26 avril 2018 - Actualisé 14 août 2019

Sibérien

sibérien

Le Sibérien est l’incarnation de la race de chat la plus pure ! Ces chats de taille moyenne au caractère primitif, à la stature imposante et au pelage mi-long sont apparus en Russie sans aucune intervention humaine. Ce n’est que dans les années 80 que commença l’élevage ciblé du chat Sibérien.

Les chats de race Sibérien sont des animaux très proches de la nature. Le plus remarquable reste le fait que les chats sibériens des forêts, nommés « sibirskaya kochka » en Russie, leur pays d’origine, soient si facile à vivre. Le pelage somptueux de cette race s’adapte aussi bien au froid glacial de l’hiver sibérien qu’à son soleil d’été. Durant la saison hivernale, leur pelage les réchauffe et lors des beaux jours, il est suffisamment léger pour ne pas leur donner trop chaud.

Apparence du Sibérien

Les chats sibériens ressemblent à des chats de forêt, au gabarit légèrement plus petit. Le pelage mi-long, composé de poils de couverture imperméables et robustes ainsi que d’un sous-poil dense confère aux Sibériens une ressemblance avec les chats Maine Coon et les chats Norvégiens. Le Sibérien est pourtant significativement plus petit que le Maine Coon et ses pattes sont plus longues que celles des Norvégiens. Le Sibérien musclé, de taille moyenne, peut atteindre un poids allant jusqu’à 9 kilos. Ce n’est qu’à 3 ans environ qu’on considère que ces chats ont atteint l’âge adulte.

Le chat sibérien ne peut pas renier son pays d’origine. En effet, son pelage imperméable d’hiver, doté d’une double couche de poils et de sous-poils particulièrement denses et fins lui permet de conserver la chaleur. Ses poils somptueux au niveau de la poitrine et du cou sont également remarquables. En été, le Sibérien perd son sous-poil : son pelage est alors plus court et plus fin, parfait pour les mois ensoleillés du nord-sibérien. Les touffes de poils qui dépassent des orteils de ses pattes sont présents quelle que soit la saison. Les touffes de poil au niveau de leurs oreilles sont aussi très appréciées selon le standard de la race. La tête de ces chats est plutôt ronde, leur front est arrondi. Les Sibériens ont de grands yeux et des oreilles larges. La couleur de leurs yeux doit être uniforme et s’accorder à la couleur de leur robe. Toutes les nuances d’iris sont acceptées, du jaune doré au vert, tout comme les yeux bleus ou verrons, pour les chats au pelage banc ou bicolore.

Comme pour de nombreux standards de races de chat, chaque élevage présente ses propres exigences quant à l’aspect des animaux, puisque les éleveurs sont raccordés au standard de leur propre organisation d’élevage. Cela se manifeste en général lorsqu’il s’agit d’une couleur spécifiquement souhaitée. L’organisation TICA accepte « toutes les couleurs naturelles » des chats sibériens.  Elle est cependant la seule, car la plupart des organisations d’élevage excluent les couleurs Cinnamon, Fawn, Chocolate et Lilac. Ces termes anglais utilisés par les éleveurs désignent un pelage rouge et brun ainsi que leurs « dilutions » respectives. On parle de dilution pour désigner une variante atténuée de la couleur du pelage. La variante de couleur rouge du Sibérien est appelée « Cinnamon » et le terme anglais « Fawn » désigne la dilution de cette couleur rouge. Ainsi, les chats sibériens à la couleur « Fawn » paraissent rouge-beige. « Chocolate » est le terme spécifique pour désigner une couleur de base brun. Si la couleur brune est diluée, il s’agit alors du « Lilac ».

Cependant, toutes les couleurs sont autorisées et il n’existe aucune restriction quant aux parties blanches du pelage. En tant que race unique des forêts, les pelages de type « point » sont également autorisés. Les chats Sibérien avec un colorpoint disposent d’un nom bien à eux. En effet, il portent le nom de « Neva-Masquarade ». La fédération nationale féline (FIFe) considère la race Neva-Masquarade comme étant une race à part entière. Pour les chats présentant un colorpoint, les yeux bleus sont autorisés et plus ils sont foncés, mieux c’est !

