Akita Inu

un chien akita inu dans l'herbe

Beau, fidèle, mais ayant aussi un caractère bien trempé, l’akita inu convient essentiellement aux personnes habituées aux chiens.

Fier et beau, l’akita inu a un physique vigoureux et est un véritable monument vivant dans son pays d’origine, le Japon. Élevé à l’origine en qualité de chien de chasse, on ne le trouve aujourd’hui comme chien de compagnie que sous certaines conditions. En effet, en raison de son caractère bien trempé, cette race de chien est destinée à des personnes expérimentées.

Apparence : à quoi ressemble l’akita inu ?

L’akita inu fait partie du groupe des spitz, auquel on associe généralement des chiens plutôt petits. Pourtant, ce chien japonais constitue une exception, en raison de son imposante taille.

Avec une hauteur du garrot pouvant atteindre 70 centimètres, l’akita inu est incontestablement un grand chien. Il dispose d’un physique musclé et vigoureux et son front large et ses oreilles triangulaires dégagent une impression de dignité et de vigilance. Autre caractéristique typique de l’akita inu : sa queue touffue, recourbée sur son dos.

Les différentes couleurs de l’akita inu

Le pelage de l’akita inu est assez dur au toucher, mais son sous-poil doux dense offre une protection efficace contre le vent et les intempéries. Traditionnellement, ses poils sont de couleur fauve ou sésame (poils rouges et fauves à pointes noires), mais il est également possible de voir des chiens bringés ou blancs.

Selon le standard de cette race, les chiens arborant ces couleurs, à l’exception de ceux entièrement blancs, doivent avoir un marquage spécifique appelé « urajiro ». Il s’agit de poils blanchâtres partant du museau et des joues jusqu’au-dessous du ventre et l’intérieur des membres.

un chien akita inu dans la neige
Un sous-poil dense et un poil de jarre dur protègent bien l’akita inu contre le froid et les intempéries.

Caractère : un chien indépendant et obstiné qui a besoin de calme

Cette race de chien aime le calme et la tranquillité : elle n’apprécie donc pas la présence d’un trop grand nombre de chiens ni les réunions de famille animées.

S’il est vrai qu’un akita inu a besoin d’être entouré d’une famille, il se satisfait généralement de la compagnie de son maître. De plus, il sait se montrer globalement patient et affectueux envers les enfants de sa famille. En revanche, ce chien a besoin de calme, il est donc recommandé de ne pas laisser un akita inu sans surveillance avec des enfants qu’il ne connait pas ou des invités.

Tandis qu’il fait preuve d’un calme olympien à la maison, il a surtout tendance à chasser lorsqu’il est en extérieur. Il faut assurément beaucoup d’empathie et de connaissances en éducation canine pour vivre avec cet animal au caractère bien trempé.

Un fidèle compagnon destiné aux personnes habituées aux chiens

Un akita inu est tout à fait disposé à écouter un humain, à condition que celui-ci sache l’éduquer avec beaucoup de patience, d’amour et de détermination. Ce chien ne tolère pas les comportements trop durs et violents, ainsi que l’injustice.

Un maître qui montre la voie à suivre à son chien dès le plus jeune âge, qui lui montre ses limites et qui tolère son caractère obstiné, trouvera en l’akita inu un compagnon exceptionnel et incroyablement fidèle : il sera toujours prêt à protéger sa famille.

Hachikō : l’incarnation de la fidélité

C’est sa fidélité qui a fait de l’akita inu Hachikō une légende. Ce chien japonais, qui a même fait l’objet d’un film avec Richard Gere en 2009, accompagnait tous les jours son maître à la gare de Shibuya à Tokyo dans les années 1920. Celui-ci venait toujours le récupérer au même endroit à la même heure.

Lorsque son maître est décédé, Hachikō a attendu pendant près de dix ans son retour à la gare, jusqu’à sa propre mort. Une statue ainsi que la mention « Hachikō Exit » indiquant la sortie ouest de la gare de Shibuya rappellent encore aujourd’hui le souvenir de ce célèbre akita inu.

Cohabitation : comment bien s’occuper d’un akita inu ?

L’akita inu doit absolument avoir un propriétaire expérimenté qui connait bien les chiens et leur éducation. Celui-ci doit également avoir beaucoup de temps et l’envie de s’occuper sérieusement et pleinement d’un chien. Une éducation sérieuse prodiguée dès le plus jeune âge ainsi qu’une socialisation réussie de l’animal sont indispensables pour vivre en harmonie avec lui.

À noter que cet animal reste assez solitaire, la compagnie de sa famille lui suffit. Si vous voulez avoir un chien que vous pourrez emmener partout avec vous, qui ne sera pas dérangé par l’agitation et qui appréciera se promener au parc en compagnie d’autres chiens, alors cette race n’est pas faite pour vous.

Si vous acceptez les particularités de ce chien, si vous appréciez son côté fier et indépendant, vous trouverez en l’akita inu un partenaire fidèle qui restera toujours à vos côtés et dont vous ne pourrez rapidement plus vous passer.

