Landseer

Le Landseer tire son nom du peintre anglais

Son nom, ce chien de race le doit à l’Anglais Edwin Landseer, l’un des plus célèbres peintres animaliers du 19ème siècle. De nombreux tableaux de l’artiste témoignent en effet de son enthousiasme pour ces géants noirs et blancs au caractère doux.

Histoire du Landseer : le sujet de prédilection du peintre animalier

Bien que l’origine de cette race de chien remonte à une époque lointaine, l’histoire du Landseer en tant que race de chien indépendante officiellement reconnue est relativement récente. Il a fallu attendre 1960 pour que la FCI (Fédération Cynologique Internationale) reconnaisse le Landseer comme une race à part entière. Au sein de la FCI, cette race est aujourd’hui répertoriée sous le standard numéro 226 et classée dans le groupe 2 (chiens de type Pinscher et Schnauzer, Molossoïdes, chiens de bouvier suisses) et la section 2.2 (chiens de montagne).

Avant de bénéficier de cette reconnaissance officielle, les Landseers étaient considérés comme appartenant à la race des Terre-Neuve, des chiens que l’Angleterre importait de l’île canadienne de Terre-Neuve.  Le Terre-Neuve a rapidement conquis le cœur des pêcheurs britanniques, qui appréciaient particulièrement sa passion pour l’eau, son ardeur au travail et son soutien indéfectible. Ce chien de race est probablement issu du croisement entre les chiens des premiers pêcheurs européens et ceux des autochtones canadiens. Comme il était courant d’avoir des chiens sur les bateaux, les grands chiens des Portugais, des Basques et des Espagnols (qui avaient exploré les eaux poissonneuses de Terre-neuve avant les Britanniques) s’étaient mélangés aux chiens indigènes de Terre-Neuve. Ainsi, les Terre-Neuve, le Landseer sous sa forme actuelle, et les chiens de montagne des Pyrénées ont probablement des ancêtres communs.

Lorsque les marins britanniques ont ramené ces imposants chiens d’eau en Angleterre, les « Newfoundland Dogs » n’ont pas tardé à devenir très populaires. La noblesse et la grande bourgeoisie, en particulier, aimaient se parer de ces géants impressionnants. En 1886 fut fondé en Angleterre le « Newfoundland Club », dont le standard préconisait aussi bien le type blanc-noir que les types noir pur et marron-rouge pour l’élevage. Comme les éleveurs n’opéraient pas de distinction entre les animaux en fonction des couleurs, le type blanc-noir a été de plus en plus écarté de l’hérédité dominante de la couleur noire de la robe. À la fin du 19ème siècle, le type blanc-noir était donc presque tombé dans l’oubli en Angleterre.  

Si le Landseer est aujourd’hui reconnu comme une race à part entière, c’est grâce à des cynologues originaires d’Allemagne et de Suisse. Au tournant du siècle, des éleveurs suisses et allemands ont en effet importé d’Angleterre les rares chiens encore utilisables pour l’élevage en Europe continentale et ils ont commencé à y élever le type blanc et noir en race pure. Comme le nom « Landseer » était déjà largement répandu pour désigner cette variété de couleur du Terre-Neuve, la nouvelle race fut baptisée d’après le nom du peintre. Edwin Landseer, qui privilégiait la représentation des chiens blancs et noirs dans ses dessins, avait déjà acquis une certaine réputation au milieu du 19ème siècle avec ses peintures animalières. En Angleterre, les Terre-Neuve blancs et noirs ont reçu à cette époque le surnom de « Landseer dog ».

Outre la race des Landseers, qui a été reconnue par la FCI en 1960, il existe aujourd’hui des Terre-Neuve noirs et blancs. Ceux-ci restent toutefois minoritaires par rapport aux Terre-Neuve noirs.

Apparence de ce géant noir et blanc

Quelle est la taille du Landseer une fois adulte ?