Chaton sibérien point

Caractère du Sibérien

Ce chat convainc ses admirateurs par son caractère très facile à vivre. Il est également doté de bons instincts. Le chat sibérien est réputé pour être un excellent chasseur qui adore sauter et grimper. De par son envie constante de bouger, ce n’est pas un animal qui sera heureux de passer ses journées enfermé en appartement. Le principe d’un jardin clôturé va à l’encontre de la nature de ces petits sauvages. Ces chats sont tout sauf douillets. Ne vous étonnez pas qu’ils sortent par tous les temps ! Ils aiment l’eau : s’ils ressentent l’envie de sortir, une averse ne les dissuadera pas davantage qu’une tempête de neige.

Les chats sibériens sont extrêmement curieux et savent exactement ce qu’ils veulent. Ils sont réputés pour être intelligents et aventureux, beaucoup d’entre eux apprennent même dès le plus jeune âge à se servir de la sonnette de la porte ! Cependant, du fait de leur caractère bien trempé, une bonne éducation est essentielle afin de ne pas voir votre chat des forêts vous mener par le bout du nez. Malgré tout, le Sibérien aime la compagnie de l’homme et de nombreux maîtres de chats de cette race racontent mener de vraies « discussions » avec leurs boules de poils. En somme, le chat sibérien va droit au but, il est robuste et cela vaut autant pour son caractère que pour son apparence primitive !

Histoire du Sibérien

L’élevage des chats sibériens a commencé au cours des années 1980. A partir des années 1990, ils ont séduit de nombreux américains et le nom « sibirskaya kochka », « chat de Sibérie » était à l’époque un terme utilisé en Russie pour désigner les chats domestiques musclés ayant des pelages denses et pelucheux.

Cependant, les conditions de l’expansion de cette race de chat en Russie ne sont pas claires. Alors que certains scientifiques parlent d’une mutation indépendante, d’autres avancent la possibilité que ces chat se soient accouplés avec des races à poil long d’orient. La date exacte de la naissance du Sibérien en Russie est également controversée. On a longtemps cru que le chat sauvage du Caucase était un proche parent du Sibérien, qui différencient tous les deux aussi bien physiquement qu’à la texture de leur pelage du chat ganté, le chat sauvage d’Afrique, considéré comme l’ancêtre des chats domestiques. Les dernières recherches contredisent cette théorie, mais l’équipe de chercheurs de l’Université d’Oxford a découvert que tous les chats domestiques venant des 5 continents descendent du chat sauvage d’Afrique.

En Europe, la présence de chats à poil long était très rare jusqu’au 19ème siècle. En Russie, les chats à poil long attirèrent très vite l’attention des commerçants et des voyageurs. Le Sibérien fut déjà mentionné en 1864 dans le livre « La vie animale selon Brehms » et fera par la suite quelques apparitions dans différentes publications en Europe. Les chats à poil long de Russie ont aussi fait partie de la première exposition féline du Crystal Palace de Londres, en 1871. Grâce à l’héritage récessif de ces chats, des chatons à poil long peuvent naître de parents présentant des poils courts. Ce sont d’ailleurs ces animaux qui seront plus tard à l’origine de l’élevage du chat sibérien. Après sa première apparition au Crystal Palace, la race Sibérien tomba malheureusement dans l’oubli pendant un certain temps. L’élevage de chat de race en était alors à ses prémices. Du fait de leur rareté, les animaux à poil long ont dû être croisés entre eux afin de donner naissance à une véritable génération à poil long.

Le chat sibérien a par la suite disparu dans le patrimoine génétique de l’Exotic Shorthair et du Persan et a cédé sa place à des races de chat plus populaires. La situation politique en Russie soviétique a contribué au fait que l’histoire du chat sibérien ne se soit pas développée.

