Berger du Caucase

berger du caucase dans la neige

La protection du troupeau et la surveillance de la ferme ou de toute habitation sont profondément ancrées dans la nature de cette race de chien traditionnellement employée par les Russes. Compte tenu de sa taille imposante et de sa force impressionnante, cet instinct de protection peut s’avérer dangereux. Le Berger du Caucase doit donc être confié exclusivement à des maîtres expérimentés.

Caractère : un chien aussi fidèle qu’autonome

Une chose est sûre : ce chien de race imposant originaire du Caucase ne manque pas d’assurance ! Il faut dire aussi que l’Ovtcharka du Caucase, qui répond également aux noms de berger du Caucase, chien d’ours de Carélie ou encore chien de montagne du Caucase, se débrouille merveilleusement bien seul. Ce chien de protection originaire de l’ex-URSS a l’habitude de passer des journées entières à l’air libre avec son troupeau, qu’il surveille et protège en toute autonomie. Le froid, le vent ou la pluie ne lui font pas peur, et cet animal indépendant et puissant ne reculera pas non plus devant un combat avec des loups ou des ours qui voudraient s’en prendre à son troupeau.

Un chien sûr de lui et indépendant

On ne s’étonnera donc pas que cette race de chien ait du mal à se soumettre. Même en tant que chien de famille, le Berger du Caucase aime garder son indépendance et fait toujours sentir à son maître qu’il n’a pas forcément besoin de lui. À la différence de races de chiens comme le Border Collie, le Labrador Retriever ou le Boxer allemand, qui ont naturellement tendance à vouloir satisfaire leur maître, ce chien n’éprouve pas le besoin de séduire ou de contenter sa personne de référence. L’éducation de cet animal autonome exige d’autant plus de cohérence, d’empathie, de temps et de patience. Inutile de préciser qu’un tel chien ne doit être confié qu’à des maîtres très expérimentés.

Ce chien de garde peut-il être un bon chien de famille ?

Si l’on s’occupe bien de lui et si on l’élève en veillant à respecter les besoins spécifiques de sa race, ce chien devient un allié extrêmement fidèle et un chien de garde fiable. Si vous l’intégrez dès le début à votre famille et que vous lui attribuez un rôle précis en accord avec son tempérament, cet imposant chien-ours se révélera très équilibré, affectueux et sensible, sans jamais devenir trop envahissant. Il s’entendra même très bien avec les enfants de la famille, à condition d’être socialisé très tôt et de recevoir des directives cohérentes. En revanche, cet animal dominant ne s’entend pas très bien avec les autres chiens ou les chats.

Éducation des Bergers du Caucase

Autant le Berger du Caucase peut se montrer calme et affectueux au sein de la famille, autant il se montre méfiant et réticent envers les étrangers. Celui qui s’aventure sur son territoire sans y être invité aura affaire à un chien de garde intrépide et disposé à se battre, pour lequel la protection de la famille passe avant tout. On aurait tort de sous-estimer la conscience territoriale innée et l’instinct de protection naturel de cette race, qui ne doivent en aucun cas être encouragés. Évitez par exemple un dressage orienté vers la protection, car les conséquences pourraient vite devenir incontrôlables avec un tel molosse. Afin que ce chien ne représente pas un danger pour les voisins et les étrangers, il est indispensable d’installer une clôture sûre et stable autour de votre propriété. Un dressage pour faire de votre protégé un chien de compagnie peut en outre s’avérer dans bien des cas propice à une cohabitation harmonieuse entre les humains et ce chien originaire du Caucase.

Apparence : des chiens imposants

La simple vue de ce chien de garde à l’allure d’ours devrait a priori suffire à décourager la plupart des cambrioleurs. Un mâle adulte peut en effet peser jusqu’à 75 kg, voire plus, pour une hauteur d’épaule maximale de 70 cm. Même les femelles, qui sont généralement sensiblement plus petites et plus légères que leurs congénères masculins, restent imposantes avec une taille comprise entre 68 cm et 72 cm et un poids oscillant entre 45 et 60 kg.

Des différences d’apparence en fonction de la région d’origine

Bien que le standard actuel ne fasse plus de distinction nette, on peut toujours observer deux types de bergers du Caucase fondamentalement différents. Selon leur région d’origine, on parle de Berger du Caucase des steppes ou de Berger du Caucase des montagnes :

  • Les Bergers du Caucase issus des steppes : les chiens de ce type sont plutôt hauts sur pattes, plus légers que leurs cousins des montagnes et ont généralement un poil court.
  • Les Bergers du Caucase originaires des montagnes : les représentants de ce type sont plutôt carrés, ils sont plus trapus et plus puissants que leurs congénères des régions steppiques.