Toilettage : comment entretenir le pelage de l’akita inu ?

Le toilettage de votre chien contribue à sa bonne santé. En principe, le pelage dur et plutôt court de l’akita inu ne demande pas un trop grand investissement en matière d’entretien. Il suffit donc de le brosser une fois par semaine et, si nécessaire, de le débarrasser de tout ce qui a pu s’accrocher à son pelage après une promenade.

Pendant la période de mue (deux fois par an), nous vous recommandons d’éliminer les vieux poils morts du pelage de votre animal par un brossage quotidien.

Sport : l’akita inu a-t-il besoin de beaucoup d’activités ?

À première vue, l’akita inu est un chien qui se contente de peu : il aime les longues promenades tranquilles et n’a pas besoin de relever chaque jour de nouveaux défis sportifs et intellectuels comme d’autres races.

L’akita inu : un chien pas très docile

Même le meilleur éducateur canin ne parviendra pas à faire obéir un akita inu si l’animal estime que ses ordres sont inutiles. Ce chien sérieux et digne n’est pas réceptif aux jeux qu’il juge absurdes ou aux démonstrations sportives.

Il est donc relativement rare de voir un chien de cette race dans le milieu des sports canins. Pourtant, c’est un excellent sportif capable de bonnes performances s’il trouve un sens à l’exercice. Tant sur le plan sportif que sur le plan éducatif, la réussite dépend grandement de la motivation du maître. Il est primordial que celui-ci puisse convaincre le chien que son obéissance présente une utilité.

La santé de l’akita inu

Même si l’élevage de l’akita inu accorde une grande importance à la santé des animaux, quelques représentants de cette race luttent contre des maladies héréditaires, comme les maladies de la peau et du pelage, des maladies auto-immunes, l’atrophie progressive de la rétine, l’épilepsie, des maladies de la thyroïde et la luxation congénitale de la hanche (répandue chez les grandes races de chien).

Toutefois, dans le cadre d’un élevage responsable, les animaux reproducteurs sont testés pour toutes les maladies typiques de leur race afin de réduire autant que possible le risque de maladie.

Alimentation : à quoi faut-il faire attention ?

Pour qu’un chien ait une longue vie, il ne suffit pas seulement d’adopter un chiot en bonne santé, mais il faut aussi lui donner une alimentation conforme à ses besoins. C’est pourquoi, tout comme pour l’adoption d’un chiot, le choix de la nourriture ne doit pas se faire en fonction du prix, mais de la qualité (regardez la liste des ingrédients). Il est important que la nourriture soit équilibrée et qu’elle apporte à votre chien tous les nutriments essentiels en quantité suffisante et dans les bonnes proportions.

Découvrez notre sélection de nourriture pour chien : dans la boutique en ligne de zooplus, vous trouverez les croquettes ou les aliments humides qui conviennent le mieux à votre animal.

L’akita inu est-il difficile en matière de nourriture ?

Cette race de chien a la réputation d’être exigeante en matière de nourriture, il faut parfois un certain temps avant de trouver une nourriture qui plaise à votre animal.

Évitez toutefois de changer trop rapidement l’alimentation de votre chien, laissez-lui le temps de s’habituer au goût de sa nourriture, et à son estomac le temps nécessaire pour la digérer correctement. Changer de nourriture trop fréquemment est souvent néfaste pour l’organisme du chien et peut entraîner des diarrhées ou de la constipation. Il peut s’écouler une bonne semaine avant que l’habituation ne se fasse.

Quels aliments conviennent le mieux à l’akita inu ?

L’akita inu a tendance à avoir des problèmes de peau, comme des éruptions cutanées allergiques, il est donc préférable d’éviter la viande de porc ainsi que les aliments à forte teneur en soja. La viande de bœuf, d’agneau, de gibier ou d’autruche est recommandée. C’est à vous de décider sous quelle forme vous souhaitez donner ces aliments à votre animal en tenant compte de ses préférences. Si vous lui donnez des croquettes, veillez à ce que votre chien ait un apport en eau suffisant.

Évitez également de donner trop de friandises à votre chien entre les repas afin qu’il puisse maintenir son poids de forme. Deux rations de nourriture par jour sont amplement suffisantes et l’idéal serait de peser les portions journalières que vous donnez à votre animal afin de prévenir efficacement tout risque de surpoids.

Histoire : un monument naturel du Japon

Des représentations d’Akita Inu sur des poteries ou des cloches en bronze attestent que cette race a une histoire de près de 5 000 ans.

Des études ont entre-temps démontré que l’akita fait partie, avec le shiba inu, le chow-chow et le shar pei, des parents les plus proches du loup d’un point de vue génétique. Il fait donc également partie des plus anciennes races de chien du monde asiatique.

En 1931, l’empereur japonais a déclaré l’akita monument naturel et jusqu’en 1945, son exportation hors du Japon n’était pas autorisée.

