Le mal des transports chez le chien This article is verified by a vet

un chien dans une voiture

Les chiens peuvent eux aussi avoir le mal des transports.

Beaucoup d’êtres humains connaissent le problème : à peine installés en voiture ou à bord d’un bateau en mouvement que les nausées surviennent – ils ont le mal des transports. Malheureusement, il arrive que nos compagnons à quatre pattes y soient eux aussi sujets. Cet article vous livre toutes les informations utiles sur le mal des transports chez le chien.

Le mal des transports représente-t-il un danger pour mon chien ?

Le mal des transports ne présente évidemment pas de danger sérieux pour la santé d’un chien, mais des nausées et des vomissements à chaque voyage ne sont souhaitables ni pour vous ni pour votre animal.

Si ces malaises sont en plus associés à la peur des voyages en voiture, un cercle vicieux peut vite se mettre en place. Il est donc particulièrement important d’agir contre le mal des transports dont souffre votre animal.

Symptômes : Comment se manifeste le mal des transports chez le chien ?

Le mal des transports (également appelé « cinétose ») chez le chien se manifeste souvent par les symptômes suivants :

  • Agitation ou inertie
  • Gémissements, aboiements pouvant aller jusqu’aux hurlements
  • Halètements
  • Salivation excessive
  • Tendance accrue à déglutir ou à se lécher le museau
  • Vomissements
  • Défécation et miction (très rare)

La plupart du temps, ces signaux apparaissent à peu près dans l’ordre indiqué ci-dessus, mais tous les animaux ne présentent évidemment pas l’éventail complet des symptômes. Il existe aussi des chiens qui se mettent à vomir sans crier gare, même lors d’un court trajet.

Les causes : Qu’est-ce qui provoque le mal des transports chez le chien ?

Dans l’oreille interne du chien se trouve l’organe de l’équilibre (organe vestibulaire), qui perçoit les mouvements pendant le trajet en voiture.

Mais pendant ce temps, les yeux de votre chien ne discernent aucun mouvement, puisque votre animal ne se déplace pas de lui-même. La stimulation de l’organe de l’équilibre et la sécrétion de l’histamine qui en découle donnent lieu à des nausées et des vomissements.

La peur comme facteur important

Un autre aspect important en lien avec la cinétose chez le chien est la peur. Si votre animal n’a par exemple pas l’habitude de prendre la voiture, ses nausées ne seront probablement pas provoquées par le seul mouvement d’oscillation du véhicule, mais également par la peur résultant de la situation.

De même, un chien qui aura déjà dû lutter plusieurs fois contre le mal des transports associera dès lors la voiture aux nausées, si bien que sa peur grandira au fil du temps, tout comme son mal des transports.

On estime qu’un chien sur six environ souffre du mal des transports, les chiots et les jeunes chiens y étant tout particulièrement sujets. Avec un peu de chance, le mal des transports de ces chiens disparaîtra à l’âge adulte, mais si ce n’est pas le cas, il est possible de leur venir en aide.

des chiens dans une voiture
Habituez votre chien à prendre la voiture dès son plus jeune âge.

Thérapie : Comment soigner le mal des transports chez le chien ?

Comme il n’existe pas une seule cause à l’origine du mal des transports chez le chien, le traitement de ce mal repose également sur différents éléments. Il ne sert à rien de traiter uniquement les nausées de votre animal si la seule vue de la voiture familiale suffit déjà à le faire paniquer.

L’entraînement pour surmonter la peur

Si votre chien a déjà développé une peur des voyages en voiture, les médicaments ne pourront venir seuls à bout du problème. Il vous faudra vous armer de patience pour vaincre ses craintes en procédant par étapes.

Approchez-vous d’abord de la voiture avec votre compagnon et restez à proximité du véhicule. Si votre chien reste calme, récompensez-le. Votre animal associera ainsi le fait de rester près de la voiture à une sensation positive.

Une fois ce premier cap franchi, la prochaine étape consiste à faire monter votre chien dans la voiture. Là encore, un comportement paisible sera récompensé par une petite friandise et des séances de caresses.

De la patience et de nombreuses récompenses

Si votre chien garde son calme dans le véhicule à l’arrêt, vous pourrez passer à l’étape suivante, qui consiste à mettre le moteur en marche et éventuellement à parcourir quelques mètres. Si cela s’avère possible sans que votre chien ne panique, et seulement à cette condition, vous pouvez entreprendre votre premier trajet sur une courte distance.