Dans les années 80, on assiste au renouveau de la race Sibérien. Les chats domestiques à poil long de Russie réapparaissent en Allemagne, notamment en RDA durant la période du mur de Berlin. Un élevage expérimental vit le jour en 1985. À partir de 1986, ces chats furent présentés lors d’expositions et les étapes se succédèrent à grande vitesse. À partir de 1987, les chats autrefois appelés « chats des forêts sibériennes » furent reconnus en tant que race officielle et à part entière. Le 12 mai 1988 est la date retenue comme symbole de la naissance des premiers chatons de la race en RDA. Le premier accouplement de chats de forêt russes a été réalisé en 1987, dans l’ancienne RDA et la première portée de la race a été enregistrée en 1989. Depuis lors, cette race gagna toujours plus de popularité.

À la même époque, l’élevage ciblé des « sibirskaya kochka » commença en Russie. Cependant, chaque association d’élevage soutenait aussi d’autres races, de ce fait, l’apparence des chats sibériens n’était pas toujours homogène. Les chats furent importés aux États-Unis depuis la Russie et en 1990, un foyer américain accueillit les premiers chats sibériens. En raison des coûts élevés d’importation depuis la Russie, aux États-Unis, l’existence de ces chats russes à poil long est cependant restée rare.

Aujourd’hui, le Sibérien est élevé dans le monde entier ! La race a cependant changé de nom en 1991. Ainsi, les anciens « chat de forêt sibériennes » sont devenus des « chats sibériens », principalement dans le but de pouvoir les différencier clairement des « chats des forêts norvégiennes ». En 1992, la race fut officiellement reconnue par la fédération internationale féline (FIFe). En anglais, on les appelle « Siberian Forest Cats », « Siberian » ou encore « Siberian Cats ».

Soin du chat sibérien

Le Sibérien est un chat en symbiose avec la nature : il est habitué à sauter, courir et chasser pour ses propres besoins. Par conséquent, il ne s’adapte que très peu à une vie seul en intérieur. Disposer d’un jardin sécurisé est idéal pour les Sibériens, qui leur permette de grimper et de griffer comme bon leur semble, sur des arbres plus ou moins grands et d’errer de préférence dans les buissons afin de chasser des souris ou des oiseaux.

Le pelage long du Sibérien peut facilement s’emmêler et se nouer à cause de son sous-poil abondant et dense.  Plus particulièrement en hiver et pendant la mue, les chats Sibériens ont besoin d’un peu plus d’attention de la part de leur maître pour le soin de leur pelage. Il est recommandé de les habituer au peigne et à la brosse pour chat dès leur plus jeune âge et brosser leur pelage tous les deux ou trois jours afin d’enlever l’excédent de poil et de démêler les poils sains. Lorsque les beaux jours arrivent, le Sibérien perd une grande partie de son pelage. En lui donnant de l’herbe à chat par exemple, l’élimination de boules de poils sera facilitée. En principe, durant la saison estivale, le Sibérien prend soin lui-même de son pelage, qui est plus court et plus fin. Vous pouvez supplémenter l’alimentation de votre chat avec de la pâte au malt et de l’herbe à chat pour faciliter le rejet des poils avalés lors de sa toilette.

Ce ne sont pas seulement les chats d’extérieur qui profitent de séances de toilettage régulières avec l’utilisation de brosses ou peignes. La brosse pour chat sert aussi à enlever les petits fragments de feuilles ou de plantes restés accrochées au pelage du chat, cela leur permettra aussi de s’habituer aux longs soins des jours d’hiver.

En plus de ces soins particuliers, une alimentation équilibrée est essentielle afin que votre Sibérien puisse profiter d’une longue vie active et en pleine santé. En tant que carnivore, il a besoin d’une alimentation riche en protéines saines et faible en glucides. Une visite chez le vétérinaire permettra de mettre en lumière des éventuels problèmes de santé et de vous éclairer sur les soins nécessaires ou sur une alimentation appropriée pour votre chat.

