Coton de Tuléar

coton de tuléar à la mer

À l’époque coloniale française, le petit et adorable Coton de Tuléar était un chien de la classe supérieure française à Madagascar. Heureusement, il fait aujourd’hui le bonheur de bien plus de personnes grâce à son caractère enchanteur et à son allure. Les fans de cette race de chien doivent toutefois faire de longs trajets, selon les régions, pour avoir le privilège de posséder ce chien de compagnie : aujourd’hui encore, il est considéré comme exceptionnel.

Apparence : un pelage doux comme du coton

Ce charmeur fait fondre le cœur de nombreux passionnés de chiens au premier regard, tant il donne envie de le câliner. Rien d’étonnant à cela, puisque la première partie du nom fait déjà référence à une caractéristique apparente de la race : « Coton » fait référence à l’aspect duveteux de ce petit chien d’environ 6 kg. Le doux pelage de ce chien est toujours blanc, mais de petites taches jaune citron ou grises sont admises ; celles-ci se trouvent surtout à proximité des oreilles tombantes. Conformément au standard, le poil ne doit pas être dur ou rêche au toucher, il est plutôt abondant et peut tomber en légères ondulations. Le nez est généralement noir, bien qu’une pigmentation brune soit acceptée. De même, les yeux très écartés sont noirs ou bruns. La hauteur d’épaule de ces chiens est d’environ 28 à 30 cm, mais le standard veut que l’animal soit toujours plus long que haut.

Histoire : une race aux origines exotiques

La deuxième partie du nom fait référence à l’origine du chien : « de Tuléar », le nom « Toliara » étant aujourd’hui plus courant pour désigner la province et la ville du même nom au sud-ouest de Madagascar. La légende raconte que dans un passé lointain, un navire aurait coulé au large de cette île. Les chiens bichons qui voyageaient sur celui-ci ont pu être sauvés et seraient les ancêtres des actuels Coton de Tuléar. Il est probable que les ancêtres des Malgaches au pelage duveteux soient arrivés sur l’île de manière assez peu spectaculaire avec des fonctionnaires administratifs français dans le cadre de la domination coloniale française (1895 – 1960). En effet, il est vrai que le Coton s’apparente au Bichon frisé, au Bolognais, au Havanais ainsi qu’au Bichon maltais et au Petit Chien Lion. Sur l’île de Madagascar, le Coton était le compagnon et l’objet de prestige de la riche classe supérieure française. Après la période coloniale, les passionnés de chiens ont continué à élever des chiens exclusifs en France, tandis que la race est tombée dans l’oubli à Madagascar. Aujourd’hui, des descendants sauvages des petits chiens d’origine y vivent. En France et même dans le reste du monde, le Coton a peu à peu gagné en popularité et ses admirateurs sont de plus en plus nombreux. En 1970, la FCI a officiellement reconnu le Coton de Tuléar en tant que race à part entière. Son origine est à Madagascar, mais le patronage a été attribué à la France, ce qui signifie que l’association française des éleveurs développe le standard. Certains éleveurs se tournent néanmoins vers l’Afrique : les animaux capturés dans la nature sont parfois utilisés pour renouveler le sang de la race afin de renforcer le pool génique.

chiot coton de tulear dans l'herbe

Caractère : un chien joyeux et touffu

Le standard souligne explicitement l’importance du caractère amical de la race : en effet, si son apparence est douce et moelleuse, le caractère de ce joyeux petit chien l’est tout autant. Le Coton de Tuléar est considéré comme étant un chien doux, câlin et s’adaptant facilement. Il aime les enfants et s’entend généralement bien avec les autres animaux domestiques, en particulier avec ses congénères. Vous devez toutefois faire attention aux petits animaux. Il est plus curieux que méfiant envers les étrangers : mais cela ne l’empêche pas de les annoncer en jappant. La race peut parfois être bruyante, mais elle est peu susceptible d’aboyer si elle est bien éduquée. Un Coton équilibré est toujours prêt à partir à l’aventure et crée une ambiance joyeuse grâce à son caractère ouvert. Lorsqu’il est stimulé, il n’est jamais nerveux ou agité, malgré sa curiosité et son goût pour l’aventure. L’éducation de ce chien est facile à maîtriser, même pour les débutants s’ils sont investis, à condition de faire preuve de la rigueur nécessaire. Une école de dressage de chiens peut être une aide précieuse dans ce contexte.

Activités : comment faire plaisir à mon animal ?