À la fin de ce trajet, il est essentiel de faire vivre une expérience positive à votre chien. Faites une longue promenade avec votre compagnon ou prévoyez une rencontre avec son camarade de jeu préféré. Vous pourrez ensuite augmenter progressivement la distance du déplacement en voiture.

Même si cet entraînement pour vaincre la peur peut prendre un certain temps, veillez à vous montrer patient et ne passez à l’étape suivante que lorsque la précédente a été franchie sans que votre chien n’ait eu peur. Si vous devez impérativement prendre la voiture avec votre animal pendant cette période d’entraînement, donnez-lui systématiquement des médicaments contre les nausées. Si vous ne le faites pas, vous risquez de mettre en péril tous les progrès accomplis jusque-là.

Les médicaments contre les nausées

Tous ces efforts pour surmonter la peur ne seront évidemment d’aucune utilité si votre chien a des nausées dès qu’il prend la voiture. C’est la raison pour laquelle il vaut toujours mieux recourir à des médicaments en complément de l’entraînement. Si votre animal s’aperçoit qu’il peut prendre la voiture sans pour autant être sujet à des nausées et des vomissements, sa peur diminuera.

Comme les nausées sont provoquées par la sécrétion de l’histamine, la plupart des chiens souffrant du mal des transports ont jusqu’ici reçu des antihistaminiques. En plus de leur action contre les nausées, ces médicaments ont également un effet calmant (sédatif). L’idée d’un tranquillisant paraît bonne au premier abord, surtout quand on pense au chien paralysé par la peur. Mais comme cet effet dure naturellement plus longtemps que le trajet en voiture, ces remèdes ne sont pas la solution idéale.

Heureusement, le maropitant a entre-temps fait ses preuves en tant que remède particulièrement efficace pour combattre les nausées. Ce principe actif agit sur certains récepteurs dans le cerveau du chien et empêche ainsi les vomissements. Votre vétérinaire vous donnera sûrement des conseils utiles à ce sujet. Il ne s’agit malheureusement pas d’un médicament bon marché, mais si vous voulez garantir à tout le monde un voyage sans stress, l’investissement en vaut la peine.

L’homéopathie pour traiter le mal des transports chez le chien

Si le mal des transports dont souffre votre chien est de faible ampleur ou que vous souhaitez dans un premier temps épargner à votre animal une visite chez le vétérinaire, vous pouvez recourir aux remèdes homéopathiques suivants :

  • Cocculus : deux fois par jour pendant deux à trois semaines en cas d’entraînement quotidien
  • Nux vomica
  • Petroleum
  • Tabacum
  • Strychninum phosphoricum

Il est conseillé d’administrer ces remèdes une demi-heure à une heure avant le trajet en voiture. Renouvelez le traitement au besoin pendant le trajet.

Là encore, mieux vaut demander conseil à un expert pour choisir le remède adapté à la situation. Les médicaments homéopathiques ne conviennent pas à tous les chiens souffrant du mal des transports et à leurs symptômes spécifiques.

Le gingembre sous forme de capsules peut également soulager les chiens souffrant uniquement de symptômes légers.

Prévention : Comment éviter à mon chien de souffrir du mal des transports ?

L’adage valable pour la plupart des maladies s’applique aussi au mal des transports : mieux vaut prévenir que guérir. Même si les mesures préventives n’offrent bien entendu aucune garantie pour vaincre la cinétose, elles vous permettront de prendre un bon départ.

Dans l’idéal, l’éleveur aura déjà habitué les chiots aux premiers voyages de courte durée en voiture. Lorsque vous allez chercher votre nouveau compagnon pour le ramener chez vous, veillez à repérer le moindre signe de malaise pendant le trajet.

Si votre chiot se sent mal, interrompez votre trajet et faites une petite promenade avec lui. Même si le trajet dure un peu plus longtemps que prévu, il vaut mieux que votre animal associe le moins possible le premier trajet en voiture à des nausées et des vomissements.

Conseils pour les premiers trajets en voiture

Habituez ensuite régulièrement votre chiot à prendre la voiture. Commencez uniquement par des trajets courts et augmentez progressivement la durée du déplacement. La règle d’or reste la même : à la fin de chaque voyage en voiture, veillez à récompenser votre jeune chien aussi souvent que possible en lui faisant vivre une expérience positive.