Chat sibérien blanc aux yeux bleus

L’élevage des Sibériens

Les chats de race Sibérien sont des animaux au caractère primitif. Il est difficile de déterminer les maladies propres à la race Sibérien étant donné l’aspect très jeune de la race. Si un accouplement avec une autre race ou un accouplement consanguin a lieu, il y a alors un risque d’apparition de maladies héréditaires. Afin d’éviter cela, adressez-vous à un éleveur professionnel qui accorde de l’importance à un élevage sain. Ces éleveurs professionnels ainsi que les particuliers qui achètent leurs chatons ont une grande responsabilité quant à la préservation de la race d’éventuelles maladies génétiques !

En tant que particulier, il est essentiel de vous assurer que votre futur chaton provienne d’un élevage professionnel. Les petites annonces qui offrent des « chats de race à bas prix » ont pour principal but d’attirer les chasseurs de bonnes affaires. Mais sachez que pour ces personnes, la santé et le bien-être des animaux ne figure pas au premier plan. Élever des animaux est un métier nécessitant de nombreux investissements. Si l’éleveur souhaite réaliser du profit lors de la vente, il fera alors des concessions sur la nourriture, l’élevage, les soins et l’accouplement des animaux. Un éleveur professionnel, qui accorde de l’importance au bien-être de ses animaux ne renonce à aucune dépense sous prétexte de proposer des animaux dont le coût est moindre. Les éleveurs professionnels font régulièrement des visites chez le vétérinaire et des tests sur les maladies génétiquement connues comme la cardiomyopathie ou les kystes rénaux. Ainsi, ils pourront plus tard soumettre les résultats des tests aux acheteurs. Au-delà de vous fournir les papiers de votre animal, les associations d’éleveurs surveillent également les normes du standard de la race, car tous les éleveurs professionnels sont aussi membres de l’une des nombreuses associations d’élevage.

Avant de rejoindre son nouveau foyer, un chaton devra avoir passé au minimum 12 semaines aux côtés de sa mère et de ses frères et sœurs. Durant ces semaines de vie commune, les chatons suivent un apprentissage essentiel avec leur mère et leurs congénères afin de pouvoir profiter d’une longue vie en pleine santé. Les éleveurs s’occupent de leurs animaux 24 heures sur 24 et leur fournissent tout ce dont ils ont besoin pour grandir. Ils conseillent aussi les acheteurs et cela même après l’achat !

Naturellement, tout cela a un coût… Afin de couvrir ses dépenses, l’éleveur doit estimer un certain coût d’achat. Il vous faudra débourser environ 700 euros pour acquérir un chat sibérien. Si vous ne souhaitez pas laisser votre compagnon seul, notamment lorsque vous partez en voyage, d’autres coûts considérables sont à prévoir. Souvenez-vous qu’en vous tournant vers des éleveurs dignes de confiance, vous pourrez partager le quotidien d’un chat socialisé et en pleine santé, avec qui vous pourrez jouer pendant de longues et belles années. Si vous souhaitez adopter un chat, vous avez aussi la possibilité de visiter un refuge pour animal. De nombreux chats y attendent un nouveau foyer. De plus, il est aussi possible d’y trouver de majestueux chats à poil long, à l’image des Sibériens !

Nous vous souhaitons de merveilleux moments avec votre chat Sibérien !

Articles les plus lus

Bengal

Le Bengal est un chat unique, qui peut réellement être qualifié de félin domestique. Pourtant, les éleveurs de la race misent sur les gènes communs que partage le chat Bengal avec les chats sauvages.

Maine Coon

Le Maine Coon fait actuellement partie des races de chat les plus appréciées dans le monde entier. Le Maine Coon naturel, robuste et à l’excellent caractère ne plait pas par hasard !

Australian Mist

L'Australian Mist, qui était par le passé appelé Spotted Mist, est la seule race de chats du continent australien. Cette race descend du Sacré de Birmanie, de l'Abyssin et du chat domestique. Cet animal doux et affectueux est un parfait chat d'intérieur. L'Australian Mist, littéralement « brume australienne », doit son nom au motif particulier de son pelage, qui semble recouvert d’un léger brouillard.