Le standard de race de la FCI, géré par la Russie, regroupe ces deux types sans établir de distinctions particulières et ne se montre de ce fait pas très regardant pour ce qui est de la taille et de la stature des animaux. Le standard n’impose pas non plus de restrictions concernant la longueur du poil, si bien que les chiens à poil court et à poil long sont autorisés, de même qu’un mélange des deux variétés. Il en résulte les trois types de pelage possibles suivants :

  • Type à poil long : les Bergers du Caucase à poil long présentent une collerette bien prononcée qui forme une sorte de crinière. Les « culottes » sur les pattes arrière sont bien développées et la queue est aussi très touffue.
  • Type à poil court : les Bergers du Caucase à poil court, que l’on trouve surtout chez les chiens originaires des régions steppiques, ont un poil de couverture relativement court, qui, tout en étant très dense, ne forme pas de crinière ou d’autres « franges ».
  • Variété de transition : ce type de fourrure de longueur moyenne est un mélange des deux variétés précédentes. Tout comme la variété à poil long, ce type de chien possède un poil de couverture assez « « allongé », mais celui-ci ne forme pas de crinière ou d’autres « franges ». Cette variante de robe est la plus répandue dans l’élevage actuel.

Les trois variétés ont en commun un poil simple et grossier, ainsi qu’un sous-poil dense. La couleur du sous-poil doit être plus claire que celle du poil de couverture. Différentes nuances de gris sont admises, allant généralement du gris clair à des tonalités rouille, mais le jaune paille, le blanc et la couleur terre sont également tolérées, tout comme les combinaisons rayées, bringées, pies ou tachetées. En revanche, les types noirs ou tachetés de noir sont considérés comme des défauts par le standard.  

Histoire de la race

La multitude de variétés de couleurs et les variations observées en termes de morphologie et de stature n’ont pas de quoi surprendre quand l’on considère l’immense étendue de la région dont ce chien est originaire. L’aire de répartition du Berger du Caucase s’étend en effet de l’ancienne URSS jusqu’aux frontières de l’Iran et de la Turquie, même si cette race de chien est particulièrement présente dans la région du Caucase, c’est-à-dire entre la Mer Noire et la mer Caspienne. Alors qu’il s’agit toujours d’un chien de race plutôt rare dans la partie occidentale de l’Europe et en Amérique, les bergers du Caucase sont très répandus en Arménie, en Azerbaïdjan, au Daghestan et dans le Caucase du Nord.

Ces chiens de berger originaires du Caucase existent depuis plus de 600 ans

L’Ovtcharka caucasien est un type de chien très ancien qui aide les bergers à protéger leurs troupeaux depuis plus de 600 ans. Depuis la nuit des temps, ce chien de protection fiable et intrépide surveille et défend le berger et son troupeau contre les prédateurs tels que les loups ou les ours et contre les potentiels voleurs. Au milieu du 20ème siècle, ces animaux imposants ont été également utilisés par les militaires comme chiens de garde dans l’ancienne RDA et dans d’autres pays appartenant au Bloc de l’Est. À partir de là, ils se sont finalement répandus dans d’autres pays européens et en Amérique. Le premier standard de race a été établi sous l’égide de la Russie. En 1984, le Berger du Caucase a été officiellement reconnu comme race de chien à part entière par la FCI.

Élevage et santé : les maladies courantes

En dehors de sa région d’origine, l’élevage du Berger du Caucase en est encore à ses balbutiements. De nos jours, ce chien de race aux allures d’ours a toutefois conquis le cœur d’un cercle bien établi d’amateurs qui se consacrent avec beaucoup d’amour et de savoir-faire à la préservation de cette race impressionnante. Tout en veillant à asseoir la fermeté de caractère de ce chien de protection et en tenant compte des caractéristiques extérieures de la race, les éleveurs accordent une attention particulière à la santé. Bien que cette race soit généralement considérée comme très robuste et saine, le berger du Caucase, comme d’autres grands chiens, souffre parfois de problèmes articulaires (dysplasie de la hanche et du coude (DH et ED), problèmes de genoux). Si vous envisagez l’achat d’un chiot, veillez par conséquent à ce que les résultats des tests génétiques soient favorables. La mère et le père du chiot doivent être en outre exempts de troubles de vision héréditaires tels que l’ectropion (paupière tombante) et l’entropion (paupière enroulée).