Comme tous les bichons, le Coton de Tuléar n’a pas de besoins élevés en termes d’activité physique. Bien qu’il n’ait pas particulièrement besoin de longues promenades, il aime jouer et courir en plein air. Bien sûr, le Coton adulte vous accompagnera volontiers lors de vos randonnées. En raison de sa taille, il n’est toutefois pas un compagnon idéal pour les sorties à vélo et les séances de jogging ambitieuses peuvent vite devenir trop difficiles pour cette petite nature joyeuse. Attention aux activités en forêt et dans les champs : le Coton n’a pas pour habitude de partir seul, mais lorsque ce petit coquin aperçoit une souris, il ne sait parfois plus où donner de la tête. Certains animaux sont des chasseurs de souris passionnés. Entraînez votre chiot à être rappelé dès son plus jeune âge. L’obé rythmée (dog dancing) ou l’agility sont des activités qui conviennent également très bien à ce chien. Il adorera également apprendre des tours avec vous : essayez par exemple le clicker training.

La santé et la nutrition des Cotons de Tuléar

Comme beaucoup de petits chiens, le Coton de Tuléar est parfois sujet à des problèmes de rotules, comme la luxation de la rotule. Veillez à choisir un éleveur pour qui la prévention sanitaire est importante et qui n’utilise que des géniteurs qui ne sont pas porteurs de ce défaut pour la reproduction. Car il en va de même pour cette race : un éleveur sérieux est le meilleur choix pour la santé de votre animal. Il s’agit toutefois d’un petit chien très robuste. Veillez, surtout en été, à ce qu’il n’ait pas trop chaud sous sa fourrure douce et donnez-lui accès à un endroit frais.

La contribution quotidienne à la santé de votre compagnon commence par ce qui se trouve dans sa gamelle, en plus d’une dépense adaptée à son physique et à son esprit : comme tous les chiens, le Coton a besoin d’une alimentation riche en viande. Oubliez les aliments contenant des céréales et veillez à ce que la viande figure en premier sur la liste de la nourriture humide et des croquettes. Si vous prévoyez de changer d’alimentation, il est préférable de modifier progressivement le régime alimentaire de votre animal en ajoutant chaque jour un peu plus de la nouvelle nourriture à celle qu’il connaît déjà. Ainsi, vous éviterez les réactions d’hypersensibilité. Donnez de la nourriture au chiot avec quatre portions maximum réparties sur la journée ; deux repas suffisent pour le chien adulte. Comme il est difficile de voir la taille de ce chien touffu, il est préférable de le peser régulièrement pour savoir s’il a pris ou perdu du poids. Vous pouvez ainsi agir à temps. Veillez à ce que votre compagnon ait toujours de l’eau potable fraîche à disposition.

Toilettage : prendre soin de ces chiens

Bien que le Coton de Tuléar soit un chien facile à vivre, son pelage est relativement difficile à entretenir. Le pelage doux semblable au coton nécessite un brossage quotidien, sinon il s’emmêle. Attention, ce chien ne doit jamais être tondu, son poil s’adapte aux températures. Notre conseil : humidifiez toujours les poils de votre Coton avant de le brosser, par exemple avec un spray de toilettage. Cela évite que les poils fins ne se cassent lors du brossage. De plus, la touffe blanche a régulièrement besoin d’un bain : habituez votre chiot à ce rituel de toilettage dès son plus jeune âge. Avant d’entrer dans la baignoire (les baignoires pour bébé conviennent bien à cet effet en raison de leur taille), le petit chien doit déjà être peigné et brossé car sinon des nœuds peuvent se former. Un shampooing doux pour chien ainsi qu’un après-shampooing vous faciliteront le soin du pelage pour les jours suivants. Comme il n’y a pas de sous-poil sous le poil de couverture, cette race ne perd pratiquement pas de poils à l’intérieur contrairement à d’autres chiens, cela permet de gagner du temps lors du ménage. Vérifiez les griffes toutes les deux semaines pour voir si elles doivent être coupées. Les chiens très légers, surtout comme ceux de cette race, n’usent pas leurs griffes assez rapidement, vous devez donc les aider régulièrement en leur coupant les griffes afin d’éviter les blessures.

Mode de vie : cette race de chien peut-elle me convenir ?

Ce petit canidé convient à de nombreux passionnés de chiens : avec son caractère simple et enjoué, il convient parfaitement en tant que chien de famille, et même les personnes seules, notamment les personnes âgées, y trouveront un compagnon de choix. Il est important que ce chien affectueux ne reste jamais longtemps seul, car il aime beaucoup la compagnie de sa meute et dépérit s’il se retrouve fréquemment sans contacts pendant une longue période. Il ne convient aux personnes actives que si elles peuvent l’emmener au bureau. Les propriétaires d’un Coton de Tuléar doivent consacrer du temps au toilettage et ne pas considérer cette nécessité comme une corvée puisque cela doit devenir une habitude quotidienne. Même les débutants peuvent vivre en harmonie avec ce sympathique petit animal. D’ailleurs, comme ce chien ne perd pas de poils, il peut convenir à certaines personnes allergiques. Toutefois, ces personnes sujettes aux allergies doivent absolument consulter leur médecin avant l’arrivée du chien et essayer de passer le plus de temps possible avec des chiens de cette race afin de déterminer si la vie commune est possible.

coton de tulear qui court dans l'herbe

Élevage : où trouver un Coton de Tuléar ?