Le « comportement exemplaire » du Landseer n’est pas le seul à lui valoir des compliments.  Même d’un point de vue purement physique, ce chien noir et blanc est une véritable beauté qui ne manque pas de susciter de nombreux regards admiratifs. Avec une hauteur au garrot comprise entre 72 et 80 cm pour les mâles et 67 et 72 cm pour les femelles, le Landseer fait sans nul doute partie des races de chiens de grande taille dont la seule apparence impressionne. Les mâles pèsent entre 60 et 75 kg, et les femelles entre 50 et 55 kg. Malgré leur physique imposant, leurs poils longs et leur tempérament plutôt chaleureux, les Landseers sont loin d’être des lourdauds – leur corps témoigne au contraire de la force musculaire et de l’énergie qui caractérisaient ces chiens de travail et d’eau qui servaient initialement de compagnons aux pêcheurs canadiens.

Couleurs de robe

On reconnaît vite le Landseer à la couleur blanche et noire de sa robe inimitable, qui a contribué de manière décisive au développement de cette race de chien. Sur la couleur primaire du pelage, d’un blanc clair, s’étalent des plaques noires discontinues qui se répartissent sur le tronc et la croupe. Le cou, le poitrail, le ventre, la queue et les pattes doivent être blancs. La région du museau se distingue par la présence d’une liste blanche symétrique, pas trop large, qui traverse la tête noire.

Les oreilles pendantes de ce chien de race, noires et de forme triangulaire, sont de taille moyenne. Alors que sa tête est recouverte d’un poil plutôt court, le reste du corps se caractérise par une fourrure longue et dense. Mais cette abondance n’empêche pas le poil d’être assez fin au toucher. Si le poil doit être le plus simple possible, un poil de couverture légèrement ondulé est toléré sur le dos et les cuisses. Le poil de couverture est entremêlé de sous-poil, mais il n’est pas aussi dense que celui de son cousin, le Terre-Neuve noir.  Les deux races de chiens, Terre-Neuve et Landseer, toutes deux dérivées des « Newfoundland Dogs », se distinguent en outre l’une de l’autre par leur tête, qui semble un peu moins massive chez le Landseer et dotée d’un museau légèrement plus long que celui du Terre-Neuve. Les Landseers ont par ailleurs l’air un peu plus grands et plus agiles que le Terre-Neuve.

Un Landseer assis © cynoclub / stock.adobe.com

Caractère : un grand nageur au cœur doux

Le tableau de Landseer intitulé « Saved », datant de 1856, met particulièrement bien en valeur la passion innée de ce chien pour l’eau. Il montre un chien noir et blanc qui vient de tirer un enfant hors de l’eau, lui sauvant ainsi la vie. L’amour prononcé pour l’eau et la capacité d’agir de manière autonome dans des situations de danger font du Landseer un chien de sauvetage aquatique très apprécié. Il est aujourd’hui encore employé en bordure des lacs et sur les littoraux. Mais ce chien proche de l’homme jouit également d’une grande popularité en tant que chien de famille.

Avec son caractère calme et posé, son regard débordant d’affection et sa bonhomie presque sans faille, il a de quoi faire fondre le cœur de chaque membre de la famille. Les Landseers se distinguent par une fiabilité et une fidélité à toute épreuve envers leurs maîtres. Ils sont amicaux et ouverts, et leur grande capacité d’adaptation permet de les emmener partout sans problème. Ces chiens font preuve d’une grande bienveillance envers les amis de la famille, et la cohabitation avec d’autres animaux domestiques, comme les chats, ne pose généralement pas problème après la phase d’acclimatation habituelle.

Pour que toutes ces qualités, dont le Landseer se trouve naturellement doté, puissent se développer pleinement, ce chien de race a toutefois besoin d’un contact étroit avec sa famille. La vie en chenil ne convient pas le moins du monde à ce chien affectueux et en recherche d’amour. Pour être heureux, il a besoin de la proximité de ses maîtres et de ressentir un sentiment « d’appartenance ». Le Landseer a beau être de bonne humeur et calme de nature, il revendique une place fixe au sein de sa meute. Ce chien d’utilité veut se sentir « utile » et aime rendre service, en aidant par exemple à porter les courses ou en ramassant les jouets éparpillés dans la maison.  Une mission aussi exigeante que la formation de chien de sauvetage ou de chien d’avalanche ne s’avère donc pas indispensable pour l’occuper – le Landseer apprécie aussi les activités quotidiennes et banales. Mis à part une éducation ferme et affectueuse, il ne faut donc pas grand-chose pour le satisfaire et l’amener à se dépenser physiquement et mentalement. Ce chien de race noir et blanc ne se montre pas non plus très exigeant pour les excursions quotidiennes. Une promenade tranquille en forêt ou dans les champs lui suffit. Si en plus, un lac ou un ruisseau se trouvent sur le chemin où il peut faire une petite pause baignade, il sera au comble du bonheur !