Achat : trouver un Berger du Caucase à tout prix

Si vous envisagez d’acheter ce chien de protection particulier, vous aurez probablement mûrement réfléchi avant de prendre votre décision, car l’Ovtcharka du Caucase n’est pas un chien facile et ne fera que partiellement un bon chien de famille. Si, après vous être bien documenté sur ce chien de race, vous pensez pouvoir vous en occuper, la recherche d’un éleveur et d’un chiot adaptés devrait s’avérer plutôt ardue. Les acheteurs potentiels ne se trouvent pas seulement confrontés aux distances souvent longues qui les séparent d’un élevage ou aux longs délais d’attente pour accéder à la prochaine portée. Il n’est pas rare que les éleveurs eux-mêmes mettent l’acheteur à rude épreuve en vérifiant minutieusement leur aptitude à devenir le propriétaire de l’un de leurs descendants. Vous aurez donc non seulement à vous convaincre vous-même et votre famille de votre capacité à prendre en charge un tel animal, mais il vous faudra aussi offrir à l’éleveur la garantie que vous remplissez toutes les exigences d’un propriétaire adapté. Ne prenez pas mal les questions personnelles que l’éleveur pourrait vous poser sur votre cadre de vie, votre travail, vos loisirs, vos voisins et vos amis : elles servent seulement à mieux vous connaître et à évaluer si un berger du Caucase convient vraiment à votre mode de vie. Ne soyez pas déçu si l’éleveur vous déconseille finalement d’acheter un chien de cette race. Le Berger du Caucase est – et reste – un chien de spécialistes qui peut, s’il se trouve entre de mauvaises mains, devenir un danger incontrôlable pour vous et votre entourage.

Vous trouverez un chiot Berger du Caucase inscrit au LOF à un prix allant généralement de 1300 à 1500 € mais ce coût peut rapidement grimper en fonction des caractéristiques de l’animal et de la réputation de l’éleveur.

Alimentation : que mangent ces chiens ?

Si vous avez surmonté tous ces « obstacles » et que vous devenez l’heureux propriétaire d’un « Berger du Caucase pur jus », vous devrez – en plus d’une socialisation précoce et d’une éducation cohérente de votre chiot – également vous préoccuper de lui donner la nourriture qu’il lui faut, car une alimentation équilibrée joue un rôle non négligeable pour la santé de nos compagnons à quatre pattes. Mais quelle est la nourriture la plus appropriée pour un chien aussi grand ?

Sachez tout d’abord qu’un Berger du Caucase mange moins que sa taille et son poids ne le laissent à première vue supposer. Ce chien de protection habitué depuis toujours à une vie austère dans le climat rude du Caucase se contente de peu – même deux jours sans manger ne semblent pas le déranger.

De quelle quantité de nourriture ce chien a-t-il besoin ?

Les propriétaires d’un Berger du Caucase doivent néanmoins veiller à ce que les repas soient donnés à des heures régulières et remplir la gamelle de leur chien adulte deux fois par jour avec de la viande fraîche, quelques légumes, des fruits ou du riz. Il vous faudra parfois faire preuve d’un peu de patience pour amener votre chien à manger. Ne soyez pas déçu s’il se montre très difficile et s’il recrache une friandise donnée avec les meilleures intentions du monde. Essayez de voir ce qui plaît le plus à votre animal : la nourriture que vous avez cuisinée vous-même, la nourriture crue (BARF), ou encore les boîtes ou les croquettes. Un mélange de ces différents modes d’alimentation est également envisageable, en prenant toutefois garde à ne pas surmener votre chien. Initiez-le progressivement à la nourriture et laissez-lui le temps de s’y habituer. Les changements constants d’alimentation risquent de perturber votre animal et peuvent avoir des conséquences négatives sur sa digestion. Une fois que vous aurez trouvé un aliment qui plaît à votre protégé, ne le changez pas, car le contenu de la nourriture importe de toute façon plus que sa forme. Assurez-vous toujours que l’alimentation de votre chien lui apporte tous les nutriments requis par son âge et son état en gardant à l’esprit que ce n’est pas tant la quantité de nourriture qui compte que sa composition.

