27 septembre 2018 - Actualisé 07 août 2019

Berger belge (Malinois)

berger belge malinois

Le berger belge est un chien élégant et ambitieux. Cette race se décline en quatre variétés, qui sont visuellement très différentes. Leur point commun est cependant leur grande quantité d’énergie à dépenser, qui demande beaucoup de temps et d’expérience à leur maître.

Caractéristiques

En tant qu’ancien chien de berger, qui était responsable non seulement de la protection de son troupeau, mais aussi de celle du fermier et de ses possessions, le berger belge possède encore aujourd’hui les qualités précieuses d’un gardien de maison ou de ferme. Attentif, vif et rapide comme l’éclair dans ses réactions, il est toujours prêt à défendre sa « meute ». À cause de son instinct protecteur marqué, il prend automatiquement la responsabilité de tout ce qui fait partie de son foyer. Les propriétaires d’un berger belge n’auront pas à se soucier des cambrioleurs.

Cependant, ce courageux quadrupède n’est pas un chien pour les peureux ou les gens peu sûrs d‘eux. Il a besoin d’un partenaire égal à lui à ses côtés, quelqu’un qui saura faire face à son caractère capricieux en usant de beaucoup de fermeté, d’empathie et de cohérence.

Pour éviter les mauvaises surprises plus tard, son instinct protecteur doit être discipliné dès le plus jeune âge. Une éducation venant d’une personne expérimentée et une bonne socialisation sont indispensables pour arriver à une cohabitation harmonieuse avec votre berger belge.

Une boule d’énergie

Une éducation stricte et bienveillante est certes primordiale pour s’occuper correctement de son berger belge, mais il est tout aussi important de lui offrir des activités sportives et intellectuelles. Il est essentiel de satisfaire les énormes besoins en activité physique et en travail de cette véritable boule d’énergie. Autrement, votre compagnon va développer des comportements gênants et devenir agressif.

Pour un bon équilibre, pensez aux sports canins, en plus de lui faire suivre une formation en tant que chien de police, de douanes ou de secours. Ce quadrupède enjoué et actif se montrera doué dans presque n’importe quel sport. Grâce à ses sauts hauts, sa grande rapidité et ses talents de grimpeur exceptionnels, il se débrouille particulièrement bien en agility.

Ce ne sont toutefois pas seulement ses capacités sportives et sa vigilance qui distinguent le berger belge. Sa volonté d'apprendre est tout aussi remarquable que son énergie inépuisable. Grâce à sa grande intelligence et à son avidité d'apprendre de nouvelles choses, il est un élève assidu qui veut à tout prix plaire à son professeur.

Sa nature docile et son attachement aux humains se révèlent particulièrement utiles dans son éducation. Une trop grande sévérité n’est pas seulement inappropriée avec cet être sensible, mais aussi tout simplement inutile. Avec de l’amour, de la patience et beaucoup de temps pour des activités (sportives) à faire ensemble, ce chien de troupeau vigilant deviendra un chien de compagnie loyal et fiable, qui sera toujours fidèle à sa famille.

Apparence physique

Du point de vue de leur personnalité, tous les bergers belges sont assez semblables. Visuellement en revanche, ils sont si différents, que l’on a parfois du mal à croire qu’ils appartiennent tous à la même race.

Le berger belge est répertorié auprès de la FCI sous le n°15, dans le groupe 1 (chien de berger et de bouvier), section 1 (chien de berger). La race qui y est définie comporte quatre variétés différentes selon la longueur, le sens et la couleur du poil.

Le Malinois

Le Malinois est le type le plus connu de cette race, et celui qui ressemble le plus au berger allemand. Sa fourrure est fauve avec des accents noirs, et son visage est noir également. Les pointes noires de ses poils donnent à sa fourrure claire l’air plus foncé.

Le Laekenois

Le Laekenois est le type original de cette race, mais il est aujourd’hui le moins répandu. Il a les poils courts et fauves comme le berger allemand. Cependant, la fourrure du Laekenois est dure et sèche au toucher, et semble froissée. Cette apparence « audacieuse » est précisément celle souhaitée par la norme.

Le Tervueren

La couleur du pelage du Tervueren rappelle celle du Malinois : fauve avec des accents et un visage noir. En revanche, son poil est plus long, et il appartient ainsi, comme le Groenendael, au sous-type à poils longs de cette race.

Le Groenendael

Le Groenendael à poil long est la seule des quatre variétés dont la fourrure est de couleur noir uni. Comme chez les trois autres types, il peut avoir des petites taches blanches sur la poitrine et les orteils.

L’apparence élégante et fière du berger belge est commune aux quatre types. Les deux poils longs, le Tervueren et le Groenendael, ont l’air particulièrement majestueux. Ceci est dû d’une part à leur physionomie : malgré leur taille, leur corps ne semble jamais massif, et d’autre part à leur tête fine, qu’ils portent très haut.

Par rapport à son cousin le berger allemand, le berger belge est plus svelte et plus petit. Alors que le berger allemand a un corps plutôt rectangulaire, le berger belge est presque construit comme un carré. La démarche des belges est également moins expansive que celle de leurs voisins allemands. Néanmoins, ils les surpassent parfois en vitesse, en agilité, et en hauteur de saut.