L’akita inu japonais et l’akita américain

Suite à la seconde guerre mondiale qui a décimé la majorité des Akita, deux lignées des chiens restants se sont développées : l’akita inu japonais (présenté dans cet article) et l’akita américain, issu du croisement entre le berger allemand et l’akita. Un certain nombre de chiens akita ont été emportés par l’armée américaine après la guerre et ont été élevés aux États-Unis.

Au Japon, les éleveurs ont privilégié la reconstruction de la race et, à cette fin, l’ont croisée avec l’akita matagi. Les deux races, à savoir la lignée japonaise, plus petite, et la lignée américaine, plus grande et au poil plus sombre, sont aujourd’hui reconnues par la Fédération cynologique internationale (FCI) en tant que races à part entière.

Les différents rôles de l’akita inu

À l’origine, l’akita inu était employé à la chasse, cependant, ce chien courageux et vigoureux a également très vite occupé un rôle de chien de garde et de transport.

Au 19ème siècle, l’akita était utilisé lors de combats de chien cruels, mais très appréciés à l’époque. Afin de rendre ces animaux encore plus grands et forts, les éleveurs ont également croisé l’akita avec le tosa inu et le mastiff. Puis en 1908, ces combats ont finalement été interdits au Japon.

Aujourd’hui, les amoureux des chiens considèrent avant tout l’akita inu comme un chien de compagnie. Néanmoins, son instinct protecteur, sa vigueur et son instinct de chasseur sont encore parfaitement perceptibles.

Élevage : la préservation d’une race

Les Japonais ont très vite su reconnaître la valeur de ce chien pour leur pays. C’est pourquoi ils ont encouragé son élevage dès le début du 20ème siècle, principalement focalisé sur la race primitive. Ces chiens étaient hauts sur pattes, un peu plus élancés, et avaient une tête plus allongée et un dos plus court que l’akita américain. Les différents croisements avec le chien de chasse japonais kishu inu, le chien d’attelage japonais chow-chow et surtout l’akita matagi devaient permettre d’atteindre cet objectif.

chiots akita inu
N’achetez un chiot akita inu qu’auprès d’un éleveur sérieux

Des chiens en bonne santé : un objectif recherché dans tout élevage

La préservation de la race est également au cœur des préoccupations des éleveurs d’aujourd’hui. C’est le cas non seulement au Japon, mais aussi dans de nombreux pays européens :

l’objectif est d’élever des chiens pleins de santé, et ceci demande des éleveurs sérieux qui n’acceptent pas les animaux souffrant de tares et susceptibles de tomber facilement malades.

Achat : pourquoi les chiots ont-ils besoin de papiers ?

Si vous décidez d’accueillir un akita inu au sein de votre famille, adressez-vous à un éleveur sérieux. Un tel éleveur doit être membre d’un club dédié à l’akita ou d’une association d’élevage et pratiquer l’élevage selon les règles de la Fédération cynologique internationale (FCI).

C’est la seule façon de vous assurer que toutes les règles et conditions d’élevage sont respectées. Vous aurez ainsi la garantie de trouver un chien en bonne santé qui vous apportera de la joie pendant des années. En évitant de vous pencher sur les « adorables » chiots issus du commerce et des élevages ne se souciant pas du bien-être des animaux, vous rendrez service non seulement à la race akita dans son ensemble, mais aussi à vous-même.

Vous pouvez également vous rendre dans un refuge pour animaux. Là aussi, il peut y avoir un akita inu qui attend un nouveau foyer. À moins que vous ne vous laissiez conquérir par un autre chien ? Dans les refuges pour animaux, il y a beaucoup de chiens formidables qui sont à la recherche d’une famille aimante.

Articles similaires
Articles les plus utiles
10 min

Spitz nain (loulou de Poméranie)

Si ce n’est pas par sa taille que le Spitz nain impressionne, c’est sans aucun doute par son caractère amical, son assurance et son énergie. Pas étonnant qu'il soit de plus en plus apprécié !
12 min

Cavalier King Charles spaniel

Le Cavalier King Charles spaniel se distingue du King Charles spaniel par un élément facilement repérable : la longueur de son museau. Les deux races tiennent leurs noms des rois Charles Ier et Charles II, qui appréciaient beaucoup ces chiens. Le King Charles est aujourd’hui toujours aussi apprécié qu’à l’origine.
10 min

American Staffordshire terrier

L’American Staffordshire terrier, également connu sous le nom d'« amstaff » attire plus l’attention sur lui que n'importe quelle autre race. Alors qu’il est considéré comme un « chien d’attaque dangereux », et que sa détention est conditionnée voire interdite dans certains pays européens, il est appelé « Nanny Dog » (chien nourrice) en Grande-Bretagne. Cela montre une fois de plus que ce sont bien les maîtres qui en font des chiens agressifs et incontrôlables. Derrière les préjugés se cache un compagnon intelligent, dynamique et toujours fidèle.