Hygiène et soins : quels sont ses besoins ?

L’entretien du pelage du Berger du Caucase dépend en grande partie de la longueur de son poil. Les chiens à poil long ont bien sûr besoin d’un toilettage plus intensif que leurs congénères à poil court. En principe, le toilettage prend toutefois relativement peu de temps par rapport à l’éducation. Il suffit en général de brosser soigneusement votre chien deux fois par semaine pour éliminer les saletés et les poils morts. Un contrôle régulier des oreilles et des dents de votre protégé s’impose également. N’oubliez pas non plus de couper ses griffes dès que cela s’avère nécessaire. Il n’est pas rare que le caractère têtu du berger du Caucase pose des problèmes lors du toilettage : habituez votre chien à ce rituel dès le plus jeune âge et apprenez-lui à rester tranquille pendant cette phase.

Êtes-vous fin prêt à accueillir un chien de garde de cette envergure ?

Êtes-vous prêt à installer une clôture d’au moins deux mètres de haut autour de votre propriété ? Souhaitez-vous vous isoler de vos voisins ? Et pouvez-vous envisager d’être réveillé la nuit par des aboiements très bruyants et dérangeants provoqués par le seul passage d’une personne, voire même d’un hérisson, devant chez vous ? Si vous ne pouvez pas répondre à ces questions par un « oui » catégorique, vous devriez peut-être vous abstenir d’acheter un berger du Caucase. Cela peut vous paraître exagéré, mais ce chien de race n’est vraiment pas le type d’animal qu’un amateur de chiens devrait faire entrer chez lui juste « pour voir ». Le prix à payer pour son élevage est élevé. Il faut beaucoup de courage, de savoir-faire et de force de caractère pour élever et éduquer cette personnalité canine impressionnante.

Même si le Berger du Caucase chiot a l’air tout doux, il ne tardera pas à atteindre une taille imposante et finira par vous surpasser en termes de force. Si vous en adoptez un, vos voisins ou vos amis ne pourront plus passer chez vous à l’improviste, car même un berger du Caucase bien socialisé et éduqué restera méfiant toute sa vie envers les étrangers et est susceptible de passer à l’attaque. Comme il n’aime pas être touché, vos amis ne pourront pas le caresser sans prendre de précautions. Le Berger du Caucase n’est pas un chien qui s’adapte facilement au mode de vie de son maître et que vous pourrez emmener partout sans problème : vous devez donc être prêt à changer de vie pour votre animal. Ce n’est qu’en acceptant pleinement sa nature de chien de protection de troupeau, en lui accordant les libertés et les tâches que sa nature exige et en le traitant avec une cohérence et une souveraineté affectueuses que vous pourrez profiter de la compagnie de ce partenaire fiable pendant de nombreuses années.

Articles les plus utiles
15 min

Spitz nain (loulou de Poméranie)

Si ce n’est pas par sa taille que le Spitz nain impressionne, c’est sans aucun doute par son caractère amical, son assurance et son énergie. Pas étonnant qu'il soit de plus en plus apprécié !
9 min

American Bully

Le "Bully", qui vient de "Bulldog", a donné naissance à l'American Bully avec son physique important et une grosse tête. Il a un torse imposant et semble plus massif que le bouledogue américain avec lequel il ne faut pas le confondre. L'American Bully peut avoir 4 tailles différentes :
  • Petit : jusqu'à 43 centimètres
  • Standard, allant de 43 à 51 centimètres
  • Classique : de 43 à 51 centimètres mais avec une carrure moins imposante
  • XL: de 51 à 57 centimètres
Aux Etats-Unis, de nombreux éleveurs coupent les oreilles de leurs chiens. Les oreilles coupées se dressent alors et donnent un air plus agressif au chien. Heureusement, dans la plupart des pays européens, cette pratique est interdite. L'American Bully a des poils courts qui permet d'avoir toutes les couleurs. Cependant, les pelages à tons bleutés sont à éviter. Ils sont souvent associés à des défauts génétiques.
12 min

Cavalier King Charles spaniel

Le Cavalier King Charles spaniel se distingue du King Charles spaniel par un élément facilement repérable : la longueur de son museau. Les deux races tiennent leurs noms des rois Charles Ier et Charles II, qui appréciaient beaucoup ces chiens. Le King Charles est aujourd’hui toujours aussi apprécié qu’à l’origine.