Bien que les Landseers soient des chiens très éveillés et actifs, ils sont considérés comme des chiens de compagnie agréables et calmes, à l’instinct de chasse peu marqué, qui n’ont que très rarement recours aux aboiements. Les Landseers se montrent par exemple plus réservés qu’agressifs envers les étrangers. Leur instinct de protection inné les incite certes à rester très vigilants, mais ils ne tardent pas à se montrer sous leur jour amical et serein lorsqu’ils constatent que l’hôte est le bienvenu. Bien que docile et bienveillant de nature, le Landseer – comme tout chien digne de ce nom – a besoin d’une éducation cohérente. Ces animaux intelligents ont en effet tendance à être très indépendants, ce qui ne fait pas toujours le bonheur de leurs propriétaires, du moins dans certaines situations. Mais grâce à leur capacité de compréhension rapide et à leur forte orientation vers l’homme, les Landseers apprennent très vite et sont faciles à éduquer, même pour les débutants, à condition de respecter les règles les plus importantes.

Élevage et santé des Landseers

Même si le Landseer est un chien de race très robuste et s’il a la chance d’échapper à un grand nombre de maladies répandues chez les chiens de race, il souffre lui aussi de certaines pathologies courantes, notamment chez les races de chiens de grande taille. La dysplasie de la hanche (DH) et des maladies du cartilage peuvent ainsi l’affecter. Des maladies cardiaques ou la torsion de l’estomac sont également diagnostiquées de temps à autre chez les chiens de cette race. Mais il existe heureusement des moyens de réduire le risque de maladie. Pour ce faire, il faut non seulement un élevage adapté où le Landseer dispose de suffisamment d’espace pour se dépenser pleinement, mais aussi et surtout des bilans de santé réguliers chez le vétérinaire et une nourriture adaptée, dont il vaut mieux donner plusieurs petites portions tout au long de la journée plutôt qu’une seule grande portion.

La santé des animaux passe également par un élevage responsable. Ainsi, le Landseer ne peut être élevé que dans le respect strict de directives, qui concernent aussi bien les animaux reproducteurs que les éleveurs. Des contrôles rigoureux et des procédures d’exclusion des animaux reproducteurs atteints de maladies ont déjà permis de réduire la tendance de cette race de chien à souffrir de dysplasie.

Les soins médicaux dispensés aux animaux reproducteurs, les vaccins et les tests, ainsi qu’une alimentation de qualité pour la mère et les chiots coûtent évidemment cher à l’éleveur. Avec des prix avoisinant les 1000 euros par chiot, les frais de l’éleveur sont souvent à peine couverts. La plus grande prudence s’impose donc lorsque vous trouvez des offres qui se situent nettement en dessous de ce prix. De tels « prix bradés » ne sont possibles que si les directives d’élevage strictes ne sont pas respectées, et les animaux sont les premiers à payer de leur santé psychique et physique ces prix cassés. Mais pour l’acheteur également, ces « prix imbattables » s’avèrent vite être un mauvais calcul. Ils se soldent vite par des frais élevés chez le vétérinaire ou le thérapeute canin.

Espérance de vie du Landseer

Les chiens Landseer peuvent atteindre un âge compris entre 9 et 12 ans s’ils sont élevés dans des conditions adaptées à leur espèce et s’ils bénéficient d’une alimentation saine.

Un chiot Landseer © DoraZett / stock.adobe.com

Alimentation : des besoins élevés en calorie

Il est impossible d’apporter une réponse globale à la question de l’alimentation idéale pour un chien, car les besoins nutritionnels varient fortement d’un animal à l’autre. Divers facteurs, tels que le niveau d’activité, l’état de santé et l’âge du chien, jouent un rôle important. D’une manière générale, on peut dire que les chiens de grande taille ont des besoins énergétiques plus élevés que les petits chiens. En outre, une stricte surveillance de la corpulence de votre compagnon s’impose, car l’excès de poids nuit à long terme aux articulations et aux organes internes. Veillez également à ce que votre Landseer dispose toujours d’eau fraîche en quantité suffisante.