Bien que le Coton ne soit plus une rareté réservée à la classe supérieure de Madagascar, on le retrouve peu souvent. Selon la région où vous vivez, il se peut donc que vous deviez chercher ou attendre un peu pour trouver le chien idéal si vous craquez pour cette mignonne petite bouille. Il est toutefois préférable de faire de longs trajets ou d’attendre pour obtenir un chiot d’un éleveur sérieux et soucieux de la santé de ses chiots. Les éleveurs responsables se distinguent non seulement par leur savoir-faire, mais aussi par le temps et l’argent qu’ils consacrent à leur élevage afin d’obtenir des Coton de Tuléar heureux et en bonne santé. N’achetez en aucun cas à des éleveurs qui pratiquent l’élevage sans documents officiels et qui revendent leurs Coton à bas prix ! Vous trouverez un chiot Coton de Tuléar inscrit au LOF à une fourchette de prix allant de 1000 à 1500 euros. Au plus tôt, le chiot peut emménager chez vous à l’âge de huit semaines.

Vous craquez pour son allure et son caractère, mais vous préférez un compagnon déjà adulte ? Il faut bien l’avouer : il y a peu de chances de trouver un animal de pure race dans le refuge du coin. Cela vaut toutefois la peine de s’y rendre, car il arrive que des chiens bichons ou croisés très semblables soient à la recherche d’un nouveau foyer et il est fort possible que l’un d’entre eux vous fasse craquer. Sinon, Internet est bien évidemment le meilleur endroit pour votre recherche. Consultez notamment les sites des organisations qui s’occupent spécifiquement des bichons. Des chiens plus âgés, qui ont parfois perdu leur foyer pour diverses raisons, sont également en attente d’être placés. Considérez également les autres races de bichons : un Bichon maltais ou un Bichon havanais sont tout aussi charmants et ont des traits de caractère similaires. Dans tous les cas, demandez à l’organisation de vous fournir des informations détaillées sur le caractère et les antécédents du chien et faites connaissance avec lui, de préférence au cours d’une promenade, afin de pouvoir vous découvrir mutuellement.

Adoption : préparer l’emménagement de mon chien

Vous avez trouvé le chien idéal et un Coton de Tuléar va bientôt arriver chez vous ? Félicitations ! Profitez du temps d’attente pour vous préparer à votre nouveau colocataire. Par exemple, choisissez tranquillement une école de dressage de chiens, lisez des articles sur l’éducation canine ou mettez à jour vos connaissances sur les chiots. L’achat d’un équipement de base fait partie des préparatifs nécessaires pour que votre compagnon se sente parfaitement bien dès son arrivée : les paniers, les gamelles, les caisses de transport ainsi que la laisse avec le harnais ou le collier et les divers jouets sont indispensables. Recherchez tous les accessoires pour le toilettage de votre nouveau chien : il est préférable d’avoir dès le départ à la maison un peigne et une brosse, un peigne antipuces, une pince à tiques ainsi qu’un shampooing pour chien et un après-shampooing nourrissant.

Nous vous souhaitons de passer d’heureux moments avec votre Coton de Tuléar !

Articles les plus utiles
15 min

Spitz nain (loulou de Poméranie)

Si ce n’est pas par sa taille que le Spitz nain impressionne, c’est sans aucun doute par son caractère amical, son assurance et son énergie. Pas étonnant qu'il soit de plus en plus apprécié !
9 min

American Bully

Le "Bully", qui vient de "Bulldog", a donné naissance à l'American Bully avec son physique important et une grosse tête. Il a un torse imposant et semble plus massif que le bouledogue américain avec lequel il ne faut pas le confondre. L'American Bully peut avoir 4 tailles différentes :
  • Petit : jusqu'à 43 centimètres
  • Standard, allant de 43 à 51 centimètres
  • Classique : de 43 à 51 centimètres mais avec une carrure moins imposante
  • XL: de 51 à 57 centimètres
Aux Etats-Unis, de nombreux éleveurs coupent les oreilles de leurs chiens. Les oreilles coupées se dressent alors et donnent un air plus agressif au chien. Heureusement, dans la plupart des pays européens, cette pratique est interdite. L'American Bully a des poils courts qui permet d'avoir toutes les couleurs. Cependant, les pelages à tons bleutés sont à éviter. Ils sont souvent associés à des défauts génétiques.
12 min

Cavalier King Charles spaniel

Le Cavalier King Charles spaniel se distingue du King Charles spaniel par un élément facilement repérable : la longueur de son museau. Les deux races tiennent leurs noms des rois Charles Ier et Charles II, qui appréciaient beaucoup ces chiens. Le King Charles est aujourd’hui toujours aussi apprécié qu’à l’origine.