a pas de queue, cette race semble avoir moins de problèmes de santé résultant de sa queue courte. Chez le Manx, les douleurs pelviennes sont plus fréquentes. En outre, l’incontinence et les malformations cérébrales sont très répandues.

 

Tous ces problèmes n’ont pas encore été observés avec la même envergure chez le bobtail japonais. La raison est probablement due au fait que sa queue courte résulte d’une mutation génétique différente de celle du Manx. Cette mutation n’a apparemment pas d’effet sur le squelette du chat, contrairement à ce qui se passe chez le Manx.

 

Éviter les pratiques d’élevage cruelles

 

Cependant, comme la race n’est pas très répandue, une analyse définitive de la santé de ce chat n’a pas encore été réalisée. Jusqu’à présent, il n’existe cependant pas de recommandation générale visant à interdire l’élevage de ce félin.

 

Les éleveurs sont toutefois tenus de veiller à la santé de leurs chats afin d’éviter les pratiques d’élevage cruelles.

prix bobtail japonais
Une queue courte est généralement considérée comme étant un risque pour la santé des chats.

Contrairement à de nombreuses autres races de chat à queue courte, le bobtail japonais a une longue histoire derrière lui.

La mutation génétique naturelle responsable de la queue courte de ce chat serait apparue en Asie il y a environ 1 000 ans déjà. Plus tard, cet animal a été élevé de manière ciblée à la cour impériale japonaise.

Les chats à queue courte en action contre les nuisibles

Les chats à queue courte étaient très recherchés par les nobles de l’époque. Ces animaux étaient non seulement appréciés comme cadeaux pour les membres de la cour, mais ils remplissaient également une fonction importante.

Les chats à queue courte étaient utilisés comme chasseurs de souris dans les élevages de bombyx du mûrier, d’où l’on obtenait la précieuse matière première qu’était la soie. Les chats à queue normalement longue n’étaient pas adaptés à cette tâche, car ils détruisaient ainsi les précieux cocons.

On a donc commencé à envoyer des chats à queue écourtée dans ces élevages afin de protéger les vers à soie des rongeurs et des oiseaux. Lorsque l’on a découvert qu’il était possible d’élever des chats à queue courte de manière ciblée, c’est finalement le bobtail japonais qui s’est vu confier cette tâche.

Le bobtail japonais : un chat de gouttière

Au 17ème siècle, les autorités japonaises ont ordonné de relâcher les chats à queue courte afin qu’un maximum de ces félins puissent débarrasser les plantations des nuisibles.

Cet animal est ainsi devenu un chat de gouttière qui s’est multiplié de manière incontrôlée. Il est possible que la race doive sa santé robuste à cette situation.

Reconnaissance officielle de la race

Dans les années 60, des soldats américains déployés au Japon ont découvert ces chats peu communs. Les premiers spécimens sont arrivés aux États-Unis à la fin des années 60 et de là, ils se sont finalement propagés dans le reste du monde.

En 1965, l’organisation américaine Cat Fanciers’ Association (CFA) a officiellement reconnu le bobtail japonais comme une race à part entière. En 1990, la Fédération internationale féline (FIFé) l’a à son tour reconnu.

Il existe une légende sur l’origine de cet animal. Un jour, un chat dormait trop près du feu, si bien que sa queue s’est enflammée. L’animal se mit à courir dans les rues, la queue en feu, propageant les flammes aux maisons environnantes. Après que le chat pris de panique eut brûlé tout un quartier, l’empereur japonais décréta que la queue de tous les chats devait être écourtée.

Aujourd’hui, nous savons bien sûr que la queue courte et douce en forme de chrysanthème de ce chat est due à une mutation génétique, un caprice de la nature. Au Japon, cette race jouit encore aujourd’hui d’une grande popularité. Les spécimens tricolores en particulier sont considérés comme des porte-bonheur.

Un modèle pour le chat porte-bonheur et Hello Kitty

Le célèbre chat porte-bonheur, appelé « maneki-neko » en japonais, qui accueille les clients dans les magasins et les restaurants en levant la patte, est inspiré du bobtail japonais. Et Hello Kitty, le célèbre chat de la société japonaise Sanrio, a également été conçu sur le modèle de cette race.

Achat : faut-il acheter un chat de cette race ?

D’après ce que l’on sait jusqu’à présent de ce félin, il semble être plus robuste que les autres races de chat à queue courte comme le Manx ou le cymric. Apparemment, sa queue courte ne génère pas de douleur, car la mutation génétique sous-jacente ne modifie pas le squelette du chat.

Néanmoins, les chats à queue courte comme le bobtail japonais peuvent rencontrer des problèmes dans leurs mouvements ou dans leurs interactions avec les autres animaux. C’est pourquoi toute personne responsable qui aime les animaux doit bien réfléchir avant d’acheter un chat de cette race.

Offrir à un chat de cette race un second foyer

Si vous êtes tombé sous le charme de cette race affectueuse, vous devez vous renseigner auprès des refuges pour animaux et des organisations de protection des animaux. En effet, des chats de race comme le bobtail japonais sont régulièrement confiés à ces organismes, par exemple en raison d’un déménagement ou d’une maladie.

Toutefois, cet animal n’est pas très répandu en France. Si vous escomptez en adopter un, vous devrez donc vous armer de patience avant de trouver le chat de vos rêves.

À quoi faut-il faire attention si vous vous adressez à un éleveur ?

S’il s’agit d’un chaton venant de chez un éleveur, vous devez être particulièrement attentif. Pour éviter tout problème de santé et les frais de vétérinaire élevés qui en découlent, il ne faut acheter un tel félin qu’auprès d’un éleveur sérieux.

Celui-ci ne doit avoir que des animaux en parfaite santé dans son élevage. Le chaton mis en vente doit disposer de tous les papiers nécessaires. Ces papiers comprennent notamment le passeport européen pour animal de compagnie et un pedigree détaillé.

Combien coûte un tel animal ?

Un félin de cette race a bien sûr un coût : un chat bobtail japonais de pure race issu d’un élevage sérieux coûte entre 800 euros et 1 200 euros.


Natalie Decker
Profilbild Natalie Decker (mit Pferd)

« Une vie sans chiot est possible, mais dénuée de sens », disait l’artiste Loriot. Je suis entièrement d’accord avec lui, et j’ajouterai même : « Tout comme une vie sans cheval, chat et lapin ! ». Les petits et grands animaux me passionnent, et j’ai la chance de pouvoir écrire à leur sujet en tant qu’auteur freelance. Avec mes articles, je cherche à sensibiliser les lecteurs à la condition animale et à donner des conseils utiles aux amoureux des animaux.


Articles les plus utiles
13 min

Chartreux

Le Chartreux, le Bleu Russe ou le chat maltais : trois noms différents pour désigner des races similaires. Le Chartreux est même l’une des races de chat les plus appréciées d’Europe !
10 min

Bengal

Le Bengal est un chat unique, qui peut réellement être qualifié de félin domestique. Pourtant, les éleveurs de la race misent sur les gènes communs que partage le chat Bengal avec les chats sauvages.
8 min

British Shorthair

Pour les amoureux des chats, difficile de résister à la robe pelucheuse et aux grands yeux du British Shorthair. Sans parler de sa douceur et de son caractère si adorable !