Histoire

La vitesse et l’agilité distinguaient également les ancêtres du berger belge, qui étaient déjà élevés comme chiens de travail par les bergers et les fermiers. Jusqu’à la fin du 19ème siècle, il y avait en Belgique un grand nombre de chiens de troupeau et de bouvier qui étaient accouplés entre eux, malgré leurs caractéristiques physiques différentes. Seule leur aptitude au travail était prise en compte dans les élevages.

En 1981, le tout nouveau « Belgische Schäferhundeklub » (« club des bergers belges ») mit une fin à ces reproductions « désordonnées ». Dès lors, un premier standard différenciait les chiens de troupeau belges selon trois types de fourrure : durs, courts et longs.

Au cours de l’histoire du berger belge, il y a toujours eu des désaccords entre les éleveurs à propos des différentes couleurs et variétés. Les variantes de pelage reconnues ont changé de nombreuses fois au cours de la dernière décennie, avant d’en arriver aux quatre types actuels, qui ont été nommés d’après des lieux en Belgique. Aussi controversée que soit l'apparence de la robe, les éleveurs de bergers belges ont cependant toujours été d'accord sur le caractère, la morphologie et les aptitudes recherchés chez ce chien.

Séparation du berger hollandais

Le berger belge partage sa physionomie et son apparence avec le berger hollandais. Ces deux races sont presque identiques, à la différence que le berger hollandais, qui existe en tacheté et non-tacheté, n’est pas une race divisée en deux sous-types. Les deux sont originaires de la même région, et n’ont été considérées comme deux races différentes qu’à partir de la séparation de la Belgique et des Pays-Bas.

Élevage et santé

Depuis la standardisation de la race, les différents types ne peuvent plus être croisés. Les éleveurs ne se concentrent ainsi généralement que sur un type : Malinois, Laekenois, Tervueren ou Groenendael. Le premier type est le plus répandu. Cependant, contrairement à son congénère allemand, le berger belge est une race que l’on croise assez rarement. Trouver un éleveur convenable près de chez vous ne sera donc pas chose facile.

Mais cet aspect est aussi positif, car grâce à sa relative rareté, le berger belge est un chien qui jouit d’une très bonne santé, et il existe très peu de maladies spécifiques à cette race. Bien que certains chiens souffrent parfois d’épilepsie ou de dysplasie du coude, la tant redoutée dysplasie de la hanche, que l’on retrouve chez presque tous les chiens de cette taille, est très rare chez le berger belge.

Néanmoins, les bergers belges peuvent bien sûr également développer des maladies, et vous devez bien observer votre chien afin de pouvoir identifier suffisamment tôt d’éventuels changements dans son apparence ou son comportement. Ils peuvent en effet être le signal d’une maladie nécessitant une intervention vétérinaire.

Soins

Mais pas d’inquiétude, pour déceler une infection ou une maladie, vous n'aurez pas besoin d'étudier votre chien chaque jour pendant des heures. En lui administrant les soins adéquats, vous prendrez déjà suffisamment soin de sa santé. Brosser régulièrement ses poils, couper ses griffes, ou encore nettoyer ses dents et ses oreilles évitera non seulement les inflammations, mais vous permettra également de passer du temps avec votre chien et de bien l’observer. Vous remarquerez ainsi immédiatement d’éventuels changements dans la texture du pelage, une peau nue ou irritée, ou de grosses variations de poids.

Combien coûte l’entretien d’un berger belge ?

En principe, les dépenses liées aux soins de cette race ne sont pas excessives. Cependant, les soins nécessaires à l’entretien de la fourrure peuvent fortement varier selon les types. Les Malinois et les Laekenois doivent être brossés une fois par semaine environ.  La fourrure du Groenendael et du Tervueren doit, elle, être brossée plusieurs fois par semaine.

Deux fois par an, les bergers belges muent et perdent beaucoup de poils, il faut alors augmenter la fréquence du brossage.

Globalement, les poils de cette race n’ont pas une grande tendance à s’emmêler, même chez les types à poils longs, ce qui rend le pelage facile d’entretien.

Assis !

Comme chez tous les chiens, un contrôle et un soin régulier des oreilles, des yeux, des dents et des gencives du berger belge est indispensable. Il est également très important de lui couper régulièrement les griffes.

Il est essentiel d’habituer votre chien et son fort tempérament à recevoir ces soins régulièrement. Avec de la régularité, de l’autorité, de la bienveillance et de la patience, vous serez en mesure d’apprendre à votre chien turbulent à rester assis et à se laisser observer sans résistance.

Alimentation

Une alimentation équilibrée est tout aussi importante que des soins réguliers pour la santé de votre animal. Mais quelle nourriture est la meilleure pour votre berger belge ? Cette réponse n’est malheureusement pas la même pour tous les chiens de la race. S’il est vrai qu’ils partagent tous la même physionomie, leur besoin en énergie peuvent également énormément varier selon leur âge, poids et niveau d’activité.