L’alimentation BARF (alimentation crue biologiquement adaptée à l’espèce) offre une alternative aux croquettes pour chien et aux pâtées pour chien traditionnelles. Nos amis à poils se nourrissent dans ce cas principalement de viande crue, ainsi que de légumes, de fruits, d’abats et de suppléments de minéraux et de vitamines. Comme cette méthode d’alimentation requiert un niveau élevé de connaissances, il vous faudra vous informer au préalable en détail sur ses particularités si vous l’adoptez. Pour ce faire, il est conseillé de faire appel à un vétérinaire en qui vous avez pleinement confiance.  Il pourra vous donner des informations plus précises sur les besoins nutritionnels de votre compagnon. Si le chien est mal nourri, des carences graves risquent d’apparaître et de mettre en danger la santé de votre compagnon à poils.

Hygiène et soins : un grand chien qui a besoin d’espace et d’amour

Si vous décidez d’acheter un chien de race, ne lésinez pas sur le prix d’achat. Adressez-vous à un éleveur répertorié et sérieux qui place le bien-être de ses animaux au-dessus de ses bénéfices. Un professionnel digne de confiance vous examinera de près pour savoir s’il vous juge apte à élever l’un de ses jeunes protégés – et vous conseillera éventuellement de réfléchir à deux fois avant d’acheter un chien de cette taille s’il estime que les conditions requises ne sont pas toutes réunies pour élever un Landseer de manière optimale.

Mais qu’entend-on par « conditions optimales » ? En premier lieu, l’espace disponible joue un rôle central. Un chien aussi grand que le Landseer a naturellement besoin de beaucoup d’espace dans la maison et le jardin.  Il ne trouvera jamais sa place dans un appartement en ville. Un environnement naturel – un parc, une forêt ou un champ -, qui permet de diversifier les promenades quotidiennes, joue un rôle tout aussi important qu’un jardin dans lequel le chien peut aussi se défouler sans son maître et sa laisse. Les promenades quotidiennes n’ont pas besoin d’être très longues pour satisfaire un Landseer. S’il y a un ruisseau ou un lac à proximité, votre compagnon ne voudra de toute façon que se baigner. Si vous voulez vraiment rendre votre chien heureux, veillez donc à ce que son amour de l’eau puisse régulièrement s’exprimer. Mais la proximité des humains est tout aussi importante pour le Landseer que l’eau. Une famille dans laquelle le Landseer peut occuper une place fixe, au sein de laquelle il se sent aimé et utile, est donc une autre condition fondamentale pour la détention de ces doux géants. Si, en plus, vous disposez de suffisamment de temps et d’argent (après tout, l’entretien d’un chien de cette taille coûte une somme non négligeable chaque mois), plus rien ne s’oppose à une relation durable et heureuse entre chien et maître. Rares sont en effet les êtres vivants qui apportent comme le Landseer un tel concentré de gentillesse, de fidélité, de bonne humeur et de fiabilité.

Articles similaires
Articles les plus utiles
15 min

Spitz nain (loulou de Poméranie)

Si ce n’est pas par sa taille que le Spitz nain impressionne, c’est sans aucun doute par son caractère amical, son assurance et son énergie. Pas étonnant qu'il soit de plus en plus apprécié !
9 min

American Bully

Il a l'air méchant mais est en réalité un amour de chien. Cette description convient parfaitement à l'American Bully. Dans cet article, nous vous présentons une race de chien encore rare en Europe.

12 min

Cavalier King Charles spaniel

Le Cavalier King Charles spaniel se distingue du King Charles spaniel par un élément facilement repérable : la longueur de son museau. Les deux races tiennent leurs noms des rois Charles Ier et Charles II, qui appréciaient beaucoup ces chiens. Le King Charles est aujourd’hui toujours aussi apprécié qu’à l’origine.