Voici d’autres astuces valables surtout pour les premiers trajets en voiture :

  • Veillez à avoir une conduite aussi prudente que possible.
  • Évitez les bruits forts (comme par exemple le claquement d’une portière de voiture)
  • Instaurez un climat serein en voiture.
  • Détournez en douceur l’attention de votre chien en lui prodiguant de nombreuses caresses ou en lui donnant un jouet.

Si la cinétose vous a déjà fait vivre de premières expériences désagréables, un changement de position dans la voiture peut parfois provoquer des miracles.

Essayez différentes places dans le véhicule, et une fois que vous aurez choisi la place la plus confortable pour votre chien, assurez-vous que votre animal voyage en toute sécurité .


Franziska Pantelic, Vétérinaire
Profilbild von Tierärztin Franziska Pantelic

Je soutiens le magazine zooplus depuis plusieurs années grâce à ma grande expertise. J'ai obtenu mon diplôme de vétérinaire en 2009 et je dirige actuellement un cabinet mobile pour petits animaux dans la région métropolitaine de Munich.


Articles les plus utiles
5 min

Voyager en train avec un chien

Que ce soit pour les trajets quotidiens ou pour les vacances, voyager en train avec un chien constitue pour de nombreux maîtres un moyen simple et efficace de relier un point A à un point B. Faites en sorte que les voyages avec votre chien en train soient agréables en habituant votre compagnon à ce mode de transport, dès le plus jeune âge. Voici quelques conseils pour voyager en train avec un chien en toute sérénité.
3 min

Transporter son chien en voiture en toute sécurité

Ces dernières années, différentes mesures ont été prises et des progrès considérables sont à relever en matière de sécurité des passagers. Airbags, airbags latéraux et protections en cas de choc latérale vous protègent, vous et votre chien, en cas d’accident. L’article qui suit vous présente comment bien transporter son chien en voiture en assurant sa sécurité.
8 min

Randonner avec son chien : l’aventure au quotidien

Presque tous les chiens adultes et en bonne santé peuvent pratiquer la randonnée aux côtés de leur maître. Toutefois, n’attaquez les longs circuits que si votre chien est déjà expérimenté en matière de randonnée, ceci lui permettra de marcher de manière autonome. Si vous prévoyez une excursion d’une journée avec votre chien, ce dernier devra déjà avoir fait quelques petites randonnées dans la région. Attention, avec les chiens suivants, la randonnée est possible, mais de manière limitée :

Les chiots et les jeunes chiens

Les chiots ne devraient pas parcourir de longues distances. C’est la raison pour laquelle des randonnées de plusieurs kilomètres ne conviennent pas aux chiots. Les adeptes de la randonnée peuvent toutefois emmener leur petit compagnon, le porter dans un sac à dos pour chien, tout en le laissant gambader de temps en temps. Les jeunes chiens peuvent randonner, mais à allure lente. À partir de l’âge d'un an, on considère que les chiens peuvent parcourir des distances de 5 kilomètres environ. Chez certaines races comme par exemple le dogue allemand, demandez de préférence conseil à votre vétérinaire avant de vous lancer à l’aventure.

Les races qui aiment être au calme

Les chiens à pattes courtes et au visage aplati comme le Carlin se fatiguent très rapidement. Votre petit chien est parfois essoufflé lors de ses promenades du quotidien ? Partir en randonnée ne sera donc certainement pas une partie de plaisir pour lui ! Parmi ces races de chien, on compte aussi les bouledogues, comme le bouledogue anglais, mais aussi quelques Bassets et Pékinois. Ne vous y méprenez pas, ils apprécient partir à l’aventure en plein air, mais sur des distances plus courtes, et avec de nombreuses pauses.

Les chiens malades

Si votre chien est atteint par une maladie, il ne devrait pas s’adonner à la randonnée. Qu’en est-il alors de l’arthrose ? De nombreux chiens atteints d’arthrose sont capables d'enchaîner les kilomètres, sur les sentiers bien à plat. Ce sont les dénivelés, positifs ou négatifs, qui posent problème. Avant d’entamer la randonnée, assurez-vous qu’elle soit adaptée à votre chien. En cas de doute, n'hésitez pas à demander l’avis de votre vétérinaire. Si votre chien halète beaucoup et s’arrête fréquemment, il est préférable de mettre fin à la sortie randonnée.

Randonner avec son chien : quel équipement ?