Le choix de la bonne nourriture doit ainsi se faire selon la situation particulière de votre chien. Un chiot aura besoin d’une nourriture différente de celle d’un chien âgé, et un chien de travail d’une nourriture différente de celle d’un chien de compagnie.

De quoi un chien adulte a-t-il besoin ?

Même s’il vous faut absolument garder en tête ces critères individuels, vous devez aussi savoir que la nourriture de tous les chiens adultes doit contenir entre 70 et 80% de viande. La viande est en effet la principale source de protéines nécessaires au bon développement d’un chien. Afin de prévenir les allergies, vous pouvez également lui donner de la viande plus exotique, comme de l'autruche, du kangourou ou du buffle d'eau.

Une autre part importante de l’alimentation de votre quadrupède doit être les fruits et légumes, qui lui apportent les vitamines et les nutriments dont il a besoin. Il faut cependant éviter les fruits trop sucrés, trop de glucides ou trop de céréales. Le sucre et autres édulcorants sont à bannir absolument de la gamelle de votre chien. La nourriture épicée ou autres restes de vos repas sont également inadaptés.

Si vous voulez faire plaisir à votre compagnon, optez plutôt pour une friandise pour chien, ou, mieux encore : emmenez-le dans la nature pour qu’il puisse se dépenser.

Mode de vie

Faire beaucoup d'exercice n'aura pas seulement un effet positif sur le poids de votre chien, mais lui procurera également l’activité physique et mentale dont il a besoin. Les bergers belges sont dans ce sens très exigeants, et ils ont besoin de beaucoup plus d’activités que d’autres chiens pour préserver une bonne santé mentale.

Des petites promenades quotidiennes autour du pâté de maison seront loin de suffire à cette boule d’énergie. Chez les bergers belges, qui servent de chien d’utilité auprès de la police ou des douanes, de chien de protection, ou encore de chien de troupeau, la stimulation physique comme mentale est très importante. Les bergers utilisés comme chiens de compagnie nécessiteront en tous les cas suffisamment d’activités de remplacement.

Le sport, c’est la vie !

Les sports canins doivent ainsi obligatoirement être au programme si vous adoptez un berger belge. On retrouve cette race dans presque tous les sports, et elle a toujours eu beaucoup de succès en compétition.

Son zèle et son intelligence caractéristiques, ainsi que sa constitution physique, sa vitesse, son agilité et sa force font qu’en matière de sports canins, presque aucun autre chien ne lui arrive à la cheville. Ses sauts sont particulièrement impressionnants. En effet, un berger belge est capable de franchir un mur de 2,50 m sans difficulté.

À qui convient un berger belge ?

Il va de soi qu’un chien sportif et au fort tempérament comme celui-ci nécessite un maître actif et expérimenté. Le propriétaire d’un berger belge doit avant tout avoir l’envie et le temps de partager des activités avec son chien. Des chiens bien stimulés physiquement et mentalement seront non seulement plus heureux et en meilleure santé, mais aussi plus réceptifs en matière d’obéissance et d’éducation. Pour cette race, un manque d’entrainement peut conduire à de graves troubles de comportement.

Comment éduquer un berger belge ?

En plus de beaucoup d‘activité et d’exercice, le berger belge a besoin d’une éducation stricte et d’une bonne socialisation pour pouvoir trouver sa place dans la famille. Il ne faut pas oublier que ces chiens sont des animaux sensibles et qu’ils ont besoin, en plus d’autorité, d’amour et de moments de calme et de détente. Une rigueur exagérée peut également être nocive et ne mènera pas aux résultats escomptés. Les séances de caresses sont des moments à apprécier tout autant que les autres activités. Un chien qui est suffisamment stimulé mentalement et physiquement saura se montrer calme à la maison, et sera un compagnon fidèle qui apportera à son maître de longues années de bonheur.

Articles les plus lus

Spitz nain (loulou de Poméranie)

Si ce n’est pas par sa taille que le Spitz nain impressionne, c’est sans aucun doute par son caractère amical, son assurance et son énergie. Pas étonnant qu'il soit de plus en plus apprécié !

Dogue des Canaries

Chien de combat agressif ou chien de compagnie joueur ? Les avis divergent concernant le caractère du Dogue des Canaries. Ce qui est absolument certain, c’est qu’aucun chien n’est né chien de combat. Certains chiens le deviennent, par l’influence de l’homme. Il revient aux éleveurs et aux propriétaires la responsabilité de révéler le vrai visage et les traits de caractère positifs et emblématiques de leur Dogue des Canaries.

American Staffordshire terrier

L’American Staffordshire terrier, également connu sous le nom d'« amstaff » attire plus l’attention sur lui que n'importe quelle autre race. Alors qu’il est considéré comme un « chien d’attaque dangereux », et que sa détention est conditionnée voire interdite dans certains pays européens, il est appelé « Nanny Dog » (chien nourrice) en Grande-Bretagne. Cela montre une fois de plus que ce sont bien les maîtres qui en font des chiens agressifs et incontrôlables. Derrière les préjugés se cache un compagnon intelligent, dynamique et toujours fidèle.